Dossier

lundi 20 août 2012

Summer 1982 : Poltergeist, Firefox, Star Trek II et bides (3/7)


Buzz : Continuons notre plongée dans les sorties de l'été 1982 (découvrez notre dossier) aux Etats-Unis, avec la deuxième partie des films distribués en juin. E.T. explose au box-office mais il y a de la place pour d'autres succès, quelques flops aussi. Spielberg se paie même le luxe de revenir dans les salles pour une deuxième production... plus polémique.





Firefox de Clint Eastwood


Avec les succès de Star Wars, Rencontres du Troisième Type et autres Star Trek, on aurait pu penser que l'époque n'était plus favorable à Clint Eastwood. Mais Blondin est un dur à cuire. Et comme par un pied de nez (ou un gros doigt) à la jeune génération éprise de science-fiction, Clint enfile une combinaison de pilote de chasse pour interpréter un pilote américain envoyé en URSS afin de voler un prototype d'avion révolutionnaire (forcément puisqu'il est de conception soviétique).


Le film était sorti sur les écrans français en fin d'année 1982. J'en garde peu de souvenirs marquants, à part des scènes de vol plutôt spectaculaires sur grand écran. Il faudrait que je le revoie. Ce qui est certain, c'est que Firefox n'est pas une oeuvre majeure d'Eastwood, même s'il fera le plein de spectateurs aux States, rapportant 25 millions de dollars. En pleine guerre froide, le film s'inscrit dans une vision très reaganienne d'affrontement direct avec l'ennemi soviétique. America's back and Clint was never gone!



Grease 2 de Patricia Birch


Dès le départ, tout dans cette suite sent mauvais. Le duo magique John Travolta-Olivia Newton-John est remplacé par deux illustres inconnus : Michelle Pfeiffer, qui ne le restera pas longtemps, et Maxwell Caulfield, qui le restera à jamais. Le réalisateur du premier opus, Randal Kleiser, laisse aussi sa place à Patricia Birch, chorégraphe de profession. Une profession qu'elle retrouvera illico après le four monumental du film (6,5 millions de dollars au B.O.). Quant aux chansons, je n'en parle pas : qui les a vraiment entendues ? Grease est rouillé. Fin de la franchise.



La Folie aux Trousses (Hanky Panky) de Sidney Poitier

Le film devait marqué la troisième association de Gene Wilder et Richard Pryor, après Transamerica Express (1976) et Faut s'faire la malle (1980). Qui plus est, devant la caméra de l'acteur Oscarisé devenu réalisateur, Monsieur Sidney Poitier. Hélas, Pryor est gravement brûlé lors d'un accident. Il sera remplacé par une femme, Gilda Radner. A titre personnel, Wilder y gagne au change puisqu'il finira par épouser sa co-vedette. Mais au box-office, le film se plante, incapable d'exister face aux poids lourds de cet été 1982.

Je n'ai pas vu cette comédie policière à l'intrigue hitchcockienne dans laquelle Gene Wilder interprète à nouveau un Monsieur Tout-le-monde (du nom de Michael Jordan !) accusé à tort d'un meurtre et embringué malgré lui dans une course-poursuite à travers les States. Cela rappelle l'excellent Transamerica Express, que je vous recommande chaudement. Pour le coup, Wilder et Pryor se retrouveront une dernière fois en 1989 avec Pas Nous, Pas Nous. Un titre comme un aveu d'échec. Fin d'un duo qui fit les beaux jours de la comédie US.



Poltergeist de Tobe Hooper


En cet été 1982, Steven Spielberg enchante les foules avec un conte merveilleux (E.T.) et les horrifie avec Poltergeist, une histoire de fantômes qui viennent troubler la quiétude d'une famille américaine. Si le film est réalisé par Tobe Hooper (Massacre à la Tronçonneuse), il s'agit avant tout d'une production Spielberg. La patte du wonder boy est visible évidemment dans la première partie du film sur le quotidien des banlieusards américains, mais son intervention s'étend bien au-delà, à tel point que certains membres de l'équipe sont davantage, voire exclusivement en contact avec Spielberg. Pour autant, nul doute que Hooper a apporté son savoir-faire et son mauvais esprit. Difficile de savoir qui a fait quoi, les deux bonhommes n'ayant pas eu envie de s'étendre sur le sujet - leurs rapports pendant le tournage ayant été tout sauf joyeux...


Reste que le résultat est jouissif tant les frères ennemis prennent plaisir à créer l'épouvante à partir d'objets du quotidien : le placard, l'arbre à la fenêtre, la peluche, la télévision. Les effets spéciaux sont bien foutus. Impossible d'oublier le type qui s'écorche la tronche devant la glace ou la piscine remplie de cadavres. La musique de Jerry Goldsmith contribue grandement à te scotcher à ton fauteuil. Je me souviens d'avoir acheté la BOF en 33 tours (on ne se moque pas !) et d'avoir eu du mal à dormir après l'avoir écoutée, seul dans le salon, à une heure un peu trop tardive.



Résultat : 38 millions de dollars de recettes au box-office, deux sequels puis une série télé. Plusieurs acteurs trouveront la mort à la suite du film : assassinat, maladie, opération chirurgicale ayant mal tournée. De quoi alimenter la thèse d'une malédiction, complètement raccord avec le sujet. Autre conséquence : pour ce film, le nom de Spielberg apparaît en plus gros sur l'affiche que celui de Hooper. Coup de gueule de la guilde des réalisateurs. Depuis, il est interdit que le nom du producteur domine celui du réalisateur. N'en déplaise à Jerry Bruckheimer.



Star Trek La Colère de Kahn (Star Trek The Wrath of Kahn) de Nicholas Meyer

Les Trekkies peuvent remercier George Lucas. Son Star Wars relance la franchise Star Trek et la propulse sur grand écran. Après un premier film en 1979, ce deuxième opus cartonne au box-office (40 millions de dollars de recettes). A tel point que les fans le considèrent comme l'un des plus réussis de la saga.

L'équipage de l'USS Enterprise a pris un sacré coup de vieux. Il accompagne désormais de nouvelles recrues qui doivent reprendre en main le vaisseau. Mais Kirk, Spock et consorts vont devoir patienter avant de pouvoir jouer tranquillement aux boules ou regarder Derrick à la téloche : ils sont dans la ligne de mire de Khan, un ancien ennemi bien décidé à se venger. 

Bon, j'ai revu La Colère de Kahn il y a trois semaines en Blu-ray. Je vais être honnête : je me suis endormi au milieu du film. Oui, ce n'est pas bien de vieillir mais j'ai beau lutter, je dois admettre que l'univers créé par Gene Roddenberry me laisse de marbre. J'ai toujours trouvé la série kitsch : costumes à base de pyjamas, décors en carton-pâte, situations loufoques... Certes, le film bénéficie de moyens conséquents. Les effets spéciaux sont même réalisés par ILM mais bon, ils ne sont pas à la hauteur de ceux de l'univers jedi. En clair, Star Wars a ringardisé Star Trek. Et le jeu outré des acteurs (William Shatner en tête - cf cette compile) ainsi que la coupe mulet de footballeur ouest-allemand adoptée par Ricardo Montalban (Khan) n'aident pas à entrer dans le film. Vraiment, seul le reboot de J.J. Abrams trouve grâce à mes yeux.



Anderton
Enregistrer un commentaire