New

29 juillet 2009

Willem Dafoe est partout

Artistes : On a beaucoup parlé du prix d’interprétation cannois attribué cette année à Charlotte Gainsbourg pour Antichrist, de Lars von Trier.
De même que dans un rôle similaire Isabelle Huppert avait partagé son prix pour La Pianiste avec son partenaire masculin Benoît Magimel, il ne faudrait pas oublier d’y associer son partenaire Willem Dafoe, absolument pro-di-gieux de retenue, de finesse et d’audace.
Flash-back
L’occasion de faire un flash back sur une carrière protéiforme, zigzagante et audacieuse. Une allure minérale, un physique mi-ange mi-démon, une présence magnétique lui ont permis d’alterner blockbuster et films d’auteurs, machines hollywoodiennes et drames européens, nanars et chefs-d’œuvre. Mais au bout du compte, une filmographie impressionnante, qui rassemble la crème du ciné indé US, mais aussi de solides routiers :
Martin Scorsese : La dernière tentation du Christ et Aviator
David Cronenberg : ExistenZ
David Lynch : Sailor & Lula
Sam Raimi : Spiderman
Oliver Stone : Platoon
William Friedkin : To live and die in LA
Abel Ferrarra : New Rose Hotel, et Go Go tales – bien que présenté à Cannes il y a deux ans, toujours pas distribué en France, pourquoi ?
Paul Schrader : le sublime Light sleeper, Affliction
Wes Anderson : La vie aquatique
Spike Lee : Inside Man
Alan Parker : Mississippi Burning

Rajoutons-y également Speed et Assayas (Paris, je t’aime), American Psycho et Animal Factory, XXX 2 et Le patient anglais, Danger immédiat et Desperado 2, des nanars d’inspiration résolument littéraire (La nuit et le moment d’après Crébillon, Victory d’après Conrad, Lulu on the bridge de Paul Auster), de pur navets (Body, avec Madonna, Sables mortels de Roger Donaldson). Et on n’a pas oublié sa composition hallucinante du vampire Max Schreck dans L’Ombre du vampire, relatant le tournage du Nosferatu de Murnau…
10 films en attente !
Et bientôt, pas moins d’une dizaine de films en attente ! Signés Wenders, Schrader, Herzog, Angelopoulos, L’affaire Farewell, le prochain Wes Anderson, mais aussi Beast of Bastaan sur les sévices japonais infligés aux soldats américains pendant la deuxième guerre mondiale, ou bien John Carter of Mars, dans lequel il interprètera… un guerrier martien !
Bref, on voit Willem Dafoe tout le temps, partout, surtout là où on ne l’attend pas.
Travis Bickle

3 commentaires:

ororo a dit…

Ah merci ! Merci ! Un vrai de vrai, un bon et pourtant on en parle jamais assez !
Pour moi il sera l'eternel Elias de Platoon, la première fois que je suis tombée en pamoison devant lui...: )

Florianl a dit…

Vous oubliez un de ses meilleurs rôles dans The Boondock Saints ou il bouffe l'écran ! :)

TravisB a dit…

Merci Florianl de compléter ce focus - incomplet, imparfait, car sa filmo est tellement riche - sur Dafoe. Vais me précipiter sur ce film !

Translate this blog