CANNES 2024

dimanche 8 décembre 2019

Hitchcock : l'art du suspense mis en cases

A lire : Après deux volumes consacrés à Lino Ventura et Sergio Leone, la collection 9 1/2 des éditions Glénat s'agrandit avec Alfred Hitchcock tome 1 - L'Homme de Londres. Pour raconter en BD la première partie de la vie et de l'oeuvre de Hitch, le critique de cinéma Noël Simsolo s'est associé au dessinateur Dominique Hé. Et l'album est une réussite.


Le récit repose sur de longs flashbacks. Sur le tournage de La Main au collet (To catch a thief), qui se déroule au printemps 1954 sur la Côte d'azur, Hitchcock et sa star Cary Grant prennent un verre au bar du Carlton, à Cannes. Alors qu'une plantureuse call-girl lance des oeillades appuyées au duo, le cinéaste évoque sa jeunesse et revient sur la première partie de sa carrière, en Angleterre. 

On découvre un petit Alfred, profondément catholique, qui était apeuré par l'autorité. Les cinéphiles connaissent l'histoire du père Hitchcock qui, pour punir son jeune fils, l'envoya au commissariat. Simsolo raconte une autre terreur enfantine : la famille partit se promener et laissa Alfred à la maison car il faisait sa sieste. A son réveil, il fut terrifié de se retrouver seul et dévora le dîner avant de s'endormir sur la table de la cuisine !



Maître du thriller

C'est un jeune homme en surpoids qui intègre des studios de cinéma, où il rencontre Alma Reville, scripte et monteuse qui deviendra son assistante, son épouse et sa partenaire artistique. Alfred Hitchcock se fait rapidement remarquer pour ses talents de scénariste et de technicien. Ses premiers films sont pourtant mis au placard par ses producteurs mais Hitchcock devient l'un des réalisateurs les mieux payés du pays. Avec The Lodger, qui sort enfin sur les écrans, il s'impose comme un maître du thriller.   

L'album met en avant l'incroyable créativité d'Hitch, à l'époque où le cinéma muet s'appuyait beaucoup sur des cartons de texte pour expliquer l'histoire. L'apport fondamental du jeune cinéaste est de replacer l'image au coeur du cinéma. Sa mise en scène s'avère audacieuse, contribuant à son succès, critique et populaire. Simsolo nous dévoile également l'étrange personnalité d'Alfred, obsédé par la nourriture et le sexe, amateur de grosses blagues pas toujours de bon goût.

Même pour ceux qui, comme moi, ont beaucoup lu d'ouvrages sur Hitchcock, ce premier tome regorge d'informations et d'anecdotes intégrées à un récit plaisant à lire. Le trait classique de Dominique Hé ainsi que le choix du noir et blanc conviennent parfaitement au propos. D'autant que le dessinateur a su capturer l'ambiance de l'époque (en gros, de 1900 aux années 1930), y compris celle qui se dégage des films d'Hitchcock, dont il a parfois repris certains plans. Le tome 2 s'intéressera à la période américaine. Hâte ! 

Anderton

Aucun commentaire: