CANNES 2024

dimanche 12 mars 2023

Comics - Batman : formation et chute d'un héros

Batman The Knight Dark City BD comics CINEBLOGYWOOD

A lire : Le prolifique scénariste Chip Zdarsky a pris en main la destinée de Batman chez DC Comics. Deux albums, publiés par Urban Comics de ce côté-ci de l'Atlantique, donnent une bonne idée de son approche. The Knight, avec l'Italien Carmine di Giandomenico au dessin, raconte comment Bruce Wayne s'est entraîné à devenir le Chevalier noir, tandis que Batman Dark City T1, réalisé avec l'Espagnol Jorge Jimenez, met aux prises un Bruce Wayne ruiné avec son pire ennemi... né de son imagination.


Batman The Knight : un justicier en devenir

L'origin story de Batman est connue : le jeune Bruce Wayne voit ses parents abattus devant ses yeux à la sortie d'un cinéma. Traumatisé à vie, le jeune héritier décide de combattre le crime. La rencontre avec une chauve-souris et la découverte d'une grotte sous sa propriété l'inciteront à prendre l'aspect du chiroptère pour s'attaquer à la pègre. Zdarsky et Di Giandomenico s'intéressent dans ce récit complet aux années pendant lesquelles Wayne Junior fuit Gotham, trop chargée en douloureux souvenirs. Son tour du monde l'emmène de Paris à la Corée du Nord en passant par le Canada et Moscou. A chaque étape, Bruce croise le chemin d'experts en cambriolage, arts martiaux et techniques du déguisement. Dans les pas de ces mentors, Bruce Wayne apprend à la dure. Il y gagne ses premières cicatrices et surtout des leçons de vie, qui lui seront précieuses pour la suite de sa carrière. Car l'héritier met ses prodigieuses aptitudes intellectuelles et physiques au service d'un objectif : mettre hors d'état de nuire les bandits en tous genres.

En un peu plus de 300 pages, The Knight nous montre comment un adolescent devient un homme et comment cet homme devient un des meilleurs combattants de la planète. Encore lui faut-il parvenir à maîtriser ses émotions, notamment celles provoquées par le traumatisme qui le ronge. Zdarsky signe une chronique de jeunesse mouvementée. Chaque chapitre offre l'occasion de plonger le héros dans un genre différent : une enquête sur la trace d'un serial killer à Paris, une mission digne de James Bond en Russie, un apprentissage qui rappelle les films de kung fu... L'histoire explore de multiples univers sans perdre son fil conducteur. Le dessin et le découpage de Carmine Di Giandomenico sont très cinématographiques. Si sa représentation de Paris laisse à désirer, l'artiste italien est plus convaincant quand il met en scène les nombreuses scènes d'action et de combat. Son travail sur la lumière et les visages contribuent également à créer des ambiances fortes, qui donnent à cet album (découvrez les premières planches) tout son caractère.

Batman Dark City Tome 1 Failsafe : le justicier face à son plus grand défi

Le pire ennemi de Batman, c'est lui-même. Dans la première partie de ce récit, nous retrouvons un Bruce Wayne ruiné, obligé de vivre dans un appartement. Malgré le manque de moyens, sa quête reste inchangée. Le Chevalier continue de combattre le crime. Jusqu'à l'apparition d'un robot bien décidé à mettre fin à ses jours. Failsafe, c'est le nom de cette nouvelle menace, semble infaillible. Et pour cause, c'est Bruce Wayne lui-même qui l'a inventé il y a plusieurs années de cela au cas où Batman serait devenu un danger public. La "famille" du justicier doit intervenir en renfort. Quelques membres de la Ligue de Justice aussi. Mais personne ne vient à bout de Failsafe, pas même Superman. 

Dans le sillage de quelques illustres prédécesseurs, Zdarsky s'intéresse à un Batman en crise. Mental érodé, corps abîmé. Le Chevalier noir a perdu de sa superbe et il est dépassé, victime de sa propre hubris. Là encore, le scénariste nous propose un récit rythmé, ponctué de combats épiques qui nous tiennent d'autant plus en haleine qu'ils sont mis en scène brillamment par Jorge Jimenez. On est scotchés par son trait élégant et vif ainsi que par sa mise en page inventive. L'album (découvrez les premières pages) contient également deux autres récits signés Chip Zdarsky mettant en scène Catwoman et Batman, dessinés avec vivacité et expressivité par l'Espagnole Belen Ortega et le Mexicain Leonardo Romero, au style délicieusement rétro.

Chacun des deux albums (découvrez nos chroniques de comics) est complété par une galerie de couvertures alternatives. Le run de Chip Zdarsky commence très bien.

Anderton


Aucun commentaire: