samedi 17 mai 2014

Le Festival de Cannes selon Henry Michel (Palais Duplex)


Buzz : Bon, on ne va pas se mentir ni tourner autour du pot. Je suis fan d'Henry Michel. Sur les internets, des Craypion d'or au Player Lambda, il a imposé sa marque de fabrique : un humour mi-pince sans rire mi-potache dont on se demande toujours si c'est hyper bien vu ou franchement con. C'est en tout cas toujours poilant. Même pour lui, d'ailleurs : son oeil qui brille, son sourire en coin, ses rires étouffés confirment que le bonhomme est le premier à ne pas se prendre au sérieux. A moins qu'il se foute ouvertement de notre gueule.

Henry Michel arpente depuis longtemps la Croisette pour y traquer le #buzz et provoquer le #lol. D'abord avec Cannes Inside pendant quelques saisons puis Cannes Cocktail l'an passé. En 2014, petite révolution : finie la vidéo quotidienne de fin de journée, place à l'investigation non stop avec Palais Duplex. Et là, ça balance du scoop, des stats, des documents exclusifs et même le palmarès du festival 2014. Normal donc qu'on soumette à ce festivalier bien introduit notre Questionnaire cannois (découvrez nos interviews). Attention, Henry Michel fend l'hu(r)mour. 



Qu'êtes-vous venu faire à Cannes ?
Prendre en main Palais Duplex, un dispositif de lol continu qui sera hébergé au sein de la grille d'Arte.tv. En temps réel, on se lance dans une sorte d'expérience éditoriale en couvrant le festival quand on veut, et comme on veut, que cela soit en video, en article ou en illustrations.

Combien de fois avez-vous participé au Festival ?
Cela doit être mon huitième ou neuvième festival. Dans ma jeunesse j'étais assistant plateau, puis journaliste pour Tv Festival, et après un hiatus d'une dizaine d'années on m'a demandé de faire des choses rigolotes en video, et c'est devenu un rendez-vous annuel pour moi.

Qu’attendez-vous de cette édition 2014 ?
De la matière à s'amuser ! Des exagérations, des polémiques, plein de petits bouts de ficelles à tirer pour pouvoir couvrir le festival en s'amusant. N'étant ni cinéphile ni blogueur mode, on doit bien s'amuser comme on peut. J'attends surtout de pouvoir rendre fier les personnes qui me font confiance pour le travail que je vais faire, et ne pas décevoir les gens qui aiment bien ce qu'on fait.

Quel est votre plus grand plaisir pendant le Festival ?
Un bon déjeuner au soleil avec l'équipe dont je fais partie en regardant passer les festivalièr(e)s, voir qu'on a fait rire les personnes qui nous lisent, et sentir cette électricité statique omniprésente propre à l'évènement.

Qu’est-ce qui vous énerve le plus ?
Peut-être que finalement ce qui m'énerve le plus est de pas oser aller saluer des gens que j'aime bien sans les connaitre personnellement et que je croise là-bas, car je ne veux pas déranger. J'ai raté quelques conversations qui auraient été chouettes, j'en suis sûr.

Quel est votre plus beau souvenir ?
Ah, je ne peux malheureusement pas le raconter ici. Sinon les plus beaux souvenirs restent paradoxalement des souvenirs du festival où je ne travaillais pas, où chaque barrière franchie ou villa accédée (à l'époque il y avait BEAUCOUP de fêtes dans les villa cannoises) était une véritable victoire. Et où je n'avais pas à me lever avant midi le lendemain matin.

Qu’y a-t-il dans votre valise ?
Il n'y a rien, je suis le local de l'étape.

Quel est votre truc pour tenir le coup pendant la quinzaine ?
Cela reste un travail donc il ne faut pas tout lâcher tout de suite, doser les grosses soirées - quoi qu'il arrive la première année de Festival est en général un terrible désastre physiologique après lequel on essaie de fonctionner différemment. Ah, et aussi : ne pas aller voir de films. JAMAIS.

Pour quel(le) artiste redeviendriez-vous un fan de base si vous le/la croisiez sur la Croisette ?
Bon je vais citer des vivants : Dustin Hoffman, Louis CK, Jim Carrey, Gena Rowlands, ET ROSARIO DAWSON.

Votre fête cannoise la plus délirante, c’était où et quand ?
C'est lié à la question 6.

Quelle est votre Palme d’or préférée ?

Holala c'est dur... J'hésite entre La Dolce Vita, Le Guépard ou Le Pianiste. C'est quand même Le Pianiste que j'ai le plus revu.

Quel est votre programme après le Festival ?
Aller à la plage avec ma femme et les gamins, car en général le Festival marque pour tout local le début de l'été.

Retrouvez Henry Michel sur Twitter : @HenryMichel
ainsi que ses complices @KLeM @Delgoff sur @PalaisDuplex

Anderton

Enregistrer un commentaire