Belmondo : films, anecdotes...

dimanche 5 septembre 2021

Raya et le dernier dragon : dragon, kung fu et Covid !

Raya et le dernier dragon Blu-ray Disney CINEBLOGYWOOD


En Blu-ray et DVD : Cela aurait pu être le nouveau grand succès en salle de Disney. Mais la Covid en a décidé autrement et le studio américain itou. Raya et le dernier dragon n'a donc pas eu droit à une sortie au cinéma en France : diffusion directe sur Disney+. Dommage tant le film aurait mérité d'être vu sur grand écran. Les éditions vidéo offrent la possibilité de (re)voir cette splendeur mais aussi de découvrir l'envers d'une production qui a amené Disney à se réinventer.


Kumandra fut longtemps une contrée prospère. Jusqu'à ce que les Druun, des entités maléfiques, transforment les humains en statues de pierre. Les dragons protecteurs des lieux se sont sacrifiés pour léguer aux survivants une pierre magique qui a refoulé les Druun dans les entrailles de la terre. Mais les humains, divisés, ont provoqué l'éclatement de la pierre et le retour des Druun. La jeune Raya, qui a été à l'origine de cette catastrophe, est bien décidée à retrouver Sisu, le dernier dragon, et à rassembler les cinq morceaux de la pierre pour anéantir définitivement les Druun.

Réalisé par Don Hall et Carlos Lopez Estrada, Raya et le dernier dragon est un émerveillement visuel de bout en bout. Nous sommes transportés dans un monde de fantasy inspiré par les cultures de l'Asie du Sud-Est. Comme à leur habitude, les studios Disney ont préparé ce projet avec soin : une partie de l'équipe a effectué un voyage d'études dans plusieurs pays de la zone afin de s'imprégner des cultures et des couleurs, de rencontrer les peuples et leurs modes de vie ainsi que leur manière de représenter la vie dans leur art. D'où la création d'un monde foisonnant et coloré, à la fois complètement imaginaire et totalement crédible.

Même application pour représenter les combats, à mains nues ou avec des armes, inspirés par les divers arts martiaux de cette région d'Asie. D'où des fight scenes qui emballent par leur réalisme et qui ne se ressemblent jamais. Cette volonté de rendre hommage avec fidélité et respect aux cultures d'Asie du Sud-Est s'est illustrée à la fois dans la composition de l'équipe artistique - des collaborateurs d'origine asiatique ont occupé des fonctions à responsabilité au sein de postes clés (scénario, animation, voix...) - et via le recours à une sorte de comité d'experts et consultants, auquel l'équipe de production a fait appel pour s'assurer de représenter fidèlement des civilisations imaginaires mais reposant sur des cultures existantes. De manière émouvante, les talents d'origine asiatique expliquent dans les bonus à quel point il était important de se reconnaître à l'écran et de donner aux enfants d'origine asiatique des héros auxquels ils pourraient s'identifier.

Production en distanciel

L'autre caractéristique majeure du film est que sa production a été coupée dans son élan par l'épidémie de Covid-19. Comme toutes les activités humaines dans le monde. Le projet aurait pu être mis en suspens le studio s'est organisé pour permettre à chacun de travailler de chez soi. Techniquement il a fallu s'assurer que les animateurs pourraient travailler dans les mêmes conditions depuis leur salon (ou leur cuisine, et même leur garage pour certains) qu'aux studios. Tour de force réussi. S'en sont suivies - comme ailleurs - d'innombrables réunions Zoom. Là encore, un des enjeux majeurs a été de maintenir la plus grande convivialité et la meilleure communication entre chaque partie prenante, tant un film d'animation exige un travail d'équipe de tous les instants.

Quant aux acteurs, ils ont reçu un kit pour monter leur propre studio d'enregistrement à la maison ! Ce qui n'a pas empêché certaines sessions d'être perturbées par le chant des oiseaux ou un chat un peu trop joueur. Un casting vocal au top d'ailleurs : Awkwafina, Kelly Marie Tran, Benedict Wong, Daniel Dae Kim, Sandra Oh... Toute cette aventure inédite est très bien documentée dans les nombreux bonus de l'édition vidéo. Pour l'un des suppléments, l'équipe artistique se réunit d'ailleurs pour un déjeuner thaï... partagé lors d'une séance Zoom ! En bonus, le court-métrage emballant Us again de Zach Parrish, dans lequel un couple de retraités prouve que la jeunesse, c'est dans la tête... et dans les jambes.

Une édition vidéo au top donc pour un film qui l'est tout autant grâce à son esthétique magnifique, ses séquences d'action spectaculaires et quelques jolis moments d'émotion. Sans oublier le score épique signé James Newton Howard. Et puis, comment passer à côté d'un film qui associe dragons et kung fu ?!  

Anderton

Aucun commentaire: