Cannes 2022

jeudi 3 décembre 2020

Fauda saison 3 : infiltrés à Gaza

Fauda saison 3 CINEBLOGYWOOD

En DVD : Après une attente insoutenable, voici que Wild Side sort en vidéo la troisième saison de l'excellente série israélienne Fauda. Plongée haletante avec un commando d'infiltrés israéliens au coeur de missions (quasi) impossibles en Cisjordanie et à Gaza.


Fauda. Le chaos en arabe. C'est à la fois un bon résumé de la situation au Moyen-Orient et des événements auxquels sont confrontés les protagonistes de la série. C'est aussi le mot lâché par les forces spéciales israéliennes lorsqu'elles ont besoin de quitter de toute urgence le théâtre des opérations où elles sont impliquées. 

Ce qui est passionnant dans Fauda, c'est son réalisme. Et pour cause, elle a pour showrunners Lior Raz, un ancien soldat des forces spéciales israéliennes, et Avi Issacharoff, journaliste spécialiste de la Palestine. Leurs connaissances pointues du terrain et leurs contacts des deux côtés de la frontière leur ont permis de construire depuis le lancement de la saison 1 en 2015 un récit qui repose sur une description la plus proche possible de la réalité. Pas seulement du point de vue israélien mais en offrant également la possibilité aux spectateurs de découvrir la vie des Palestiniens. 

Des deux côtés de la frontière

C'est l'autre intérêt de la série : développer des situations prenantes, avec des séquences d'action très réussies, sans jamais oublier les personnages. Palestiniens comme Israéliens, tous sont des êtres de chair et de sang qui aiment leur pays, leur famille et sont souvent déchirés entre leur profond désir de paix et leur besoin de prendre les armes. Autant de points communs auxquels s'ajoutent les habitudes du quotidien : café turc préparé dans l'ibrik en cuivre, houmous partagé aux repas... Une ressemblance culturelle mais aussi physique et linguistique. Les infiltrés israéliens changent juste de vêtements pour se fondre dans la foule palestinienne. Ils parlent tous arabe sans accent. Certains ont même des origines arabes. Et dans cette saison 3, ce sont en parallèle des Palestiniens qui se font passer pour des Israéliens.

Sans grand discours, les créateurs de Fauda mettent ainsi en lumière ce qui rapproche ces deux peuples ennemis et pourtant si proches. D'où le succès de la série, y compris dans les pays arabes, comme le souligne Lior Raz dans un bonus. A ce titre, je recommande chaudement la version originale, avec un dispositif de sous-titres très clair pour ceux qui auraient du mal à différencier l'hébreu de l'arabe.

D'une infiltration à l'autre

Dans cette saison 3, on retrouve autour de Doron (interprété par Lior Raz) le petit groupe des infiltrés, une unité à part où on se tape fort dans le dos, on se fait la bise, on s'engueule bruyamment pour se réconcilier rapidement ou pleurer ensemble un camarade tombé au champ de bataille. Au-delà de ces manifestations méditerranéennes de testostérone, les 12 nouveaux épisodes continuent de creuser les conséquences psychologiques du conflit : perte des repères familiaux, troubles post-traumatiques, difficulté à s'engager ou aimer, avec quelques moments émouvants à la clé.

Pour autant, l'action est toujours au rendez-vous. Cette fois-ci, l'unité de Mista'arvim doit faire face à sa mission la plus périlleuse : s'infiltrer à Gaza, tandis qu'un groupe de terroristes palestiniens fait le chemin inverse. Je n'en dirai pas plus si ce n'est que cette saison 3 est une fois de plus prenante de bout en bout. 

Anderton

Aucun commentaire: