Belmondo : films, anecdotes...

jeudi 26 avril 2018

Jumanji 2 : un popcorn movie réussi

En Blu-ray et DVD : Comme beaucoup de monde, je crois, l'annonce de la mise en production d'un reboot de Jumanji m'avait fait soupirer. Longuement. Pourquoi vouloir refaire un film réussi, avec un Robin Williams irremplaçable ? Et puis, Sony a annoncé qu'il ne s'agirait pas d'un reboot mais d'un relaunch : Jumanji Bienvenue dans la Jungle est même une suite - ce qui change un peu la donne. Enfin, l'équipe aux manettes avait de quoi emballer : Jake Kasdan (le réalisateur de l'excellentissime Walk Hard et de quelques épisodes de Freaks and Geeks) accompagné d'un cast sympa, à savoir Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart et Karen Gillan. J'ai donc inséré le Blu-ray dans mon lecteur et là...



Je ne me suis pas retrouvé dans le corps d'un avatar au beau milieu de la jungle, contrairement aux protagonistes du film. Mais j'ai été transporté dans un popcorn movie assumé, fleurant bon la séance du samedi soir au milieu des années 80 ou 90. Pas un film nostalgique, qui balance des références à tout va pour tirer des sourires et des larmes d'émotion à des adultes se remémorant leur jeunesse. Non, plutôt une oeuvre qui a tout fait pour retrouver le feeling des films de l'époque. Avec Jumanji Bienvenue dans la Jungle, Jake Kasdan (le fils de l'auteur-réalisateur Lawrence Kasdan - L'Empire contre-attaque, Silverado, etc.) nous propose deux heures d'aventure, d'humour, d'exotisme, d'action, de séquences spectaculaires. Le tout sans cynisme. Il y a dans cette suite un côté "premier degré" avec un petit sourire en coin. Pas de naïveté mais de l'impertinence, tout en respectant le principe même du Jumanji de 1995 : voici un film pour toute la famille qui va vous faire vivre des émotions dignes d'un manège de parc d'attraction.

L'idée est intéressante : reprendre le fameux jeu de plateau et le transformer en jeu vidéo old school dans lequel quatre lycéens en colle (esprit de Breakfast Club es-tu là ? Oui mais ça n'ira pas plus loin - Kasdan a compris qu'on a compris donc il n'en rajoute pas) vont se retrouver plonger. Le fait que les avatars n'aient rien à voir avec la personnalité des lycéens procure un premier sourire : le nerd prend la forme d'un Monsieur Muscle ; le grand costaud devient un petit cousin (par la taille) de Dora l'exploratrice, affublé d'un énorme sac à dos ; l'asociale prend celles d'une soeur de Lara Croft ; la bimbo frivole s'incarne dans un professeur ventru. Et les acteurs s'en donnent à coeur joie pour interpréter des personnalités mal adaptées à leur nouveau corps : Dwayne Johnson casse son image en apportant une gaucherie et une sensibilité qu'il a rarement eu l'occasion de montrer à l'écran ; Kevin Hart en rajoute dans le rôle de la grande gueule énervée ; Karen Gillan assure en méga-bombe qui découvre toutes les possibilités que lui permet son physique ; enfin, Jack Black interprète une ado énervante et superficielle, sans tomber dans trop d'outrance. 


Et voilà que chaque protagoniste se retrouve confronté à des épreuves qui évoquent quelques belles parties sur des consoles de jeux vidéo d'un autre temps. Tout y est : les personnages qui répètent la même chose tant que tu ne leur as pas donné la bonne phrase de dialogue (l'un d'entre eux est interprété par le génial Rhys Darby, adoré dans Flight of the Conchords), la jungle pleine de dangers, le marché moyen-oriental, le hangar où choisir un véhicule... Peut-être le méchant (Bobby Cannavale) manque-t-il de... méchanceté. Mais Kasdan joue avec les clichés, et s'en joue même. Respect et impertinence. D'où un enchaînement de bons moments, avec des séquences hénaurmes, sans que les personnages passent au second plan.

L'édition Blu-ray, dispo chez Sony Pictures Home Entertainment, propose son lot de bonus : making of, retours sur quelques séquences spectaculaires, un clip vidéo pour une chanson non retenue (et pour cause), un bétisier... Tout ceci donne l'impression que les acteurs se sont bien marrés. Ils ne sont pas les seuls puisque le film a été un gros carton dans le monde entier, rapportant 951 millions de dollars au passage. Un succès mérité et cette sortie en vidéo devrait vous en convaincre.

Anderton

Aucun commentaire: