Dossier Super Bowl

dimanche 16 juillet 2023

Et La Montagne vous gagne

La Montagne Thomas Salvador DVD CINEBLOGYWOOD

Alors que Tom Cruise la dévale à moto dans une séquence spectaculaire de Mission Impossible Dead Reckoning part 1, Thomas Salvador a choisi de la gravir plus paisiblement dans son deuxième long-métrage, simplement et justement intitulé La Montagne. La sortie en vidéo permet d'apprécier le regard unique et captivant du cinéaste-comédien.


Lors d'une démonstration chez un client, Pierre, ingénieur en robotique, perd le fil et laisse son regard vagabonder sur les cimes des Alpes qu'il découvre par la fenêtre. Sa fascination devient obsession. Il annule son billet de retour, achète un équipement d'alpiniste et part bivouaquer sur le glacier. L'escapade vire au changement de vie. Sur place, il rencontre Léa, propriétaire d'un restaurant d'altitude. Pierre est bien décidé à ne plus redescendre.

Alpiniste lui-même, Thomas Salvador parvient à nous transmettre l'envoûtement de son personnage pour le pic immaculé. Nous sommes captivés par son apparition inattendue, au détour d'un rendez-vous professionnel, et comprenons sans mal la réaction de Pierre, son envie de lâcher prise, d'envoyer bouler boulot et vie citadine pour vivre une existence contemplative, au plus près de cet aimant de roches et de neige. Les magnifiques images d'Alexis Kavyrchine, bercées par le score de Chloé Thévenin, capturent la beauté des reliefs qui changent au fil des heures, au gré du soleil ou de la brume. Oui, on comprend l'envie de Pierre et on se désole avec lui devant les ravages causés par le tourisme de masse et le réchauffement climatique.

Sans savoir où va nous emmener l'histoire, on se laisse emporter, dépayser. Et puis alors qu'on imaginait partager les premières sensations d'un ermite, voici que Salvador introduit un personnage féminin, Léa. Louise Bourgoin lui prête son regard curieux et bienveillant, amusé mais pas moqueur, ainsi que son grand sourire : la comédienne traduit à la perfection ce que nous ressentons pour Pierre. Et elle fait éclore avec beaucoup de nuances les sentiments qu'elle développe progressivement pour ce drôle de bonhomme. Thomas Salvador le comédien nous captive également par son interprétation de Pierrot lunaire, de grand taiseux dépourvu de la moindre once de cynisme et dont la timidité cache une grande détermination.

Magie des cimes

La rencontre avec Léa ne met pas un terme à l'obsession de Pierre, qui veut percer à jour le mystère de la montagne. Et voici que le film bascule dans un récit fantastique. Je n'en dirai pas plus. On retrouve la même approche que dans Vincent n'a pas d'écailles, le premier long-métrage du cinéaste. Même protagoniste en marge, même muse à la fois terre à terre et compréhensive. Pour autant, La Montagne n'est pas une resucée : c'est une nouvelle exploration du rapport intense qui unit avec les forces souterraines de la nature celui qui sait en être à l'écoute. 

Dans son édition vidéo, Le Pacte associe au film un intéressant dialogue entre Salvador et Bourgoin, dans lequel ils évoquent l'impact du milieu et de l'altitude sur leur jeu et la mise en scène. Que La Montagne est belle.

Anderton


Aucun commentaire: