11 janvier 2011

The Green Hornet : en vert et contre tous !


En salles : Britt Reid est le riche héritier d’un empire médiatique dirigé par son père, magnat de la presse à Los Angeles. Enfant délaissé et mal-aimé, il devient un adulte fêtard et irresponsable. A la mort de son père, il n’a que faire de la gestion de son journal et ne rêve que d’amusement. Pour se révolter contre ce manque d’amour, il commet un méfait qui va le transformer en justicier malgré lui. Sous l’identité du "Green Hornet" (son costume étant plus un déguisement qu’un uniforme), il combat le crime non pas comme un justicier mais comme un enfant.

Mais comment devenir un héros qui se démarque des autres ? Réponse : En semant le trouble dans les esprits et en faisant le bien tout en faisant le mal. Vous me suivez ? Etre un "bad guy" pour devenir un "good boy". Son credo : "Enfreindre la loi, pour mieux la protéger". Cette comédie d’action, burlesque et parfois grotesque, devient surtout un film de "comics".

Attention, un héros peut en cacher un autre !

Pour le seconder, Britt va faire appel à un as des arts martiaux et de la mécanique : son chauffeur Kato. Car tout héros a besoin d’un acolyte pour commettre ses méfaits. Sauf qu’en l’occurrence, celui ci va se montrer particulièrement inventif, combatif et va voler la vedette au héros. D’ailleurs, sur l’affiche, c’est lui qui est au premier plan ! Ensemble, ils vont essayer de semer leur réputation sur la ville et affronter le roi de la pègre, Benjamin Chudnofsky.

Le film est adapté d’une célèbre série radiophonique des années 30 : Le Frelon Vert. Dans les années 60, elle a déjà été réalisée pour la télévision avec Bruce Lee dans le rôle de Kato. Ce personnage, attachant et drôle, a été le premier grand rôle de Bruce Lee et en a fait une star aux Etats-Unis. C’est grâce à lui que les 26 épisodes de la série ont connu un immense succès.

Des stars qui jouent aux idiots

En lisant la filmographie de chacun des acteurs, on a l’impression d’être en face d’un trio de génies qui s’amusent à jouer les idiots au cinéma. Dans le film de Michel Gondry, le rôle de Kato est repris par Jay Chou, chanteur compositeur, star de la musique asiatique, originaire de Taiwan mais aussi acteur et réalisateur. Multi-nominé et primé, la liste de ses récompenses est déjà longue.

Britt Reid, le Frelon vert, est interprété par le non moins talentueux Seth Rogen. Producteur exécutif et co-scénariste du film avec Evan Goldberg, il campe un héros à peine sorti de l’enfance, qui fait régner la justice tout en s’amusant avec son copain. Comme un gamin, il est jaloux des talents de son partenaire et ils jouent tous les deux une pantomime ou chacun essaye de tirer la couverture à lui et tente de remporter la meilleure part du gâteau.


Le gâteau, c’est Lenore, ou Cameron Diaz, la secrétaire indispensable de Britt. Elle est malgré elle, le cerveau de ce trio si fantasque. L’actrice n’en est pas à sa première comédie : The MaskMary à tout prixLe mariage de mon meilleur amiThe holiday… la liste de ses récompenses, là encore, est longue. Le méchant du film, Benjamin Chudnofsky, est joué par Christoph Waltz (le colonel nazi dans Inglourious Basterds de Quentin Tarantino). Oscar, Golden globe, prix d’interprétation, Christoph Waltz a lui aussi reçu de nombreux prix. Son personnage dans The Green Hornet est en quête d’identité et cherche absolument à faire peur tout en adoptant un comportement ridicule et clownesque. Il est plus "guignol" que truand. Malgré sa cruauté et son sang froid à tuer, il ne parvient pas à être pris au sérieux. Certains de ses actes ne manquent pas de violence pourtant.

Tiens, au passage, la musique du générique est aussi celle de Kill Bill pour l’arrivée des Féroces 88. Souvenez-vous, ceux-ci portaient tous le masque du frelon vert ! Y avait déjà de l’idée ! Composée par Al Hirt, cette musique est inspirée du Vol du bourdon de Nikolaï Korsakov.


The Black beauty

Tout héros qui se respecte doit avoir sa monture. Tel Batman et la batmobile, Zorro et son cheval Tornado, James Bond et son Aston Martin, le Frelon vert a SA voiture : la Black Beauty. Créée par le génial Kato, elle possède toutes les options farfelues et technologiques qu’une voiture doit avoir. Avec ses gros phares verts, tel un frelon, elle sillonne la ville, fièrement. Elle est, à elle seule, la super héroïne du film.

Le réalisateur Michel Gondry, est un des cinéastes les plus inventifs de sa génération. Né en France, à Versailles, il est le plus américain des français. Réalisateur de nombreux clips vidéos et publicités (cf pub Smirnoff), il est LE créateur du "bullet-time effect" ou "morphing". Il filme les scènes de bagarre au ralenti avec images arrêtées, ce qui donne un effet de temps suspendu. C’est ce trucage qui a été exploité au maximum dans Matrix. Les effets de la 3D rajoutent toute la dimension nécessaire aux scènes d’action.

Si vous avez encore une âme d’enfant, que vous aimez rire et appréciez la bagarre, que vous êtes sensible aux effets visuels de la 3D, vous vous délecterez de ce film très divertissant et qui ne se prend jamais au sérieux.

Mrs Peel

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Hey Mrs PEel, ton article il est sympa, mais trop long !

Translate this blog