Dossier

lundi 8 décembre 2014

Ip Man Le Combat Final : le kung fu renouvelé

En DVD et Blu-ray : Nouvel opus de la saga Ip Man, Ip Man Le Combat Final, sorti en vidéo chez Metropolitan, s'intéresse aux toutes dernières années de l'expert en arts martiaux. L'occasion de plonger dans le Hong Kong de l'après-guerre, avec en prime quelques combats évidemment spectaculaires.



Pour ceux qui ne sont pas très familiarisés avec les films d'arts martiaux, la saga Ip Man, c'est un peu comme si Lucasfilms avait consacré une franchise à Yoda. Car le Ip Man (ou Yip Man) en question est un grand-maître de kung fu, et plus précisément de wing chun. Il eût notamment pour élève Bruce Lee. Sa vie a été relatée dans quatre films - les deux premiers avec Donnie Yen dans le rôle de Ip Man -, et même un cinquième, si l'on prend en compte The Grandmaster (qui ne fait pas partie de la saga).

Ce Combat Final relate le retour du grand-maître à Hong Kong, après la deuxième guerre mondiale. Séparé de sa femme et de son fils, restés en Chine désormais communiste, il ouvre une école de kung fu. S'il attire des disciples, il est confronté aux provocations des membres d'écoles concurrentes. Et ce sont bientôt les triades qui se mettent sur son chemin.

Reconstitution soignée

Amateurs de bastons à la chinoise, vous allez être servis. Réalisé par Herman Yau, le film est ponctué de séquences d'action où les coups s'enchaînent avec cette maestria hypnotique propre au genre. Mais l'intérêt réside également dans la reconstitution impressionnante (bien qu'un poil trop propre) du Hong Kong des années 50, 60 et 70. Pas vraiment les Trente Glorieuses dans ce coin du monde : pauvreté, répression policière, corruption constituent le quotidien des habitants du "port aux parfums". La bande originale fait la part belle aux chansons de l'époque dans un style yéyé hongkongais. Autre originalité : le film montre un maître de kung fu capable de passion, pour son épouse puis pour sa maîtresse, une chanteuse de cabaret. Une relation très chaste à l'écran mais très inhabituelle dans ce genre de films. Enfin, notons qu'il est question de Bruce Lee et que la star n'est pas montrée sous son meilleur jour.
 
Anthony Wong incarne Ip Man avec beaucoup de conviction - tout en sobriété. Mais je dois dire qu'il manque un peu de charisme pour qu'on éprouve de l'empathie à l'égard de son personnage. Et cela, malgré quelques scènes pleines d'émotion. Ip Man le Combat Final reste pour autant un film séduisant, qui apporte un peu d'originalité dans des films de kung fu parfois trop formatés.
 
Critique réalisée dans le cadre d'un partenariat avec Cinétrafic : découvrez la fiche de IP Man Le Combat Final ainsi qu'une sélection de films de kung fu ou d'action.


Anderton
  

Enregistrer un commentaire