30 juillet 2010

Polar et puceau chez Gaumont


Buzz : Début juillet, j'ai été invité chez Gaumont (@GaumontFilms) par un mogul du cinéma français dont je tairai le nom mais pas le prénom : François. Lequel était accompagné par le plus gros buzzeur de la société : Julien. Et apparemment, tous deux avaient envie de buzzer avec moi. Evidemment, j'étais d'accord.

Nous voici donc tous les trois dans le bureau de François. Première déception : pas de déco bling-bling, ni de bol de coke, ni de tigre dans une cage. Mon image du mogul en prend un sacré coup. Qu'importe, la dope de François est partout sur les murs - des tas de projets d'affiches de films à venir -, sur son bureau et dans son ordinateur. J'ai bien essayé de prendre discrètement quelques photos avec mon iPhone mais Julien m'a fait une clé de bras pendant que François, armé d'une batte de baseball, m'a fait une imitation très réussie de Robert DeNiro dans Les Affranchis.

Donc vous ne verrez pas les photos des projets d'affiches de Last Night, la comédie romantique de Massy Tadjedin avec Keira Knightley, Eva Mendes, Guillaume Canet et Sam Worthington. Vous ne verrez pas non plus les photos des repérages en région lyonnaise pour le prochain film d'Olivier Marchal - j'ai pu rapidement feuilleter le book tandis que François agitait sa batte devant mon nez.

Puceau médiéval

Autre belle découverte : les photos des essais costumes pour Philibert. Un film de cape et d'épée que réalise actuellement Sylvain Fusée sur un scénario de Jean-François Halin. (ex-scénariste des Guignols de l'Info et d'OSS117). Jérémie Régnier incarne Philibert, un chevalier puceau - rôle dévolu à l'origine au regretté Jocelyn Quivrin. Manu Payet joue Martin, son fidèle serviteur, et Alexandre Astier, le vil Clotindre tandis qu'Elodie Navarre interprète la belle Inès.

Sur les photos des essais costumes, que François fait défiler devant mes yeux, je m'esclaffe (malgré Julien dans mon dos qui s'amuse à démarrer une tronçonneuse à chaque fois que je touche mon iPhone) en découvrant Jérémie Rénier, tout en boucles blondes et culotte bouffante : on dirait Jean Marais dans Le Capitan ou Le Bossu ! Derrière lui, regard mauvais, Alexandre Astier est vêtu d'un habit noir qui évoque celui de Louis de Funès dans La Folie des Grandeurs. La belle Elodie Navarre fait quant à elle ses yeux de biche dans de sublimes robes de velours. Manu Payet n'a pas participé à la séance. Sur d'autres photos, Rénier et Astier croisent le fer. Clairement, Philibert sera une parodie soignée de ces films français qui ont bercé notre jeunesse, en tout cas la mienne. Montjoie !

Polar nerveux

C'est l'heure du déjeuner et nous voici rejoints par Jérôme de Cinefeed et Florian de Filmgeek. Je vous passe les détails sur le repas mais le Saint-Pierre était délicieux. Retour chez Gaumont. Direction la salle de projo où François et Julien nous montrent un promo reel d'A Bout Portant. Ce polar bien sombre, signé Fred Cavayé (Pour Elle), montre comment la vie d'un couple ordinaire bascule malgré eux. Samuel (Gilles Lellouche) est infirmier. Nadia, sa compagne, attend un enfant. Ils sont heureux. C'est alors que Nadia se fait enlever : les kidnappeurs ordonne à Samuel de faire évader de son hôpital un criminel (Roschdy Zem) qui y est soigné. Commence alors une course-poursuite entre Samuel et le criminel, ses complices et les flics (Gérard Lanvin en tête).

Fred Cavayé a construit tout son film sur le même rythme que les dernières 30 minutes de Pour Elle, explique François. Cela se sent à l'écran : tempo haletant, rebondissements, mise en scène nerveuse, personnages soignés, humains (cf un reportage sur le tournage). Bref, ça devrait le faire grave. Retour à la lumière du jour. François nous rend nos passeports et Julien enlève nos menottes. Aucune image n'a filtré. M'en fous, j'ai piqué un morceau de papier toilettes. De chez Gaumont ! Collector.

Anderton

29 juillet 2010

Le Royaume de Ga'Hoole : un affiche pour les enfants


Buzz : Warner Bros a balancé une nouvelle affiche du film d'animation réalisé par Zack Snyder, Le Royaume de Ga'Hoole : La Légende des Gardiens.

C'est la première fois que le studio choisit de cibler les enfants en insistant sur le côté souriant des volatiles alors que dans le film (enfin, d'après les 20 minutes d'extraits que j'ai vues), peu de chouettes ont des expressions "humaines" marquées.Une volonté de se rapprocher de la cible après avoir séduit les parents avec des visuels et des trailers un peu plus sombres ?

Anderton

28 juillet 2010

Carla Bruni-Sarkozy en tournage avec Woody Allen


Buzz : Woody Allen a commencé depuis quelques semaines le tournage de Midnight in Paris. Carla Bruni-Sarkozy a fait ses débuts devant la caméra du cinéaste, lors d'une scène filmée dans le Ve arrondissement. Nicolas Sarkozy avait fait le déplacement, précise BBC News.


Début juillet, l'un de nos envoyés spéciaux (Monsieur G. pour ne pas le citer) avait pris quelques photos d'une nuit de tournage, rue Monsieur le Prince, dans le VIe arrondissement. Owen Wilson était présent, ainsi que Rachel McAdams. Découvrez d'autres photos ci-dessous. Marion Cotillard et Kathy Bates font également partie du casting.



Anderton

27 juillet 2010

Millenium : Daniel Craig rejoint David Fincher


Artistes : Le prochain James Bond ayant été mis en attente pour une durée indéterminée, Daniel Craig a décidé de prendre part à l'adaptation hollywoodienne du premier opus de Millenium, Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (en anglais, The Girl with the DragonTattoo ; en suédois, Män Som Hatar Kvinnor ; en moldave, chais pas).

Le comédien britannique incarnera le journaliste Mikael Blomkvist (joué par Michael Nyqvist dans le film scandinave). A ce jour, l'interprète de Lisbeth Salander (Noomi Rapace dans l'original) n'a toujours pas été castée. Rappelons que ce sera David Fincher qui assurera la réalisation du film tiré de l'oeuvre de Stieg Larsson. De quoi nous rassurer sur la qualité de cette version US.

source BBC News

Anderton

Sucker Punch : un trailer qui a du punch, sucker !


Buzz : Après le relatif échec public de Watchmen Les Gardiens (découvrez ici notre dossier : trailer, photos, infos...)Zack Snyder s'est remis au boulot et nous revient avec deux projets complètement différents : un film d'animation familial, Le Royaume de Ga'hoole, et un film à provoquer des geekasmes en chaîne chez les jeunes adultes, Sucker Punch.

L'histoire : une jeune femme est enfermée dans un asile psychiatrique. Pour s'évader, elle décide d'échapper à la réalité. Résultat : des méga-bastons de nanas canon (Emily Browning, Vanessa Hudgens, Jamie Chung, Abbie Cornish, Carla Gugino, Jena Malone) contre des samuraïs, des dragons, des nazis... Une fois de plus, c'est visuellement détonnant. La Zack Snyder's Touch, quoi ! Découvrez le trailer ci-dessous ainsi que quatre autres visuels présentés au Comic-Con 2010 de San Diego. Enjoy !

Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

26 juillet 2010

DC Universe : Who Do You Trust, trailer apocalyptique

Buzz : Il y a des jeux vidéos auxquels je ne suis pas certain de vouloir jouer mais que j'adorerais voir au cinéma. Et le trailer de DC Universe : Who Do You Trust me conforte dans cette position. Superman, Batman, Wonder Woman, Flash, Cyborg, Lex Luthor, le Joker et les autres s'affrontent sur ce qui reste de la Terre. Et c'est juste énorme ! Regardez la bande-annonce ci-dessous. Enjoy !

Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

The American : teaser mortel avec George Clooney



Buzz : Un tueur à gages gagné par la dolce vita. C'est le thème de The American, réalisé par Anton Corbijn, célèbre clipeur (Depeche Mode notamment). George Clooney y incarne un hitman qui, pour sa dernière mission, dans un petit village italien, semble prêt à s'abandonner aux douceurs locales. Ce qui n'est jamais prudent quand on a passé sa vie à tuer et éviter d'être tué.



Voici l'affiche officielle du film et un premier teaser dont on est prêt à croire qu'il annonce un bon thriller. Découvrez par ailleurs ci-dessous quelques photos de The American. Enjoy !



Anderton


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo



Le Royaume de Ga'Hoole présenté par Zack Snyder


Buzz : Jeudi dernier, Warner Bros France a invité journalistes et blogueurs (et ornithologues, peut-être) à découvrir plusieurs extraits en 3D du prochain film de Zack Snyder : Le Royaume de Ga'Hoole : la légende des Gardiens.

Un film d'animation avec des chouettes pour héros et fabriqué par Animal Logic, le studio qui a pondu (numériquement, j'entends) les manchots de Happy Feet. Il y aurait de quoi lâcher un joli : " What. The. Fuck.". Mais ce ne serait pas mérité. Les quelques extraits présentés par Zack himself (en vidéo, pas sur place malheureusement) ont confirmé tout le bien que je pensais de la bande-annonce. Le spectateur peut s'attendre à être plongé dans une sorte de Seigneur des Anneaux chez les Hiboux au pays d'Avatar !

Visuellement, Le Royaume de Ga'Hoole est renversant. Snyder a fait le choix du réalisme poétique : paysages et volatiles semblent plus vrais que nature. Le cinéaste pose évidemment sa griffe sur cette histoire tirée d'une série de livres pour la jeunesse : mise en scène de haute voltige et ralentis de toute beauté. Il y a notamment une scène incroyable où le héros, une jeune chouette nommée Soren, apprend à voler au milieu d'une tempête. Les effets du vent et de la pluie sur ses plumes sont éblouissants. Et la 3D est très intelligemment utilisée pour accentuer ces effets.

Découvrir le film en Imax 3D sera certainement une expérience très forte. J'en mets ma plume au feu. Quant au casting vocal, il n'est pas mal et très australien : Jim Sturgess, Emilie de Ravin, Hugo Weaving, Helen Mirren, Geoffrey Rush et Sam Neill. Pour couronner ces 20 minutes de présentation, Warner Bros France a eu la gentillesse de dresser un buffet heureusement sans mulot (rapport aux hiboux...) et d'offrir aux déjà petits chanceux que nous étions une peluche... très chouette.

Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

25 juillet 2010

Comic-Con 2010 : Cowboys and Aliens, première photo


Buzz : Jon Favreau a fait le show au Comic-Con 2010 de San Diego. Le réalisateur est venu y présenter Cowboys and Aliens, dont le tournage a débuté depuis un mois. Au générique, du lourd : Daniel Craig, Olivia Wilde -déjà sur place pour  Tron L'Héritage aka Tron Legacy (découvrez notre dossier : trailer, photos...)-, Sam Rockwell, Adam Beach et Harrison Ford... venu sur scène menotté !

Favreau a expliqué avec humour pourquoi il n'avait pas tourné en 3D. Regardez ci-dessous la vidéo du panel balancée par Trailer Addict. Sinon, selon Geek Tyrant, chez qui j'ai piqué la photo de Daniel Craig, l'extrait du film projeté au Comic-Con était "pretty freakin' incredible". On a donc hâte.

Anderton

Comic-Con 2010 : The Goon, teaser


Buzz : On fait relâche un jour pendant le Comic-Con 2010 de San Diego et les bons buzz s'accumulent. Nouveau teaser qui file la banane : celui de The Goon, adaptation du comic book d'Eric Powell (publié chez Delcourt en France).

Le film d'animation sera produit par David Fincher et réalisé par  Tim Miller et Jeff Fowler (Blur Studios). Enfin, si une major accepte de produire le film. Car le projet est encore en développement et le teaser ci-dessous est celui que les trois lascars présentent aux studios pour obtenir les financements.

Espérons qu'ils réussissent à convaincre leurs interlocuteurs d'Hollywood car l'adaptation de The Goon est très réussie. Reste que Fincher ne veut pas faire du Pixar. Donc il y aura des gros mots et des situations destroy, dans l'esprit de la BD. Tout juste a-t-il convenu que tout ne pourrait pas être retranscrit à l'écran. Et de préciser : "Pas de sodomie entre frère et soeur" ! 

Un mot sur les deux acteurs qui prêtent leurs voix aux personnages : Frank Giamatti interprète Frankie (le petit gars à chapeau et aux yeux vides) tandis que Clancy Brown (le bad guy de Highlander) incarne The Goon. Regardez le teaser ci-dessous. Enjoy !

via /Film

Anderton

23 juillet 2010

Comic-Con 2010 : Red

Buzz : Alors que le recul de l'âge de la retraite fait débat à l'Assemblée et fait descendre du monde dans la rue, aux Etats-Unis, certains retraités n'attendent que de reprendre du service. Des retraités de la CIA qui ressortent les flingues alors qu'ils sont dans la ligne de mire de leur ancien employeur.

Voici le pitch de Red, un film de Robert Schwentke, avec un casting  de destruction massive : Bruce Willis, Morgan Freeman, Helen Mirren, Marie-Louise Parker, John Malkovich, Karl Urban et Richard Dreyfuss. Le trailer, présenté au Comic-Con 2010, déchire. La preuve ci-dessous. Enjoy !

Anderton

Alien Anthology : get away from her you bitch !



En Blu-ray : En attendant la sortie du coffret Blu-ray de Alien Anthology le 27 octobre prochain, découvrez le trailer concocté par la Fox pour l'occasion. Au programme de ce coffret : six Blu-ray contenant les quatre films dans chacune de leurs versions, un nouveau master approuvé par chaque réalisateur, plus de 60 heures de suppléments !
Enjoy !

Marsellus Wallace
(dans ta face-hugger)


Comic-Con 2010 : Jack Sparrow s'adresse aux fans

Buzz : Le Captain Jack Sparrow a adressé un message aux fans lors du Comic-Con 2010, à San Diego. dans une courte vidéo, il a évoqué sa prochaine aventure qui le mettrait aux prises avec, entre autres, des zombies, des sirènes et... Penélope Cruz !
Outre Johnny Depp et la belle Espagnole, Ian McShane sera également au générique, dans le rôle de Barbe-Noire. Titre de ce 4e opus de Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence (On Stranger Tides). L'histoire, révélée par Disney : "Jack Sparrow (Johnny Depp) se retrouve embarqué dans un voyage inattendu à la recherche de la légendaire Fontaine de Jouvence quand une femme surgie de son passé (Penélope Cruz) l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire (Ian McShane)". Ce 4e opus, réalisé par Rob Marshall et produit par Jerry Bruckheimer, sortira le 25 mai 2011 en 3D.

source : heyuguys

Anderton

22 juillet 2010

Comic-Con 2010 : Tron L'Héritage, trailer de ouf

Buzz : Le Comic-Con 2010 est ouvert ! Les trailers les plus chanmé vont se succéder jusqu'à dimanche. On commence avec Tron L'Héritage aka Tron Legacy (découvrez notre dossier : trailer, photos...). De mieux en mieux ! C'est "Trontastic", comme l'explique Olivia Wilde sur Twitter, encore toute retournée de la réaction des fans au Hall H.

Le film de Joseph Kosinski réunit Garrett Hedlund et Jeff Bridges, jeune et vieux. La bande-annonce est à voir ci-dessous. Enjoy !
Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Nine : comédie (musicale) à l'italienne


En DVD : Après deux flops, public et journalistes attendent avec impatience le retour derrière la caméra de Guido Contini. Ses premiers films sont des chefs-d'oeuvre qui ont façonné l'image de l'Italie. Il a inventé la dolce vita ! La conférence de presse où il annonce le début du tournage d'Italia, son nouveau film, est prise d'assaut. Il Maestro fait son show mais reste évasif sur le scénario. Et pour cause, ce que les médias ne savent pas, c'est que Guido n'a toujours pas écrit une ligne de son scénario alors que le tournage débute dans quelques jours. Le génie connaît une panne créative. Pire, Guido traverse une passe difficile, tiraillé entre ses femmes (mamma, épouse, maîtresses, collaboratrices), en proie au doute...

L'histoire vous rappelle celle de Huit et Demi de Federico Fellini ? Normal, Nine en est son adaptation musicale. Après Chicago, Rob Marshall réalise une nouvelle comédie musicale très réussie. Il faut dire que le réalisateur connaît son boulot : c'est un ancien danseur et chorégraphe. D'ailleurs, il n'a pas hésité à participer aux répétitions, comme nous le montre un bonus du DVD.

Ce sens du rythme et du spectacle se retrouve à l'écran. Les numéros musicaux sont plein d'énergie et filmés avec inventivité, magnifiés par la photo et les décors du film. Rob Marshall a eu la bonne idée d'insérer les scènes chantées sous la forme de visions de Guido, ce qui a le mérite d'éviter ce moment toujours gênant où, après avoir parlé, un comédien se met subitement à faire des vocalises.

21 juillet 2010

Mad Men : Crista Flanagan dans Playboy


Sexy Stars : Crista Flanagan veut rendre les hommes fous. Normal, elle joue dans la série Mad Men. Et la Miss a décidé de poser pour Playboy. En remettant à l'honneur la cravate de notaire, c'est clair (de notaire) ! Bon sans faire la fine bouche, j'aurais préféré voir Christina Hendricks, l'autre actrice (plantureuse) de Mad Men, en pages centrales du célèbre magazine. Pour une prochaine fois, Hugh ?

Anderton

Brostitute : dans l'enfer de la "potestitution"

Sur le web : Voilà un phénomène américain qui devrait bientôt débarquer en France. La Brostitution. Traduction littérale : la potestitution. Qu'est-ce qu'un brostitute ? C'est un homme qui, moyennant finances, se propose d'être ton pote (bro', brother) pour mater un match de sport, boire des bières ou faire un concours de pets.

Le documentaire-choc Brostitute nous montre le quotidien d'un groupe de potestitués à Los Angeles. On y découvre leur métier (une passion avant tout), leurs joies mais aussi la misère sociale, la violence (leur mac est particulièrement ignoble).

Il s'agit évidemment d'une parodie hilarante signée Funny or Die, avec Tim Roth en guest star. Enjoy !

Anderton

20 juillet 2010

Inception : quand Nolan nous fait rêver...


En salles : Tout le monde en parle et toute la rédaction de Cinéblogywood est unanime (et c'est pas souvent le cas...), demain l'attente sera enfin rompue avec la sortie du très attendu Inception (découvrir notre dossier complet).
Je ne vais pas en rajouter des caisses mais ça fait du bien de voir un film au scénario aussi intelligent, à la réalisation aussi précise, au casting aussi parfait, à la musique (signée Hans Zimmer) aussi prenante, etc. Les superlatifs vont pleuvoirs sur cette oeuvre qui restera certainement aussi majeure dans la future décennie que l'a été Matrix en son temps.
Inutile de vous raconter l'histoire, elle est quasi-impossible à résumer sans risquer de se perdre comme dans un labyrinthe. Mais ne soyez pas réticent à cause de cela: quand vous êtes dedans, tout semble clair et compréhensible tant la mise en scène est brillante.
Si vous en avez l'occasion (je m'adresse au public parisien pour l'instant) : allez le voir en Imax (soit au Gaumont Disney Village, soit au Pathé Quai d'Ivry). Ce format d'image et de son sur son écran géant (plus grand qu'un terrain de tennis!) vous donnera l'impression de mêler la perfection d'un blu-ray à la taille du salle de cinéma. Immersion dans le film garantie!
Dès le 21 juillet, Inception de Christopher Nolan, avec Léonardo DiCaprio, Marion Cotillard, Ellen Page, Joseph Gordon-Levitt, Ken Watanabe, Thomas Hardy, Cillian Murphy.

Bolognini, mon amour !


En DVD : Après un été 2009 consacré à Pietro Germi (Ces Messieurs Dames), l’été 2010 de Carlotta plonge dans l’œuvre d’un autre cinéaste italien quelque peu marginalisé et mal-traité par la critique : Mauro Bolognini, avec l’édition de 4 films. Acte 1 : Liberté, mon amour (Libera, Amore Mio... 1973). Derrière ce titre un peu tarte se cache un chef-d’œuvre – carrément. S’il vous fallait découvrir ce cinéaste mal connu, considéré – à tort – comme un sous-Visconti, précipitez-vous sur cette œuvre, très rarement diffusée en France, et qui offre à Claudia Cardinale un de ses plus beaux rôles – sinon, son plus beau.

 25 ans d’histoire italienne en à peine 1h40

L’histoire ? La destinée tragi-comique d’une femme, Libera Amore Anarchia, qui parcourt 25 ans d’histoire italienne, des débuts du fascisme à la fin de la Seconde guerre mondiale. A travers le portrait de cette passionaria, le plus souvent habillée en rouge révolutionnaire face aux Chemises noires, en lutte contre les conventions imposées par le régime mussolinien, Mauro Bolognini nous livre une véritable fresque, en à peine 1h40 ! Si elle commence par des accents grotesques et comiques, sa trajectoire s’achève comme une véritable tragédie.

19 juillet 2010

Jennifer Aniston topless pour son parfum


Sexy Stars : Jennifer Aniston aime son corps. Cela tombe bien, nous aussi. Pour faire la pub de son parfum, baptisé Lolavie - tout simplement parce que c'est Lol, la vie -, l'ex de Brad a posé topless. Malheureusement pas sans les bras, dirons les plus pervers. Il faudra vous en contenter. Sinon, je reconnais en arrière-plan le spot où Marcel Martial vient draguer les gonzesses et faire chier les surfeurs. Continue, Marcel, on est tous derrière toi.

photos pécho sur Huffington Post

Anderton

Glee : razzia sur les Emmy awards !



Buzz : Le 29 août prochain, auront lieu les 62e Emmy Awards, sorte d’Oscar de la télévision (que l’on soit bien d’accord, rien à voir avec les 7 d’or !). Chaque année, les séries télé s’entredéchirent dans la joie et la bonne humeur avec le secret espoir de chopper un max de récompenses…

On va bien sniffer un peu de Glee !

Glee n’y est pas allé avec le dos de la cuillère, et alors que la série est toujours invisible en France (quelqu’un a Orange Ciné happy ?!!), elle s’est contentée de… 19 nominations ! Vous avez bien lu, on ne savait même pas qu’il y avait autant de catégories ! Pas mal pour une nouvelle série, même si le record de 30 Rock et de ses 22 nominations l’année dernière semble intouchable.

A noter aussi les 17 nominations de Mad Men, la série culte branchouille sur les publicitaires de Madison Avenue dans les années 60. Les deux séries devraient s’éviter, Glee étant nominé dans les comédies et Mad Men dans les drames.

Marcel Martial (le nez dedans)

18 juillet 2010

Inception : le concert exceptionnel d'Hans Zimmer

Buzz : Inception (découvrez notre dossier complet) fait un début tonitruant au box-office US, avec déjà plus de 60 millions de dollars pour ce premier week-end. Depuis deux jours, j'écoute la B.O. du film signée Hans Zimmer et le score est juste phénoménal. La preuve avec ce concert donné à l'occasion de la première d'Inception à Los Angeles il y a une semaine.

Vous pouvez passer les interviews des artistes et aller directement à 8:28 de la vidéo. Puis laissez-vous emporter... Enjoy !


Anderton

17 juillet 2010

Bernard Giraudeau, entre Delon-Belmondo et Dewaere-Depardieu


Artistes : Beau gosse aux yeux lagons, Bernard Giraudeau nous quitte ce jour prématurément, à 63 ans, emporté par un cancer dont il s’était longuement entretenu auprès de Libération en mai dernier.

Acteur physique, au registre très étendu, il semble avoir construit sa carrière contre son physique avantageux. Dans les années 80, aux côtés d’un Gérard Lanvin, il incarne la génération post- Belmondo-Delon et post-Depardieu-Dewaere. En quête de la notoriété des premiers et des rôles complexes des seconds, sa carrière est marquée par des changements de cap abrupts et  zigzagants, en alternant constamment le cinéma et le théâtre. Sorte de double solaire de Richard Bohringer, Bernard Giraudeau laisse l’empreinte d’une carrière guidée par la liberté et la maturité, au goût légèrement inachevé. La preuve par 10, en toute subjectivité  :

Et la tendresse, bordel ? (1978) / Viens chez moi, j’habite chez une copine (1980) : deux des comédies qui lui ont valu sa notoriété. Dans l’une, il exploite son filon romantique, mais pas que ; dans l’autre, il campe un formidable duo de clowns avec Michel Blanc. Son meilleur rôle comique ?

Le toubib (1979)  / Deux hommes dans la ville (1973) / Les Spécialistes (1983) : Delon… Sûrement son modèle cinématographique. S’il n’a pas eu la chance de rencontrer son Visconti ou son Melville, Giraudeau aura, lui, réussi son tournant vers des rôles ambigus et complexes. Parce que moins marqué par le narcissisme qui englue son glorieux ancêtre ?

Passion d’amour (1981) : incursion réussie dans les productions Gaumont des années 80. Malheureusement, malgré Scola, malgré son sujet – un lieutenant de garnison dans le Piémont tombe amoureux d’une femme laide…- et malgré son talent, le film ne rencontre pas l’écho escompté. A réévaluer d’urgence.

Rue Barbare (1983) / Les longs manteaux (1986) : sa période virile, sous l’œil de Gilles Béhat. Pas la plus intéressante, mais celle qui lui permet de s’installer en haut du box-office et d’affronter des rôles plus biscornus pour tuer son image de bôgoss.

Poussière d’ange (1987) : peut-être sa plus belle prestation, sa plus méconnue, aussi. Sur un scénario de Jacques Audiard, sous l’oeil d’Edouard Niermans, il campe un commissaire alcoolique et noctambule, errant dans une France fantômatique, bribes de quartiers lillois, lyonnais et marseillais. Un trip hallucinatoire, entre Vertigo d’Hitchcocfk et Notre histoire de Blier. A redécouvrir d’urgence.

Une nouvelle vie (1992) / Le fils préféré (1994) : deux incursions réussies dans le cinéma d’auteur à la française.

Ridicule (1995) :
prestation hilarante d’un prélat défroqué au rire décapant, qui lui vaudra une disgrâce royale définitive. Il est hilarant. Son plus grand second rôle.

Une affaire de goût (1999) / Gouttes d’eau sur pierres brûlantes (1999) : deux compositions parmi les plus ambiguës et les plus complexes de sa carrière, qui lui permettent de sauver un film du désastre (Affaire de goût) ou de faire accéder un jeune réalisateur à la gloire, Ozon.

La Petite Lili (2003) : son dernier rôle solaire, cependant déjà marqué par la vieillesse et la maladie.

Liaisons dangereuses (1987) / La Répétition (1986) : deux de ses plus fameuses compositions théâtrales, que j’ai eu la chance de voir. Je retiendrais son éblouissante interprétation de Valmont, face à une Merteuil redoutablement interprétée par Caroline Cellier.

La Face cachée de l’ogre (1987) / L’Autre (1989) : deux de ses trois réalisations, empreintes de son goût pour les voyages, les autres et les destins singuliers. Et pour l’attente métaphysique. Il aurait été le réalisateur idéal du Désert des tartares.

Travis Bickle

Tournée : Amalric royal au bar !


En salles : Bon, allez, bougez-vous un peu ! A côté des mastodontes US qui envahissent nos écrans plus ou moins justement – loin de moi l’idée de mettre dans le même sac Twilight et Inception, quand même ! – il y a des films français – oui, Madame, français ! – que devraient nous envier bien des producteurs américains. Après la totale réussite totalement inattendue dans son genre que constitue le Carlos d’Assayas, voici Tournée, qui vient arpenter une autre contrée made in US, celle du cinéma indé.

Sa grande force : américaniser la France. Non en se servant de décors qui évoqueraient les Etats-Unis, mais en filmant la France comme une contrée immense, inachevée, au bord du Grand nulle part. Stations-services, motels, périphéries des grandes villes, cabines téléphoniques, autoroutes, halls de gares, hôtels désaffectés, ponctuent ce road-movie côte Ouest (Le Havre-La Rochelle via Paris). C’est en privilégiant ces petits instants de vie et de temps morts que le film s’inscrit dans la lignée de ce bon vieux ciné US existentiel des années 70 (Five easy pieces, The king of Marvin Gardens, de Bob Rafelson ou La Dernière corvée d’Al Hashby) ou de Cassavetes, carrément.

Dans la lignée de Cassavetes

Et puis, il y a ces salles de spectacles, sortes de mini-cabaret, où se rejoue perpétuellement la même histoire, intense, chaleureuse, où les larmes succèdent aux joies. Littéralement habitées par cette troupe de strip-teaseuses américaines, un peu grasses, parfois vulgaires, bonnes vivantes, toujours en action, qui vivent dans un perpétuel présent, dans une sorte de course sans fin et sans sommeil, à la recherche du bonheur qui les fuit, d’un amour qu’elles espèrent voir rimer avec toujours. Et c’est toute la tendresse du regard que leur porte Amalric-le-cinéaste qui les rend aussi belles, touchantes, et vulnérables. Du grand art de la part d’un acteur-réalisateur qu’on imaginait volontiers plus cérébral que charnel.

Et quid de Mathieu Amalric, l’acteur ? Beatiful loser inspiré de Jean-Pierre Rassam et Humbert Balsan, deux producteurs fous de cinéma et de vie, fauchés par les vicissitudes du quotidien, il tente, malgré le manque de moyens, d’offrir à sa troupe le grand final qu’elles espèrent : une scène à Paris. Fiévreux, toujours une clope au bec, mal fagoté, il se démène tant qu’il peut entre ses strip-teaseuses, ses enfants, ses amis. Pour éprouver une immense solitude. Bref, une composition charismatique, qui rappelle plus d’une fois le Cassavetes de Love Streams, ou le Ben Gazzarra de Meurtre d’un bookmaker chinois.

Travis Bickle

16 juillet 2010

LeBron James : parodie de Steve Carell et Paul Rudd

Buzz : La NBA est encore sous le choc. LeBron James a quitté les Cleveland Cavaliers pour rejoindre les Miami Heat. La star du basket a fait son annonce sur ESPN. Depuis, les parodies se multiplient. Celle de Steve Carell et Paul Rudd, tous deux à l'affiche de The Dinner, est tout simplement énorme. Enjoy !



Anderton



Super 8 : J.J. Abrams, Spielberg et les aliens ?

Buzz : En mai dernier, nous vous avions montré le trailer de Super 8, la production signée J.J. Abrams et Steven Spielberg. Voici la version HD. La zone 51 fait certainement référence à Roswell et la chose pas contente dans ce train qui déraille devrait donc être un extra-terrestre. Mais on ne sait jamais. En attendant d'en savoir plus, enjoy !



Anderton



Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Date Limite : Very Road Trip

Buzz : Après le génial Very Bad Trip, Todd Phillips signe une nouvelle comédie qui s'annonçe hénaurme : Date Limite (Due Date). A l'affiche : Robert Downey Jr et Zach Galifianakis. Mon billet est déjà réservé. Jamie Foxx, Michelle Monaghan, the RZA et Juliette Lewis sont aussi à l'affiche.

L'histoire ? Un road trip qui s'annonce aussi mythique que celui d'Un Ticket pour Deux. La preuve avec ce trailer qui devrait faire travailler tes zygomatiques. Enjoy !

Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

15 juillet 2010

The Social Network : premier trailer

Buzz : The Social Network. Un film sur Facebook. Cela peut faire ricaner, voire soupirer. Avec David Fincher à la réalisation, le sarcasme tend à se dissiper. Et puis, cette première bande-annonce donne carrément envie. Oui, la facture est classique. Une histoire très américaine. Success Story. Trahison. Establishment. Rébellion... Et quel pitch : un type invente un outil qui crée des millions d'amis et il se fait attaquer par son meilleur pote.

Au casting : Jesse Eisenberg, Justin Timberlake et Andrew Garfield. Découvrez ci-dessous le trailer de The Social Network. Enjoy !

Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Mel Gibson vs Christian Bale : la méga engueulade

Buzz : Mel Gibson injurie et menace sa femme par téléphone ; Christian Bale injurie et menace le directeur de la photo de Terminator (cf sa grosse colère)... Ces deux acteurs étaient faits pour se parler. Ou plutôt s'injurier et se menacer. Ecoutez, c'est hilarant. Enjoy !

Anderton

True Blood : la saison 2 éclipse Twilight !


En DVD : Alors que Twilight n’en finit pas de battre des records - aussi bien en entrées salles qu’en mièvrerie et en atteinte à la relation sexuelle -, True Blood continue d’être l’antithèse des aventures de Bella et l’autre frustrée.

Reprenez un peu de True Blood !

Welcome back to Bontemps, la ville bien nommée de True Blood. On pensait être allé loin dans le gore et dans le sexe avec la saison 1, on avait rien vu. Ici les épisodes sont interdits aux moins de 16 ans, et ça baboule dans tous les coins, entre déchiquetages en règle !

Lafayette, le cuistot du Merlotte a disparu, et nos deux héros, Eric et Sookie Stackhouse sont sur l’enquête. Comme dans la saison 1, le fil rouge fonctionne parfaitement, et chaque épisode apporte son lot de "vrai sang" neuf avec une qualité de production très rare à ce niveau. Toujours un peu trop bavard (ce qui en a éliminé plus d’un sur la saison 1), la série va très loin dans le désir, le sexe et le politiquement incorrect, sans oublier d’égratigner au passage tout le bon puritanisme de Twilight. On est loin des mormons, ici on est plutôt mamelons !

Sortie le 28 juin de la saison 2 par Warner Home Video  (5 DVD, 39€). La saison 3 est en cours de diffusion chez les Obama, et la saison 4 a été confirmée. Le 29 août, la série sera-t-elle couronnée aux Emmy awards où elle a obtenu 5 nominations, dont celle de Meilleure série dramatique ?

Marcel Martial (True fan)

Raiponce : un trailer au poil

Buzz : Elle a des cheveux immensément longs et vit en haut d'une tour. C'est Raiponce ! Rapunzel dans le conte des frères Grimm. Et elle est est l'héroïne du prochain film d'animation de Walt Disney intitulé... Raiponce !

A priori, le film, réalisé par Byron Howard et Nathan Greno, s'adresse davantage aux filles qu'aux garçons. Quoiqu'il en soit, le rendu de l'animation est superbe. Et le casting vocal n'est pas mal non plus : Mandy Moore, Zachary Levi, David Schwimmer, John Goodman, Ewan McGregor, Steve Martin...

La sortie française est prévue pour le 1er décembre 2010. Appréciez donc ce trailer. Enjoy !

Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

14 juillet 2010

Toy Story 3 : à la recherche de nouveaux proprios


Journaliste brésilienne, cinéphile et blogueuse (Memoria Cinematografica), Tatianna Babadobulos a passé un mois à Paris. Comme nous sommes hyper gentils à Cineblogywood, nous lui avons permis de découvrir Toy Story 3 lors d'une projection presse (merci Disney !). Voici sa critique.

En salles : C’est inévitable, un jour les enfants grandissent et leurs jouets doivent trouver une nouvelle utilité. Ils peuvent finir entre les mains de leur petit frère ou petite sœur, ou bien être donnés à un autre gosse de la famille, voire à une crèche. Et puis, il y a des adultes qui décident de garder leurs joujoux préférés, pour perpétuer le souvenir d’une époque heureuse ou les transmettre à leur progéniture. Voici l’histoire de Toy Story 3, sorti le 14 juillet sur les écrans français. 

Réalisé par John Lasseter en 1995, le premier opus avait marqué l’histoire du cinéma car c’était le premier film d’animation entièrement réalisé par ordinateur. Ce troisième "épisode" est signé Lee Unkrich, coréalisateur de Toy Story 2 et du Monde de Nemo. Nous retrouvons le cowboy Woody, son pote Buzz l’Eclair et tous les autres jouets qui tentent d’attirer l’attention d’Andy, le garçon devenu grand et qui n’a plus le temps de jouer avec eux car il part à la fac. Sa mère lui suggère donc – ainsi qu’à sa sœur, une ado qui est branchée à son iPod nonstop – de donner les jouets à d’autres enfants, dans une crèche. L’aventure commence alors pour Woody & co, qui vont tout faire pour s’échapper de leur nouvelle prison et rejoindre Andy. Outre les personnages habituels que l’on retrouve avec plaisir, on découvre de nouveaux jouets, dont Ken, un joujou exagérément métrosexuel. Ses scènes avec Barbie sont tout simplement hilarantes !


De multiples émotions

Une fois de plus, Pixar nous offre un superbe film. Je sais que c’est absurde que des jouets parlent et marchent mais les scènes sont très, oui, "réalistes". Un peu d’imagination suffit. L’humour est répandu généreusement pour le plus grand bonheur des petits et des grands car chacun d’eux sait déjà qu’ils possèdent ou ont possédé un joujou préféré, un joujou dont ils ne voudront pas se séparer.

John Lasseter a expliqué que l’idée de Toy Story lui était venue un jour qu’il a vu des enfants "maltraiter" leurs poupées. Une idée au cœur du premier film que l’on retrouve dans des scènes similaires dans ce troisième opus. Toy Story 3 est un film plein de sensibilité, qui mêle une bonne histoire, de la haute technologie et provoque de multiples émotions. Il y a au moins deux scènes très fortes, qui laissent le public en larmes. La musique contribue à installer une ambiance pour un résultat très réussi. Alors, préparez vos mouchoirs, emmenez vos enfants et éclatez-vous !

Tatianna Babadobulos

13 juillet 2010

Toy Story 3 : du beau, du bon, du déjà vu


En salles : The toys are back in town. Quinze ans après le premier opus, voici voilà nos amis Buzz et Woody qui reviennent avec tous leurs potos : Mr et Mme Patate, le Dinosaure, le chien à ressort, les soldats en plastique… pour notre plus grand plaisir. Evidemment, troisième opus et époque actuelle oblige, on est en 3D. Conclusion : c’est bien, c’est chouette, c’est rigolo, mais : on ne l’aurait pas déjà vu ?

Ken et Barbie : la grande idée
 
Inutile de chercher une faille dans l’animation ; Pixar continue son chemin vers l’excellence avec son cahier des charges simple : toujours mieux. Les nouveaux personnages sont juste déments : Ken et Barbie (déjà hôtesse dans le second) font mouche à chacune de leurs interventions, provoquant l’hilarité générale et la mienne en particulier. L’ours méchant est une bonne idée et le clown triste une excellente trouvaille française grâce à la voix de Grand Corps Malade, pour un des meilleurs moments du film. 

Reste que Toy Story 3 a un sacré air de déjà vu, forcément au niveau des personnages, mais surtout au niveau de son scénario qui nous joue la carte plus qu’usée de l’évasion. De Prison Break à La Grande Evasion, le thème est éculé (attention à bien lire, car on parle de prison…) et ne laisse que peu de place pour les surprises, à part peut être pour les moins de 10 ans.

Mon conseil : Si vous avez aimé le 1 et le 2, vous aimerez le 3. Et le 4. Et le 5.

Marcel Martial (Boy Story)

12 juillet 2010

Inception : la théorie des Tupperware !


En salles : Le miracle d’Inception, c’est de se faire aimer alors que le film est entouré d’un halo de brume nébuleuse sur son scénario. On parle ici d’un film maîtrisé d’un bout à l’autre en termes de production (waouh), de direction d’acteurs (énorme), de casting (de Leonardo DiCaprio à Marion Cotillard, je suis capable de citer les 11 premiers acteurs !), de musique (le meilleur score de Hans Zimmer depuis Gladiator), d’effets spéciaux (grosse claque), de photo (sublime) qui en font forcément un grand film, pour ne pas dire un très grand film. Seulement voilà, il reste un trait au milieu de tout ça, un peu comme sur les shoots que prenait le photographe de La malédiction !

Leonardo sleeping !

Il n’y a qu’un souci, c’est que l’on ne comprend pas tout... Et je dis "on" pour avoir parlé avec 12 personnes à la sortie du ciné. Tout le monde est bluffé car le film envoie du lourd du début à la fin, mais personne n’a compris ! La faute à un scénario forcément alambiqué dès lors qu’il mélange le rêve et la réalité et qu’une règle se rajoute chaque fois qu’un rêve commence. Du coup, on a plus l’impression que les scénaristes ont essayé de se rajouter des portes pour trouver la sortie au fur et a mesure que l’histoire avance dans un grand labyrinthe. Le principe étant que lorsque que vous vous réveillez de votre rêve vous êtes dans un autre rêve. Sur cette théorie des Tupperware, plus on va loin, plus c’est délirant et moins on comprend. Du coup, l’hallucinant final de 30 minutes trouve une sortie en forme "push bar to open" comme une porte de secours au fond d’un endroit de… rêve.

C’est donc assez étrange cette sensation d’avoir vu un film absolument démentiel, en ayant l’impression d’avoir été honteusement embourbé par une histoire dont l’issue finale laisse plus qu’un gros doute sur la capacité des scénaristes à avoir une fin à ce qui est au départ une idée géniale. On est comme le lapin qui traverse la route, les yeux dans les phares, sans savoir trop ce qui arrive…

Mon conseil : Nolan a pondu un film de fou à voir impérativement au cinéma. Et a revoir en Blu ray pour comprendre, puis sur canal+, TF1, France télé, TMC et Direct8

Marcel Martial (les yeux dans les phares)

11 juillet 2010

Mondial : Pays-Bas - Espagne dans 20.000 Lieues sous les Mers


Buzz : L'infaillible Paul le poulpe a donc étendu ses tentacules sur la boîte arborant le drapeau espagnol. En cette finale de coupe du monde, les Bataves devront donc faire mentir le pronostic de la Cassandre d'aquarium. Pour se motiver, je leur conseille de mater avant le match 20.000 Lieues sous les Mers (20,000 Leagues Under the Seas, 1954) de Richard Fleischer.

Cette production Walt Disney, qui réunit James Mason, Kirk Douglas et Peter Lorre, est certainement l'une des meilleures adaptations d'un livre de Jules Verne. Et l'on y voit l'équipage du Nautilus s'en prendre à une pieuvre géante... Découvrez le trailer ci-dessous. Enjoy !

PS : A ceux qui se demandent pourquoi Paulo ne s'intéresse qu'au foot, c'est parce que pendant le Tour de France, Poulpe i' dort. 

Anderton

Mondial : Espagne - Pays-Bas dans Princess Bride

Buzz : La finale de la Coupe du Monde va commencer et l'état d'esprit des Espagnols peut se résumer à cette phrase-culte : "Hello, My name is Inigo Montonya. You killed my Father. Prepare to die". Des propos tirés de Princess Bride (The Princess Bride, 1987) de Rob Reiner. Mandy Patinkin en est l'interprète. Enjoy !

Anderton

Translate this blog