Dossier Super Bowl

mardi 4 décembre 2018

Les Confins du monde : la "guerre intérieure" de Gaspard Ulliel


L'équipe de Cineblogywood est fière d'accueillir une nouvelle rédactrice. Elle se fait appeler Lucie Lacroix. Et pour son premier post, elle y met la manière.

En salle (le 5 décembre) : C’est dans l’Indochine de 1945 que le jeune soldat Tassen, interprété par Gaspard Ulliel, poursuit un ennemi aussi obsédant qu’invisible, le lieutenant responsable de la mort de son frère. Avec Les Confins du monde et après Valley of Love, Guillaume Nicloux s’attaque à nouveau à la question du deuil, de l’instinct de vie ou de survie, cette fois-ci dans la jungle vietnamienne magnifiquement filmée.



1945. En France, un conflit se termine. En Indochine, un autre débute. Par un événement peu connu : le massacre en mars 1945 de militaires et de civils français par les troupes japonaises en Indochine.  Un massacre dans lequel périt un colon et sa jeune épouse, enceinte, sous les yeux de son frère Robert Tassen, interprété par Gaspard Ulliel.

Miraculeusement réchappé de cette boucherie, le soldat Tassen n’aura qu’une obsession : retrouver Vo Binh, un lieutenant d’Ho Chi Minh, qu’il tient responsable de la mort de son frère. Il rejoint une garnison dans la jungle vietnamienne, où il rencontre le soldat Cavagna, interprété par Guillaume Gouix, et commence à adopter les pratiques, et la sauvagerie, de l’ennemi pour mieux retrouver le sien.


Mais sur le chemin de la vengeance et de la vie en sursis, Gaspard Ulliel croise le chemin de deux "anges rédempteurs" : Maï (Lang-Khé Tran), une jeune Indochinoise qui offre ses charmes aux soldats français et lui fait découvrir le fugace bonheur et les doutes de l’amour, et Saintonge, un écrivain français interprété par Gérard Depardieu, qui tente coûte que coûte de le ramener du côté de la vie.

Car le film de Guillaume Nicloux est tout sauf un film sur la guerre, le colonialisme ou le bien et le mal. Les conflits sont intérieurs, silencieux, sauvages comme la jungle vietnamienne où se déroule l’histoire. Aussi magnifique qu’hostile. "La jungle du Nord-Vietnam impose un climat où la végétation accentue l’étouffement, et cet environnement agressif place les individus dans une obligation de survie", explique le réalisateur. Un cadre inhospitalier qui n’est pas sans rappeler celui du désert de Valley of Love, le précédent film de Nicloux, dans lequel Isabelle Huppert et Gérard Depardieu partaient sur les traces de leur fils suicidé. Déjà la question du deuil, de son impossibilité, de la vie d’après, celle de parents, ou d’un frère dans Les Confins du monde.

Guillaume Nicloux cultive l’inattendu

Le jeu de Gaspard Ulliel s’épanouit admirablement sous l’objectif de Guillaume Nicloux. "C’est quelqu'un de très précis et obstiné, qui sait rigoureusement ce qu’il veut sans pour autant se résoudre à le communiquer de manière trop concrète", explique Gaspard Ulliel à propos du réalisateur des Confins du monde. Il cultive en permanence l’inattendu pour essayer paradoxalement de saisir une forme d’évidence."

L’inattendu, c’est notamment - sans déflorer la fin du film – cette scène, un long plan séquence dans lequel Tassen doit faire un choix, déterminant entre ses deux démons, ses deux moteurs, la vengeance ou l’amour : "Guillaume a laissé le plan filer jusqu'à la fin de la bobine (…). Il n’avait rien anticipé au moment où il a dit action, il ne savait pas encore qu’il laisserait tourner la caméra. Il a des intuitions qui sont de l’ordre du surnaturel jusque dans sa façon de travailler", s’enthousiasme l’acteur.

Un rôle pour lequel Gaspard Ulliel dit avoir moins travaillé la psychologie ou le contexte historique que la part d’instinct, de naturel et de hasard. A l’écran, le naturel est perceptible. On retrouve la beauté énigmatique et brute de l’acteur que l’on avait découvert dans Les Egarés d'André Téchiné, aux côtés d’Emmanuelle Béart.

Dans Les Confins du monde, malgré l’atmosphère spectrale, les choix qui dépassent les petits êtres humains que nous sommes, à la fin, c’est la vie qui l’emporte. Malgré tout.

Lucie Lacroix

Aucun commentaire: