A LA UNE

mercredi 10 avril 2013

Vertigo : Hitchcock trahi à San Francisco


Artistes : Lombard Street est l'une des rues les plus prisées des touristes à San Francisco. Car sur l'une des hauteurs qu'elle dévale, elle se tortille pour devenir "la rue la plus sinueuse du monde". Pour les cinéphiles, Lombard Street est également célèbre pour son numéro 900, où se dresse la maison de Scottie (James Stewart) dans Sueurs Froides (Vertigo, 1958), le chef-d'oeuvre d'Alfred Hitchcock.


De passage fin mars à Frisco, je suis donc allé en pélerinage sur le mythique ruban d'asphalte. Accompagné de Lio-Man et du padawan Rem, je descends la colline en comptant les numéros. "1000... 980... 924... 906... 880... Wait !" Pas de numéro 900 ! Les poumons en feu et les mollets tétanisés (bon, j'en rajoute un peu, là), nous remontons la pente. "880... 902... WTF ?!" On dégaîne nos smartphones. Pas de spot wi-fi. Qu'à cela ne tienne, Lio-Man s'empresse d'appeler Rachael, notre nouvelle rédactrice, à Paris (où il n'est que 3h45 du matin), en lui demandant de vérifier l'adresse exacte de la maison. Exploration du web puis confirmation : il s'agit bien du 900 Lombard Street. Bon, OK, c'est déjà, ça. Maintenant, il est où, ce numéro 900, bordel !



Coup de chaud et sueurs froides

S'agirait-il de cette bâtisse en réfection, au coin de Lombard et Jones ? Nous abordons quelques mètres plus loin un fringant quinquagénaire sur le pas de sa porte et lui posons la question dans un anglais parfait, mâtiné d'un léger accent français destiné à charmer l'autochtone. Et on évite de terminer par le "fuck" en fin de phrase. Le bougre ne sait pas de quelle maison il s'agit mais nous assure que nous sommes devant le "block des 900" avant de s'en aller un peu trop rapidement à notre goût. Y a queque chose qui cloche.


Fétichiste de Vertigo, Lio-Man remonte la rue à pas vifs, la redescend d'un même élan, tourne sa tête à 360 degrés plus rapidement que Linda Blair dans L'Exorciste (mais sans jet de bile verdâtre) et se met à débiter : "Cepourraitilquecesoitcettemaison... Pourtantyapascesmursdanslefilm..." La maison en travaux ! Mais oui, ce ne peut être qu'elle ! Le numéro 900 ne figure plus sur la porte et de hauts murs viennent cacher le porche culte aux curieux. HORREUR ! Les proprios ont défiguré une bâtisse de légende du 7e art pour ne plus être emmerdés par les hordes cosmopolites et interlopes de cinéphiles au teint blafard et aux yeux exorbités. M'enfin ! Faut-il être inculte pour acquérir une tel lieu de mémoire sans savoir ce qu'il représente ! Et pourquoi pas rajouter des bras à la Vénus de Milo ou laisser la gamine barbouiller un arc-en-ciel sur La Joconde ?

Amateurs du 7e art, adorateurs d'Hitchcock, fans de Kim Novak et victimes de vertiges, si vous venez un jour à San Francisco, remontez donc la rue Lombard, un block ou deux avant qu'elle serpente, et tenez-vous face à la maison qui fait l'angle avec la rue Jones. Celle qui est ceinturé par deux tristes murs. Celle sans numéro 900. Celle sise à côté d'un poteau télégraphique qui ressemble à une géante croix mortuaire. Mettez alors l'envoûtant thème de Bernard Hermann dans vos écouteurs et pleurez en silence. Les plus malheureux pourront ensuite aller se jeter dans le Pacifique, au pied du Golden Gate. Bon, nous, on est allé au Pier 39 déguster des milkshakes.

Découvrez le 900 Lombard Street en vidéo sur Pop Pilgrims et en photos sur Reel SF. Les fanatiques de Sueurs Froides se rueront sur Hitchcock et l'aventure de Vertigo - L'invention à Hollywood, une analyse pointue mais passionnante signée Jean-Pierre Esquenazi, parue chez CNRS Editions. Ils pourront aussi lire son article intitulé Sens de Vertigo.


Anderton


Enregistrer un commentaire