DOSSIER

Contacts

Sur le web : Cineblogywood.com a été créé le 6 septembre 2006 (rejoignez notre fan club sur Facebook). Nous sommes dix rédacteurs dont le vice est de vous balancer coups de coeur et coups de gueules, buzz, bonnes infos et grosses conneries. Si possible avec style et humour. Présentation.





Anderton

De même qu'il n'y a qu'un cheveu sur la tête à Matthieu, il n'y a qu'un oeil sur le visage d'Anderton mais c'est suffisant pour suivre l'actualité du 7e art et mater des films à la chaîne. Anderton adore les cinéastes stylés, les blockbusters bourrins, les comédies crétines et les acteurs habités. Spielberg, Hitchcock, Scorsese, De Palma, de Broca, Sautet, Fellini, Risi, Apatow, Disney figurent dans son panthéon. Parmi beaucoup, beaucoup d'autres.

Twitter : @Cineblogywood
Retrouvez-moi sur Instagram
Découvrez les articles d'Anderton





Black Mamba
Les comédies romantiques lui font tourner la tête et Black Mamba n'est pas insensible à la baguette magique d'Harry Potter. Mais le cinéma qui donne à réfléchir, elle aime aussi. Et sa plume peut-être aussi tranchante que le sabre de l'héroïne de Kill Bill. Il faut bien ça pour survivre dans cette équipe gonflée à la testostérone.
Découvrez les articles de Black Mamba





Fred Fenster

Il aimerait tellement être un cinéphile, un vrai. Qui a vu tout Ingmar Bergman, Mankiewicz, Visconti et Eisenstein, et qui considérerait d’ailleurs Le Cuirassé Potemkine comme LE chef-d’oeuvre absolu. Il a essayé, souvent. Et essaie encore, parfois. Mais y a rien à faire. Son kif, c’est plutôt Sergio Leone, Gray, Fincher, Sean Penn ou Michael Mann. Ca compte aussi ? Tant mieux ! Ce qu’il aime avant tout, c’est prendre une claque émotionnelle. Il ne dira pas que si ça fait chialer, c’est forcément que c’est bon, mais... presque. Il adore détester Le Masque et la plume, surtout depuis qu’ils ont dézingué Alabama Monroe. Damn fuckers. Une chanson? Last night the UGC card saved my life ! 





Johnson and Johnson
Comme les agents du FBI dans Piège de cristal, ils n’ont pas de liens de parenté. Avec eux, c’est blanc ou noir, mais d’une seule voix. Quand certains crient au génie, eux ne font pas de prisonniers, pas de quartiers, pas de compromis, pas de détails. Incorruptibles sauf si on leur offre des trucs bien, ils ne parlent pas souvent, mais leur débit est typique du tacatac du AK-47, aurait dit le sergent Highway du Maître de Guerre. Ils improvisent, ils s’adaptent et à la fin, ils gagnent toujours.
Découvrez les articles de Johnson and Johnson


Manny Balestrero
Petit, il noircissait des pages et des pages d’un vieux carnet à spirales afin d’actualiser la playlist de son Panthéon du cinéma. On pouvait y croiser Yves Robert, Gérard Oury, Pierre Richard, De Funès, Bourvil, Fernandel, Raimu, Errol Flynn ou de Broca. L’âge aidant, la liste s’est élargie aux maîtres Lang, Ford, Hitchcock, Mankiewicz, Huston, Fuller, Losey, Scorsese, Truffaut, aux espoirs McQueen ou Winding Refn… Du cinema souvent en prise avec l’actualité !



Marcel Martial

Le seul homme au monde capable de s’extasier à la fois devant Le Limier de Mankiewicz, Gladiator de Ridley Scott et Change de trou ça fume de Marc Dorcel. C’est tout de même devant La Couleur Pourpre qu’il utilisera le plus de kleenex, car sous un cœur de pierre se cache une sensibilité de fils unique. Il peut passer autant de temps devant un film de SF, une série B Gore, un Blockbuster US, un inédit vidéo que devant un boulard tchèque, un mélo français, une série anglaise. Bref, il est boulimique d’images qui se suivent et ne se ressemblent pas.
Mail : marcelomartial@gmail.com
Twitter : @MarcelMartial
Découvrez les articles de Marcel Martial






Marge S.
C'est bien simple, quand Marge S. sort d'une salle de cinéma, c'est pour se rendre dans un festival. Cannes, Udine ou La Rochelle n'ont pas de secret pour elle. Ses deux passions : les films d'auteur et les comédies. Les grosses machines hollywoodiennes, elle laisse ça aux gars de l'équipe.
Découvrez les articles de Marge S.




Marsellus Wallace
Il pourrait bien vous envoyer Jules et Vincent si vous n’étiez pas de son avis… Inconditionnel de Quentin Tarantino, Danny Boyle et Tim Burton, il aime les originaux. Les singuliers. Ceux qui ne font jamais deux fois le même film. De la SF à la comédie musicale, en passant par le gore ou le western, il aime tous les genres. Sauf le sado-maso depuis qu’il s’est fait attrapé comme un salaud dans une cave…
Découvrez les articles de Marsellus Wallace (et là aussi)

Twitter : @Marsellus_wall
Mail : marsellus.cineblog@gmail.com


Mrs Peel
Mrs Peel a le goût de l’aventure et des figures acrobatiques. De Kill Bill à Mission Impossible, de Batman à Chapeau melon et bottes de cuir, ses films de prédilections mettent en scène des personnages invincibles, des héros justiciers et des femmes de combat. Dans un autre genre, elle s’enthousiasme pour les films à grand spectacle, les belles histoires qui font rire ou pleurer, du Patient anglais à Toute la beauté du monde, de Inception à Gangs of New-York. Mais Mrs Peel apprécie aussi les histoires à l’eau de rose, les films qui font pleurer les filles et mettent du baume au cœur. C’est du bonbon pour remonter le moral, des histoires compliquées mais qui finissent toujours en happy end. Avec une pointe d’humour en plus, culture anglo-saxonne oblige, de Billy Elliot à Notting Hill, de Bridget Jones à The Holiday. Bref, vous l’aurez compris, le domaine de Mrs Peel, c’est tout ce qui se projette sur grand écran et qui nous fait rêver.
Découvrez les articles de Mrs Peel
Twitter : @Peel_Cineblog




Sentenza
Il n'aime rien, il n'aime personne. A l'exception de Steven Seagal, et ce n'est pas réciproque. Bercé par Chuck Norris, Sentenza éprouve depuis sa plus tendre enfance une grande tendresse envers les héros couillus et un peu concon. Il pense en effet que magnifier la condition humaine passe inévitablement par quelques tatanes et un clin d'oeil. Sinon il apprécie Isabelle Carré. Pas forcément pour le mêmes raisons.
Découvrez les articles de Sentenza
Mail : sentenza@gmail.com



Travis Bickle
Les salles obscures, c'est son univers. Avec une prédilection pour les films d'auteur et les classiques. Il ne jure que par Cassavetes et Antonioni, c'est dire. Mais pas que : Scorsese, Cimino, Coppola, Lumet, Sautet, Tavernier, Corneau, Blier, Polanski, Mankiewicz, Malick, Ceylan, Kurosawa, Kubrick, et beaucoup d'autres...Après de longues années de lobbying, Anderton est même parvenu à lui faire apprécier Spielberg - pas tous, faut pas pousser non plus ! Son challenge : que Marcel Martial place dans son top 3 au moins UN film de Rohmer. Bref, le cinéma, selon Travis Bickle, il faut que ça fasse réfléchir, que ça remue, que ça dérange. Et que ça bouleverse. Surtout dans les salles obscures.
Twitter : @TravisBrickle
Découvrez les articles de Travis Bickle

Translate this blog