lundi 27 août 2012

Summer 1982 : ados, slasher, 3D et pimps (6/7)


En salles : L'été 1982 (découvrez notre dossier) du cinéma américain, c'est un été très chaud. Où les films cultes suivent aux films cultes - et à d'autres qui le sont un peu moins mais bon... Pour notre avant-dernier post sur le sujet, voici quatre des huit films distribués au mois d'août, il y a trente ans. Et il y a du culte qui n'a pas forcément traversé l'Atlantique...



Ça chauffe au lycée Ridgemont (Fast Times at Ridgemont High) de Amy Heckerling

Cultissime aux States, ce film est à peu près inconnu en France. Il n'est d'ailleurs sorti chez nous qu'en 2001 et en direct-to-DVD ! Comme son titre l'indique, il s'agit d'une des toutes premières comédies avec des ados et pour les ados, avec au menu : des élèves, des soirées, de la drogue, de la zik, du cul. Sur un scénar de Cameron Crowe (Jerry Maguire, Nouveau Départ) d'après son propre livre, Ridgemont High est réalisé par Amy Heckerling à qui l'on devra un hit encore plus planétaire : Allô Maman Ici Bébé (Look Who's Talking, 1989).

Au-delà des situations et des répliques devenues cultes outre-Atlantique, le film a marqué le cinéma en révélant une nouvelle génération de comédiens : Sean Penn (en branleur chevelu et déconneur), Jennifer Jason Leigh, Phoebe Cates, Nicolas Cage, Judge Reinhold, Anthony Edwards, Forest Whitaker et Eric Stoltz. Le casting director a eu le compas dans l'oeil.



Meurtres en 3 Dimensions (Friday the 13th part 3 - 3D) de Steve Miner

Jason Voorhees revient une troisième fois, ça va couper ! La saga Vendredi 13, ce sont 12 films sur deux siècles. Faut le faire, hein ? Enfin, non, je ne sais pas s'il fallait le faire mais bon, le résultat est là. Pas besoin de raconter l'histoire de ce troisième opus, tout le monde s'en doute. 

Sa double spécificité, c'est que, pour la première fois, Jason est affublé d'un masque de hockey qui fera sa renommée. Et, évidemment, que le film est sorti en 3D. Et quand je te parle de 3D, je ne te parle pas de la 3D de maintenant : je te parle de 3D que l'on regarde avec des lunettes en carton dotées d'un verre rouge et d'un verre vert. Et tu sais quoi ? A l'époque, on trouvait ça cool. D'où le carton en salles : 33 millions de dollars de recettes pour un budget de 3 millions de dollars. Tu comprends mieux pourquoi il y en a eu douze Vendredi 13, hein.


Les Croques-morts en folie (Night Shift) de Ron Howard

Un bon titre bidochon pour la version française de la deuxième réalisation de Ron Howard. Son "travail de nuit" (Night Shift donc) raconte comment deux employés d'une morgue deviennent... des pimps. Des macs, quoi. Ritchie des Jours Heureux a amené son compère Fonzie (Henry Winkler) dans un rôle à contre-emploi : celui d'un trouillard ! Merde, c'est le Fonz, quoi ! Et celui qui le détourne du droit chemin n'est autre que Michael Keaton, pour une première apparition sur grand écran. Un rôle bien barré qui fera décoller sa carrière. Celle de Ron Howard itou, qui enchaînera avec Splash puis Cocoon.

Egalement à l'affiche, Shelley Long, qu'on ne voit plus trop sur grand écran. A noter la figuration du jeune Kevin Costner. Sinon, on retrouve à la prod, le compagnon de route de Ron Howard : Brian Grazer. Le cinéma est une grande famille.


Six Pack de Daniel Petrie

Cette comédie familiale avec le roi de la country, Kenny Rogers, n'est jamais sortie chez nous. Au Québéc, le titre en était Brewster et les six chenapans. Brewster est un pilote de stock car qui se retrouve avec six orphelins sur les bras. Deux des jeunes acteurs se feront un nom au cinéma : Diane Lane (Cotton Club) et Anthony Michael Hall (Breakfast Club). Bienvenue aux clubs !


Anderton

Enregistrer un commentaire