Festival de Deauville

30 mars 2009

Maurice Jarre, mort d'un maestro

Artistes : Maurice Jarre s'est éteint à l'âge de 84 ans, dans la nuit de samedi à dimanche, à Los Angeles où il résidait. Cancer.
Je ne vais pas vous le faire sur l'air de "Un des derniers géants nous a quitté" mais le cinéma perd un de ses très grands compositeurs.
Violons longs...
Je me souviens du César d'honneur qui lui avait été remis il y a quelques années. Pour illustrer l'incroyable force de ses mélodies, l'Académie avait projeté une scène de Docteur Jivago (1965)... sans la musique. Puis avec. Pas besoin de vous faire un dessin. Le film de David Lean prenait une toute autre dimension sous les violons de Lara's Theme.
Et la scène de la construction de la grange, dans Witness (1985) ! L'air de Jarre (Building The Barn) gagne en rythme, en complexité et en puissance au fur et à mesure que la grange des Amish s'élève sous les coups de marteau et de scie.
Mireille et Lawrence
Et qui n'a jamais fredonné le thème de Paris Brûle-t-il ? après avoir vu le film de René Clément... ou La Vie est un Long Fleuve Tranquille ? Même chanté par Mireille Mathieu, Paris en Colère te donne envie de courir sous les arbres en fleur au printemps !
Et qui n'a jamais vibré en regardant Lawrence d'Arabie (1962) ? Avec sa musique grandiose et envoûtante - la quintessence même de la B.O. du film d'aventure !
Même s'il a travaillé avec Alfred Hitchcock, Peter Weir, John Huston ou Luchino Visconti, c'est évidemment son association avec David Lean qui a été la plus étincelante. Maurice Jarre y a d'ailleurs gagné ses trois Oscar - Lawrence d'Arabie, Docteur Jivago et La Route des Indes. Il y a surtout gagné une reconnaissance populaire. Et mon admiration indéfectible.
P.S. : Putain, Ennio, tiens bon !
Anderton

Aucun commentaire:

Translate this blog