Belmondo : films, anecdotes...

mardi 22 décembre 2020

Méliès : la magie de Noël

Méliès la magie du cinéma livre CINEBLOGYWOOD

A lire : Et si vous réenchantiez ce Noël 2020 si peu festif ? Oubliez le gros Santa et tournez-vous vers un vrai magicien, Georges Méliès, dont le 8 décembre 2021 nous célébrerons le 160e anniversaire de sa naissance. Avec un an d'avance, La Cinémathèque et Flammarion s'associent pour publier un magnifique ouvrage : Méliès La magie du cinéma.


Directeur du patrimoine de la Cinémathèque française et du Conservatoire des techniques cinématographiques, Laurent Mannoni aborde en détail la vie et l'oeuvre du pionnier du 7e art. Avec érudition mais dans un style très abordable, l'auteur décrit un jeune homme qui fuit une carrière toute tracée (travailler dans l'usine familiale de chaussures) pour devenir magicien, directeur de théâtre puis cinéaste. Un cinéaste atypique et complet : à la fois producteur, scénariste, comédien, réalisateur, éclairagiste, créateur d'effets spéciaux... Seul lui manque le sens des affaires, précise l'auteur. Ce qui conduira Méliès à la faillite. Il finira alors ses jours à vendre des jouets dans une petite boutique de la gare Montparnasse. Martin Scorsese nous a raconté cet incroyable destin dans l'éblouissant Hugo Cabret (2011). "On descend tous de Méliès !", s'est écrié le réalisateur de Raging Bull. "Méliès nous renvoie toujours à l'obsession et à la compulsion de l'image en mouvement, écrit-il dans la préface de l'ouvrage. (...) Il recherchait 'la réalisation de l'impossible'. Cette idée m'a toujours inspiré."

Méliès la magie du cinéma livre CINEBLOGYWOOD
Méliès la magie du cinéma livre CINEBLOGYWOOD

Pour comprendre d'où vient le fantastique imaginaire du "magicien de Montreuil", Laurent Mannoni commence par nous raconter l'histoire de la lanterne magique, des fantasmagories et des spectacles de spectres vivants. Au sein du Théâtre Robert-Houdin, Méliès crée des spectacles à base de "trucs" : jeux de lumière et de fumée, mécanismes complexes mais invisibles actionnés par des cordes et poulies. En 1896, Méliès assiste à la première séance du cinématographe, au salon indien du Grand Café. Il entrevoit tout de suite les possibilités offertes par cet appareil inédit. Mais Antoine Lumière, le père des frères inventeurs, refuse de le lui vendre, arguant qu'il s'agit d'un appareil scientifique sans aucun avenir commercial. Qu'importe ! Méliès traversera la Manche, transformera un projecteur en caméra. "Méliès n'est pas le seul à se lancer dans la fusion magie et cinéma, pointe Mannoni. Mais il sera bien le seul 'alchimiste de la lumière', selon une expression prêtée à Chaplin, à perdurer."

L'ouvrage grand format regorge d'illustrations et documents d'époque : affiches, dessins, photos, fragments de films... On y découvre sur près de 400 pages des machines extraordinaires et surtout des vues qui nous propulsent au coeur du studio de Méliès, dans des décors luxuriants, au côté de personnages à la fois amusants et inquiétants. Une plongée émouvante. Toute l'essence du cinéma est déjà là. Le livre se termine d'ailleurs par la postérité de Méliès, avec des propos de George Lucas, Olivier Assayas, Tim Burton, Guillermo Del Toro et bien d'autres. Magique !

Anderton

Aucun commentaire: