Dossier Super Bowl

vendredi 29 juillet 2022

Comics - Supergirl et Green Lantern : destination l'espace !

Supergirl Far Sector Sea of stars comics CINEBLOGYWOOD

A lire : Urban Comics a publié trois bons comics qui nous font découvrir, aux côtés de Supergirl, d'une Green Lantern et d'un convoyeur spatial, les profondeurs glacées du cosmos ainsi que d'étranges mondes extra-terrestres. Aventures, exotisme et action sont au rendez-vous.


Supergirl Woman of Tomorrow de Tom King et Bilquis Evely

Pas facile d'exister dans l'ombre de Superman. La jeune Kara Zor-El, également survivante de Krypton, noie son spleen dans l'alcool, avec pour compagnon son super chien Krypto. Et c'est au coeur d'une taverne située sur une lointaine planète qu'elle lâche le pichet pour prendre la défense de Ruthye, une ado qui a quitté son foyer pour retrouver l'assassin de son père. Et le tuer de ses propres mains.

Tom King signe une histoire haletante dans laquelle les deux protagonistes arpentent des mondes aussi stupéfiants que dangereux, sur les traces d'un bandit sanguinaire. Comme à son habitude, le scénariste soigne ses personnages dont il nous fait partager souffrances et questionnements. Belle relation entre ces deux femmes confrontées à l'horreur, unies par la perte d'êtres chers. Ce récit initiatique se déroule dans un univers qui mêle science-fiction vintage et fantasy de la grande époque. Le dessin de Bilquis Evely est splendide : la finesse du trait et la pléthore de détails, magnifiés par les couleurs de Matheus Lopes, font naître des mondes qui happent le lecteur. Brillant.

Far Sector de N.K. Jemisin et Jamal Campbell

La Green Lantern Jo Mullein se retrouve également à des années-lumière de la Terre. La Plateforme Toujours Plus Loin (c'est le nom du site) vient de connaître son premier assassinat en 500 ans. La porteuse de l'anneau mène l'enquête et découvre un monde faussement policé où coexistent trois étonnantes communautés.

Tout comme l'héroïne, les auteurs sont des jeunes talents afro-américains. Nora Keita Jemisin est une romancière multirécompensée pour ses livres de science-fiction et de fantasy (Les Cent Mille Royaumes, Les Livres de la terre fracturée). Le secteur lointain qu'elle décrit raconte une société utopique tout en nous amenant à réfléchir sur celle dans laquelle nous vivons. Ici comme là, les injustices et les inégalités minent l'unité des peuples et empêchent d'établir l'harmonie. On les découvre à travers les yeux de Jo Mullein, tout comme son passé de flic qui a été confrontée à la violence de ses collègues. N. K. Jemisin évoque ainsi frontalement mais avec nuances la difficulté d'être noir(e) et d'être une femme dans un monde/des mondes où les individus sont hiérarchisés selon leur ADN ou leur couleur de peau. Au-delà de ces différences apparentes, c'est bien le goût du pouvoir de certains individus qui créent divisions et manipulations. Beaucoup de belles idées dans ce récit dense et parfois un peu complexe. Jamal Campbell (Black Panther, Naomi) réalise un magnifique travail au dessin comme à la mise en couleur pour donner vie à cet univers. Les combats sont parfois un peu confus mais chaque planche dégage dynamisme et vivacité. Et puis, c'est intéressant de ne pas avoir donné à Jo Mullein les mensurations d'une top model longiligne. L'héroïne a des formes, des hanches ; elle est humaine, quoi.

Sea of stars de Jason Aaron, Dennis Hallum et Stephen Green

C'est pénible les longs voyages, même dans l'espace. Pendant que son père Gil pilote un convoyeur interplanétaire, le jeune Kadyn déambule dans les coursives pour jeter un oeil à la cargaison : des artefacts provenant d'un musée alien. C'est alors qu'une sorte de gigantesque requin alien attaque le vaisseau. Père et fils se retrouvent séparés. Kadyn semble avoir hérité d'incroyables pouvoirs. Il prend son pied à voguer dans le cosmos, curieux de tout, tandis que son père se met immédiatement à sa recherche.

Le duo de scénaristes Aaron et Hallum invente une double odyssée dans laquelle père et fils affrontent bien des dangers et découvrent des mondes fantastiques. Ce qui empêche le lecteur de tourner les pages de l'album à toute vitesse tant il est pris par le récit, c'est la splendeur des dessins signés Stephan Green que Rico Renzi réhausse de couleurs éclatantes. Chaque planche permet de plonger dans l'univers et des univers inattendus, peuplés de singes cosmiques et de baleines intersidérales. C'est beau, prenant, drôle et même émouvant.

Comme toujours, Urban Comics a soigné chaque édition, qui intègre une galerie de couvertures. Trois bons albums de science-fiction pour s'évader au coeur de l'été.

Anderton


Aucun commentaire: