Dossier Super Bowl

mercredi 17 avril 2019

Ip Man Legacy Master Z : un spin-off qui casse des briques (et quelques os)

En DVD et Blu-ray : La saga Ip Man se poursuit. Après trois opus avec Donnie Yen dans le rôle principal, voici un spin-off édité par M6 Vidéo : Ip Man Legacy Master Z, dont le casting réunit Max Zhang, Dave Bautista, Michelle Yeoh et Tony Jaa. Résultat : un bon film d'action aux impressionnantes scènes de combat.



Pour rappel, les trois premiers Ip Man avaient pour héros Ip Man (dont le patronyme s'écrit également Yip Man). Ce professeur d'arts martiaux et plus précisément de Wing Chun, qui a vraiment existé, a officié notamment à Hong Kong où il s'est définitivement installé dans les années cinquante. Son élève le plus célèbre fut Bruce Lee. L'aura d'Ip Man est telle que des épisodes de sa vie ont plusieurs fois été adaptés à l'écran : il y a donc les trois films avec Donnie Yen mais aussi The Grandmaster de Wong Kar-Wai ou Ip Man Le Combat final.

Dans la continuité des opus avec Donnie Yen, Ip Man Legacy Master Z s'intéresse non plus au maître en question (que l'on revoit fugacement dans des flashbacks) mais à un adversaire qu'il a vaincu lors d'un combat, Cheung Tin Chi (Max Zhang). Depuis sa défaite, ce dernier a décidé d'arrêter la pratique des arts martiaux pour devenir... épicier. Il élève seul son jeune fils et se tient éloigné des embrouilles. Jusqu'au jour où il est amené à défendre deux jeunes femmes agressées par une bande de mafieux. Lesquels ne vont pas laisser cet affront impuni.


Le film est réalisé par le vétéran Yuen Woo-ping, réalisateur (notamment du mythique Drunken Master avec Jackie Chan), acteur et chorégraphe des combats dans Kill Bill, Danny the dog ou The Grandmaster. Inutile de préciser que le bonhomme maîtrise son sujet. S'appuyant sur un montage nerveux, sa mise en scène est virevoltante, à l'image des affrontements qui ponctuent le film. Dans la meilleure tradition du cinéma hongkongais, les acteurs se donnent à fond dans des ballets élaborés, gracieux (ou pas) et spectaculaires. 

Jaa, Yeoh et Bautista

Trois temps forts : trois combats-clés, tous différents par leur style et leur dramaturgie mais tous époustouflants. Le premier, tout en verticalité, se déroule sur les enseignes néons d'une rue commerçante (ça m'a rappelé une scène de course-poursuite sur des échafaudages en bambous  dans Les Tribulations d'un Chinois en Chine avec notre Bébel national) pour se terminer au sol par un duel entre Cheung Tin Chi et un combattant mystérieux (Tony Jaa). Le deuxième combat met aux prises Tin Chi et un partenaire avec une horde de mafieux. L'un d'eux sort même un revolver tandis que la chef du gang, interprétée par Michelle Yeoh, utilise un sabre. A 56 ans, l'actrice impressionne par ses qualités physiques ! Enfin dernier moment fort : l'affrontement entre Tin Chi et le patron d'un restaurant joué par Dave Bautista (Les Gardiens de la galaxie). Du brutal.

L'amateur d'arts martiaux est comblé et le cinéphile apprécie les apparitions de ces trois invités prestigieux, qui se retrouvent face à Max Zhang. Ce dernier n'a clairement pas le charisme de Donnie Yen et son personnage taiseux et un peu renfrogné n'aide pas à le mettre en valeur. Mais il fait le job avec beaucoup d'engagement et démontre toute sa maîtrise du wing chun. Enfin, le film bénéficie d'une jolie photo et de beaux décors (qui font décors de studios mais beaux quand même) reconstituant un Hong Kong aujourd'hui disparu. Comme souvent dans la saga Ip Man, le véritable ennemi, sans honneur, est l'étranger : l'occupant japonais dans les films précédents ou, ici, les Occidentaux et les autorités britanniques, corrompues et permissives. En bonus, l'édition de M6 Vidéo propose un making of ainsi qu'un reportage sur le tournage de la scène des néons. Ip Man Legacy Master Z permet aux fans de films de kung fu, dont je fais partie, de passer un très bon moment.

Anderton

Aucun commentaire: