31 mars 2009

Star Trek : nouvelle affiche et déjà une suite

Buzz : Lors de la présentation des premiers extraits de Star Trek à Paris, un responsable de Paramount avait annoncé que le film de J.J. Abrams devait permettre de relancer la franchise. Sans même attendre la sortie de Star Trek (découvrez ici notre dossier : vidéo, photos, buzz...) et son résultat au box-office, le studio a donné son feu vert pour une suite !
Le script du 2 a été confié à Roberto Orci, Damon Lindelof et Alex Kurtzman. Ce dernier indique que le premier opus sert à planter l'histoire et les personnages et que la suite permettra donc "d'explorer des choses incroyablement excitantes". Et de promettre que le trio sera animé d'ambition.
J.J. Abrams sera producteur du deuze mais on ne sait pas encore s'il le réalisera. Et la sortie est annoncée pour l'été 2011. En attendant, Paramount a balancé une affiche officielle très cool de Star Trek.
source : Variety
Anderton

Les 67 films les plus influents de l'Histoire du cinéma

Sur le web : Quoi de plus alléchant/dérangeant/énervant/passionnant qu'une liste ? Avec ses partis pris propices aux discussions sans fin. Merci donc à Total Film (le mag concurrent de Empire) d'avoir balancé cette liste des 67 films ayant eu le plus d'influence : 67 Most Influential Films Ever Made.
Cela va de La Sortie Des Usines Lumière (1895), la première oeuvre cinématographique, à Matrix (1999), qui inaugure le bullet-time. Enjoy !
Anderton tuyauté par Marcel Martial

30 mars 2009

Maurice Jarre, mort d'un maestro

Artistes : Maurice Jarre s'est éteint à l'âge de 84 ans, dans la nuit de samedi à dimanche, à Los Angeles où il résidait. Cancer.
Je ne vais pas vous le faire sur l'air de "Un des derniers géants nous a quitté" mais le cinéma perd un de ses très grands compositeurs.
Violons longs...
Je me souviens du César d'honneur qui lui avait été remis il y a quelques années. Pour illustrer l'incroyable force de ses mélodies, l'Académie avait projeté une scène de Docteur Jivago (1965)... sans la musique. Puis avec. Pas besoin de vous faire un dessin. Le film de David Lean prenait une toute autre dimension sous les violons de Lara's Theme.
Et la scène de la construction de la grange, dans Witness (1985) ! L'air de Jarre (Building The Barn) gagne en rythme, en complexité et en puissance au fur et à mesure que la grange des Amish s'élève sous les coups de marteau et de scie.
Mireille et Lawrence
Et qui n'a jamais fredonné le thème de Paris Brûle-t-il ? après avoir vu le film de René Clément... ou La Vie est un Long Fleuve Tranquille ? Même chanté par Mireille Mathieu, Paris en Colère te donne envie de courir sous les arbres en fleur au printemps !
Et qui n'a jamais vibré en regardant Lawrence d'Arabie (1962) ? Avec sa musique grandiose et envoûtante - la quintessence même de la B.O. du film d'aventure !
Même s'il a travaillé avec Alfred Hitchcock, Peter Weir, John Huston ou Luchino Visconti, c'est évidemment son association avec David Lean qui a été la plus étincelante. Maurice Jarre y a d'ailleurs gagné ses trois Oscar - Lawrence d'Arabie, Docteur Jivago et La Route des Indes. Il y a surtout gagné une reconnaissance populaire. Et mon admiration indéfectible.
P.S. : Putain, Ennio, tiens bon !
Anderton

Southland Tales : démesurément excessif

En DVD : Un peu moins d'un an après sa présentation au Festival de Cannes, Southland Tales sort en Blu-ray et DVD chez Wild Side Video... sans être passé par les salles françaises.
Un "direct-to-video" qui s'explique probablement par l'accueil réservé, voire hostile, qu'avaient réservé les festivaliers au deuxième film de Richard Kelly.
Le réalisateur de Donnie Darko avait d'ailleurs revu sa copie et apporté des modifications au montage de son film après avoir reçu une douche froide sur la Croisette. Presque un an après donc, loin des excès cannois, nous pouvons juger tranquillement d'une oeuvre qui se veut atypique et ambitieuse.
Southland perd le Nord
Ambitieuse par son propos puisque Southland Tales nous plonge dans une Amérique frappée sur son sol par un attentat nucléaire. La troisième guerre mondiale fait rage : les G.I.'s se battent sur tous les fronts de l'Axe du Mal, de l'Iran à la Corée du Nord. Conséquence : le pétrole se fait rare mais le groupe US-Ident a mis au point un générateur d'énergie inépuisable. Une invention qui affecte la réalité même du monde.
Pas clair ? C'est le premier reproche que l'on peut faire au film. L'histoire est très dense et confuse. On perd pied rapidement et on s'accroche donc aux personnages. Pas simple car ils sont pléthore. Et leurs motivations sont, comment dire, absconces. Nous voilà largués.
Ni sympathie, ni empathie
Certes, la mise en scène est inspirée. Les plans sont léchés et certaines séquences s'avèrent envoûtantes. Mais cette beauté formelle laisse froid, finalement. Idem pour les prestations des comédiens : Dwayne Johnson aka The Rock et Seann William Scott sortent des rôles dans lesquels on a l'habitude de les voir. Et s'en sortent bien. A l'inverse, Sarah Michelle Gellar et Justin Timberlake peinent à s'imposer dans leurs rôles respectifs de star du X et de vétéran camé.
Mais voir ces personnages s'agiter ne suscite ni sympathie, ni empathie. Et 2h18 plus tard (pour la version DVD, 2h24 pour la version Blu-ray !*), je ne savais trop quoi penser de tout ça. Richard Kelly s'est-il complètement planté ou a-t-il dix ans d'avance ? Une chose est certaine : c'est un réalisateur avec une vision originale mais il a été victime du syndrome du petit génie à qui les studios ont un peu vite dit oui à tous les caprices. J'espère qu'il va se ressaisir pour son prochain film.
* Précision de l'éditeur : "Pour des raisons de norme image, la vitesse de défilement d’un film en DVD et celle d'un film en Blu-ray diffèrent (25 images/secondes pour le DVD, 24 images/secondes pour le Blu-ray), rendant ainsi les durées d’un même film sur les deux supports sensiblement différentes, de quelques minutes. Il s’agit bien ici à chaque fois de la même version du film". Dont acte. Cela m'apprendra à vouloir faire le mariole.
Anderton

29 mars 2009

Ashton Kutcher se fait épiler le torse à Nice

Artistes : Actuellement à Nice où il tourne Five Killers, Ashton Kutcher a dû faire un remake de la scène d'épilation de 40 Ans et Toujours Puceau. Motif : sa doublure pour les cascades s'épile le torse et comme il y a une scène où on le voit sortir de l'eau, les deux hommes doivent être raccord au niveau de la pilosité du buste.
Ashton Kutcher s'est fait filmer pendant qu'une esthéticienne de son palace lui arrache les poils. Attention, mâles sensibles, ça se regarde ci-dessous.
source : Variety
Anderton

Best of blogs cinéma : concours, Ch'tis bis et enfer

Sur le web : Le passage à l'heure d'été vous donne l'impression d'avoir perdu une heure de votre vie ? Rattrapez-la grâce à cette sélection de bons posts issus de notre alliance de blogueurs cinéphiles. Enjoy !

Filmgeek : Concours StudioCanal/Filmgeek : Frost/Nixon, l’heure de vérité

Cinefeed : La première étoile: un petit ch'ti en préparation ?

Cineblogywood : Give 'em Hell Malone, un trailer hyper-violent

Anderton

28 mars 2009

West Side Story : remake avec Jennifer Lopez


Buzz : "When you're a Jet, you're a Jet all the way"... "I wanna live in America"... "Maria, Maria, I just met a girl named Maria"... West Side Story est éternel. La preuve : la comédie musicale est à nouveau jouée à Broadway à partir de cette semaine.
En guise d'hommage, Vanity Fair, jamais à court de belles idées, a demandé à des acteurs de rejouer certaines scènes du film. Jennifer Lopez, Chris Evans (La Torche dans Fantastic Four), Camilla Belle (Nescafé Girl), Brandon T. Jackson (Tonnerre sous les tropiques), Robert Pattinson (Twilight chapitre 1 Fascination), Ben Barnes (Prince Caspian dans Narnia), Ashley Tisdale (High School Musical) et d'autres se sont ainsi fait photographier par Mark Seliger. Regardez ce superbe portfolio West Story.
Anderton

I love you Philip Morris : Dans ton cul !


Buzz : L’Amérique a beau faire des efforts, il est encore des mentalités aussi étroites que des anus artificiels. Prenons le film I Love You Philip Morris : Jim Carrey incarne un père de famille qui est envoyé en prison au Texas et tombe follement amoureux du codétenu qui partage sa cellule (Ewan McGregor).
Mais celui-ci est libéré, Steven s'échappe alors 4 fois de prison pour tenter de retrouver son nouvel amour...
Au bout du tunnel… la lumière ?
Bref, l’histoire d’un père de famille devenant homo a beau être porté par 2 stars, le film, réalisé par Glenn Ficarra et John Requa, devrait sortir directement en DVD au pays d’Harvey Milk car il ne trouve pas de distributeurs américains potentiels. Vraisemblablement on ne peut pas remettre en question la qualité du film, acclamé au Festival de Sundance au mois de janvier et noté avec une moyenne de 8,7/10 par 272 happy few.
En France il semblerait que Europa Corp ait décidé de mettre le nez et le doigt dans ce dossier…
Marcel Martial (Très gai)

27 mars 2009

Megan Fox, mega hot de mai


Sexy Stars : J'ai des joies simples. Par exemple, découvrir le dernier numéro d'Empire dans ma boîte aux lettres. Et l'extase n'est pas loin quand Megan Fox s'affiche en couverture. Baptisé The Hot Issue, le numéro de mai 2009 présente 20 nouvelles mégastars, associées aux stars qu'elles vont détrôner.
Ainsi, Megan Fox est-elle la nouvelle Angelina Jolie ; Zoe Saldana, la nouvelle Halle Berry ; Ryan Reynolds , le nouveau John Cusack, etc. A noter la présence de deux Frenchies : Marion Cotillard, la nouvelle Nicole Kidman et Mélanie Laurent, la nouvelle Natalie Portman.
Sinon le tatouage de Megan Fox dit : "There once was a little girl who never knew love until a boy broke her HEART". Finalement, sous ses airs de bombasse lubrique, Megan est une grande romantique.
Anderton

Hyper Tension 2 : le trailer qui pète tout !!!

Buzz : On avait quitté Chev Chelios (Jason Statham) mort après une chute de 1000 mètres. Mais comme l’annonce l’affiche US de Hyper Tension 2 aka Crank : High Voltage : "Il était mort : il va mieux !"
Crank moi !
Chev a maintenant un cœur artificiel offert par un parrain de la mafia chinoise afin qu’il lui rende un petit service. Le seul hic c’est qu’il doit recharger régulièrement. Et tous les moyens sont bons. La suite d’un des films les plus déjantés de ces dernières années, avec toujours un second degré électrique et un humour sous tension. Toujours réalisé par Mark Neveldine et Brian Taylor. Avec Amy Smart en prime.
On vous avait montré le red band trailer, découvrez la 2e bande-annonce tout aussi speed, ci-dessous et dans notre playlist Wat. Elle casse tout, y compris le site Break.com ! Original et fun.
Merci à Dr Alban
Marcel Martial (Je vais tirer ma crank)

26 mars 2009

Max et les Maximonstres : trailer poétique

Buzz : Le trailer de Max et les Maximonstres aka Where the Wild Things Are, réalisé par Spike Jonze, est enfin dispo. Il se regarde ci-dessous et dans notre playlist Wat.
Les images sont superbes, même si je n'accroche pas avec la chanson de la bande-annonce. On reconnaît la voix de James Gandolfini. Forest Whitaker et Chris Cooper doublent également des monstres tandis que Max Records interprète le jeune Max. Sortie du film à l'automne.
Anderton

La Première Etoile : Rasta Raclette !

En salles : Ça y est, la France tient son Rasta Rocket et elle le doit au Will Smith français !!!! En effet, Lucien Jean-Baptiste, le réalisateur et interprète du film, est jusque là surtout connu pour être la doublure vocale de Will Smith ou de Don Cheadle.
Jean-Gabriel, marié et père de trois enfants, vit de petits boulots et passe son temps au bar PMU du coin. Un jour, pour faire plaisir à sa fille, il promet un peu vite à toute la famille de les emmener en vacances au ski. Seul problème : cette fois-ci, s'il ne tient pas sa promesse, sa femme le quitte. Il va devoir faire preuve d'imagination sans limite pour y parvenir...
Que la montagne est belle !
Alors, je ne vais pas vous en faire des caisses sur ce film, mais sachez que c’est juste 1 h30 de plaisir simple mais pas simpliste, drôle mais pas lourd, sympatoche et agréable. Ici pas de leçon de morale à deux balles, juste le plaisir de raconter une histoire populaire pour les gens de 7 à 77 ans. Et le plaisir de revoir Firmine Richard (Romuald et Juliette ; 8 femmes) et l’improbable couple Jonasz/Laffont.
Alors, entre Coco et La Première Etoile, ne vous trompez pas de porte, choisissez le bon dossard et slalomez jusqu'à la première salle de cinoche pour une avalanche de bons moments, bien meilleure que mes jeux de mots bidons !
Marcel Martial (Al Manach)

25 mars 2009

Les Sorties du mercredi en 1 phrase : Une étoile, trois royaumes et des chats

En salles : Amis cinéphiles, bonjour. Voici voilà un petit point sur les 18 sorties de ce mercredi. Alors dépechez vous car même avec 2 films par jour, vous ne pourrez pas tout voir !
Un film : 1 phrase : c’est court, c’est réducteur, c’est dur, c’est l’essentiel. C’est du concentré, les amis !
Cette semaine, on en prend 8 sur 18, ça suffit pour un immense mal de crâne !
Duplicity : Julia Roberts et Clive Owen sous l’œil du réal de Michael Clayton : ça ressemble à une pub de parfum avec des agents secrets dedans.
Les 3 royaumes : John qui ? John Woo bien sûr revient en force avec une version européenne (2h28) de son dyptique historico Chinois (2 x 3heures)
La Première Etoile : Une famille de blacks va au ski pour la première fois : drôle, sympa et tendre (on vous en reparle demain)
Le Chihuahua de Beverly Hills : Avec une accroche comme "Chiots Bouillants", je crois que je vais leur envoyer mon CV.
La Journée de la jupe : Le nouveau grand retour du grand retour d’Isabelle Adjani sous une presse emballée. Pour ceux qui n’ont pas la télé.
Tokyo sonata : Le film idéal en temps de crise : père licencié, fils absent, mère déprimée : Adieu.
Le Petit chat curieux : Sorte de Chapi Chapo japonais, idéal pour nos plus jeunes lecteurs (3/5 ans)
Un chat un chat : comédie dramatique française avec Chiara Mastroianni.
A noter aussi la re-sortie de L’étrangleur de Boston avec Tony Curtis, Henry Fonda et George Kennedy dans une mise en scene de Richard Fleisher , par le scénariste de Jeremiah Johnson. Bref, le cinéma de papa tel qu’on l’aime.
Et comme dit John Landis, "See you next wednesday" !
Marcel Martial (2e étoile)

Year One : le préhis-trailer

Buzz : On vous avait montré le teaser diffusé lors du Super Bowl (découvrez ici tous les teasers et spots pubs exclusifs), voici le trailer de Year One (An Un), une comédie préhistorique de Harold Ramis (acteur dans Ghostbusters et réalisateur de Un Jour sans Fin aka Groundhog Day).
Jack Black, Michael Cera, Paul Rudd, David Ross et Hank Azaria jouent dans ce film. De même qu'Olivia Wilde (Tron 2.0, Paradise Lost). A la prod, Judd Apatow. Le trailer de Year One se regarde ci-dessous et dans notre playlist Wat. Enjoy !

Max et les Maximonstres : 12 maxi photos


Buzz : Après être entré dans le crâne d'un célèbre comédien, Spike Jonze s'est attelé à l'adaptation d'un célèbre conte pour enfants : Max et les Maximonstres - Where the Wild Things Are, en V.O. Douze belles photos sont disponibles dans un diaporama sur USA Today.
C'est l'histoire d'un garçon qui décide de prendre le large (de l'imaginaire) vers une île peuplée de créatures terrifiantes - de prime abord. Max est interprété par Max Records tandis que James Gandolfini, Forest Whitaker et Chris Cooper prêtent leurs voix aux Maximonstres. La sortie du film est prévu pour cet automne.
En attendant, je vous recommande chaudement la lecture de cet album poétique signé Maurice Sendak. Et si vous avez la chance d'avoir des enfants, ils seront ravis, comme mes minimonstres, de se retrouver au lit et de vous entendre raconter : "Un soir, Max enfila son costume de loup. Puis il fit une bêtise, et puis une autre..."
Anderton

24 mars 2009

Star Trek : le spot TV speedé !

Buzz : Paramount a lâché sur le web un spot TV de 30 secondes de Star Trek (découvrez ici notre dossier : vidéo, photos, buzz...), à regarder ci-dessous et dans notre playlist Wat. Et ici en 720p Quicktime.
Le film de
J.J. Abrams sort le 6 mai prochain en France et deux jours plus tard, aux States. Pour rappel, les principaux acteurs : Chris Pine (Kirk), John Cho (Sulu), Zachary Quinto (Spock), Zoe Saldana (Nyota Uhura), Simon Pegg (Scottie) et, dans le rôle du méchant, Eric Bana.
Anderton



Give 'em Hell Malone : trailer ultra-violent

Buzz : Les bons réalisateurs ne meurent jamais. Fussent-ils de série B. Voici donc le retour de Russell Mulcahy, Australien qui fut dans les années 80 le roi du clip (Duran Duran : Wild Boys, Queen : It's a kind of magic...) et de quelques bons films à la mise en scène clipesque (Razorback, Highlander...).
Puis on l'a un peu perdu de vue, même s'il a signé Resident Evil Extinction en 2007. Et bang ! Le bonhomme est de retour avec Give 'em Hell Malone, un film de gangsters ultra-violent comme le prouve cette bande-annonce hallucinante. Elle est à voir ci-dessous et dans notre playlist Wat.
Au générique, Thomas Jane (le premier Punisher), Elsa Pataky, Ving Rhames et Doug Hutchinson. Voilà une série B qui fait bien envie ! Certains internautes se demandent toutefois s'il ne s'agirait pas d'un fake. La sortie est annoncée le 1er avril aux States...
Trailer pécho chez Uruloki
Anderton


23 mars 2009

Twilight : 3 millions de DVD vendus en un jour !

En DVD : Sorti samedi dernier en Blu-ray et DVD aux States, Twilight chapitre 1 Fascination a été vendu à 3 millions d'exemplaires en 24 heures. Le film de Catherine Hardwicke, adapté de la saga vampirique de Stephenie Meyer, se classe ainsi au top 5 de tous les temps des meilleures ventes de DVD le premier jour, derrière Pirates des Caraïbes III, The Dark Knight, Harry Potter et l'Ordre du Phénix et Transformers.
Summit Entertainment, le studio qui produit les adaptations, avait organisé des événements dans des malls aux quatre coins du pays. Au cours de ces "Twilight at Midnight" (les ventes ont débuté samedi à minuit), la présence de Rachelle Lefevre (Victoria) a rameuté 2500 fans à Salt Lake City ; 2000 personnes sont venues voir Ashley Greene (Alice Cullen) à Los Angeles ; plus de 1000 groupies ont kiffé Hardwicke à Dallas ; 700 ont mouillé pour Edi Gathegi (Laurent) à New York et 500 ont hurlé et déchiré leurs vêtements pour Nikki Reed (Rosalie Hale) à Chicago.
Kristen Stewart (Bella) et Robert Pattinson (Edward) n'ont pas pris part à l'opération. Peut-être pour éviter d'être découpés en pièces par la foule en délire. A moins qu'ils aient été retenus par le tournage du deuxième chapitre : Tentation.
source : ComingSoon.net
Anderton

Ricky Gervais assiste à l'opéra de The Office

A la Télé : Depuis 1985 au Royaume-Uni, le Comic Relief vise à récolter des fonds pour une bonne cause en faisant rire. Une Journée du nez rouge (Red nose day) est même instaurée tous les deux ans, au printemps : la BBC organise alors une sorte de téléthon de la comédie, en faisant des émissions spéciales. Quant aux Britanniques, ils sont invités à faire rire partout où ils le peuvent, afin d'engranger des sous.
Si vous avez regardé The Office, la version originale britannique, vous savez qu'un des épisodes évoque cette Journée du nez rouge. Et, bien Ricky Gervais a participé à un court sketch lors du Red Nose Day 2009, le 13 mars dernier. Le comédien assiste à une version opéra de The Office (vous voyez un peu la mise en abîme ?)... French and Saunders ont pastiché Mamma Mia. Les vidéos sont à voir ci-dessous. Sinon, Robbie Williams a participé à la version US de Little Britain... Enjoy !
Anderton

Wallace et Gromit, un duo électrique

Buzz : Wallace et Gromit sont des stars de la pub. Après avoir vanté les mérites de la Kangoo pour Renault et avoir joué les icônes de la mode pour les magasins Harvey Nichols, le duo so british s'est associé à npower, une compagnie britannique d'électricité et de gaz.
La photo est tirée du premier spot pub qui sera diffusé le 28 mars au Royaume-Uni. Visez la tête des personnages dans les cadres ! D'autres spots suivront. Et le prochain long-métrage ? Pas de nouvelles. En revanche, les studios Aardman sortent le 23 mars en DVD le dernier court-métrage de leurs stars en pâte à modeler : A Matter of Loaf and Death - que l'on pourrait traduire en déformant un peu le jeu de mot pour en garder l'esprit par : Une Question de mie ou de mort. Ce court avait été diffusé sur la TV britannique à Noël dernier.
Source : BBC News
Anderton

22 mars 2009

Battlestar Galactica : grand final à l'ONU

Buzz : Imaginez la salle des Nations Unies, à New York. Mais devant chaque délégué assis, à la place des traditionnels noms de pays, vous pouvez lire Caprica, Aquarion, Gemenon... les noms des douze colonies de Kobol.
Vous ne rêvez pas ! L'Organisation des Nations Unies (ONU) a invité les producteurs et acteurs de Battlestar Galactica à venir débattre des thèmes abordés dans la série, de la torture aux droits des femmes, en passant par la technologie, la rébellion, l'usage de la force face au droit...
Un débat de haute volée, selon EW.com, auquel ont assisté 300 lycéens.
Avec des moments émouvants, comme lorsque Edward James Olmos a critiqué l'ONU pour continuer à employer le terme de "race". "Les adultes ne seront jamais capables d'arrêter d'utiliser le mot 'race' comme déterminant culturel... Il n'y a qu'une race : la race humaine. Disons le tous !" En V.O. : "So say we all !" Une expression que prononce le personnage incarné par E. J. Olmos.
L'opération a été organisée juste avant la diffusion, vendredi dernier, du dernier épisode de Battlestar Galactica. Une vidéo de l'intégralité de l'évenement (plus de 2 heures !) peut se mater ici. Sinon, regardez le reportage de la BBC.
Anderton

Monstres contre Aliens : grand concours

Concours terminé

Buzz :
En association avec Paramount Pictures France et Way to Blue, Cineblogywood organise un concours à l'occasion de la sortie de
Monstres contre Aliens (découvrez notre dossier complet : trailer, photos, buzz...) le 1er avril 2009.

A gagner :
Du 1er au 5e prix :
Un t-shirt et une place de cinéma gratuite
Du 5e au 10e prix :
Un t-shirt

Pour gagner l'un de ces lots, vous devez répondre correctement aux trois questions ci-dessous :

1) Dans le Blog des monstres, qui intitule un billet "Ma Dernière expérience" ?
a) Génormica
b) Bob
c) Le Docteur Cafard

2) Sur le site Dossier Top Secret, l’article du 01/16/09 revient sur les activités du docteur :
a) Harold Feldstein
b) Harold Filkenheimer
c) Harold Bauer

3) Combien de personnes répondront correctement aux deux questions ci-dessus ? (Si plus de 10 participants trouvent le bon nombre, un tirage au sort sera effectué entre toutes les bonnes réponses)

Date limite de participation : mardi 31 mars 2009 à 18h ! Les vainqueurs seront annoncés mercredi 1er avril. Bonne chance !

Anderton

Best of blogs cinéma : dialogue, concours et flatulences

Sur le web : Paraphrasant Tina Turner, j'ai envie de chanter "It's simply the best". Le meilleur de notre alliance de blogueurs cinéphiles. Allez, vérifiez par vous-mêmes. Enjoy !

Cinefeed: Deux réalisateurs répondent à vos questions...

Filmgeek : Concours et critique de OSS 117 Rio ne répond plus

Cineblogywood : Fou rire et gros pets, Paul Rudd et Jason Segel se lâchent

Anderton

21 mars 2009

Apprendre à tirer à une belle femme

Sur le web : Tu aimes les filles sexy et les flingues ? Cineblogywood t'offre des filles sexy qui tirent avec un Glock. Le rapport avec le cinéma ? Y en a pas mais je voulais partager avec vous cette série vidéo concept intitulée "Ask a Beautiful Woman", dispo sur Esquire.com.
Le principe est simple : une belle fille va voir une autre belle fille et lui demande comment tirer, comment griller un steak, comment préparer de l'absinthe ou comment danser en boîte. Vous l'avez compris, c'est très informatif. Enjoy !
Anderton

20 mars 2009

Fou rire et gros pets : Paul Rudd et Jason Segel se lâchent

Artistes : Paul Rudd et Jason Segel pètent la forme. Au sens propre. Lors d'une interview promo pour la sortie de I Love You Man, les deux compères se sont lâchés. Et ont lâché des perles. Enfin, des flatulences. Comme deux gamins. Et c'est un bonheur d'assister à leur fou rire. Paul Rudd en pleure.
Evidemment, y en a qui trouveront ça vulgos. Mais un pet dans un film et c'est souvent l'éclat de rire assuré. Le Shériff est en prison... la scène des haricots... à tomber par terre ! La Panthère Rose (chais plus quel numéro)... la scène de l'ascenseur... à mourir de rire ! Et Alain Chabat expliquant lors d'une cérémonie des César, qu'au cinéma, le son est très important... avant de lâcher une grosse caisse, devant une salle mi-amusée mi-cul coincé.
Bref, le pet est notre ami. Allez, regardez cette excellente vidéo.
Anderton


Une Nuit à New York : Deezer moins le quart !

En salles : Atteint d'un spleen incurable depuis que Tris l'a plaqué, Nick (Michael Cera) se laisse convaincre par ses copains d'aller jouer à Manhattan avec leur groupe de garage. Au cours du concert, Tris (Alexis Dziena) apparaît au bras d'un nouveau petit ami. Par un quiproquo amusant, Norah (Kat Dennings), une spectatrice, fait croire que Nick est son petit ami.
Leur baiser impromptu inaugure pour eux une virée nocturne au cours de laquelle ils se lanceront, d'une part à la recherche de leur copine ivre morte, d'autre part en quête d'indices dispersés dans la ville devant les conduire au lieu-mystère où un groupe-culte a promis de se produire avant l'aube.
Une BOF mieux que bof !
Filmé par un pur New-yorkais, Une Nuit à New York est un petit film ultra sympatoche, qui nous colle un sourire pendant une heure et demie. Clairement il souffle un vent de John Hugues sur ce film, jamais chiant et toujours drôle, où la jeunesse n’est pas dépravée, n’a pas de riot gun et ne pense pas qu’à la couche d’ozone.
Ici, on parle sexe et musique (la vie, quoi) entre alcools, copains homos et allumés noctambules, avec des running gag de très bonne facture (la voiture jaune de Nick sans cesse prise pour un cab new-yorkais, la copine qui vomit, le concert secret …) et le tout, sur une bande originale vraiment… originale. Ici, pas de groupes de stade, mais que du rock indé pour illustrer "la play list infinie de Nick et Norah" (Nick and Norah' s Infinite Playlist, titre original) en référence aux compils que les ados font pour leurs conquêtes.
Mon conseil : allez-y avec Shazam pour choper les musiques de Bishop Allen, Vampire Weekend, We are scientists, Modest Mouse, The National, Army Navy ou encore Paul Tiernan. Le trailer se regarde ci-dessous et dans notre playlist Wat. Enjoy !
Marcel Martial (Ferris Bueller depuis 2 générations)

19 mars 2009

Là-Haut ouvrira le Festival de Cannes 2009

Buzz : Là-Haut (Up) sera le premier film d'animation à ouvrir un Festival de Cannes. Cela se passera le 13 mai prochain. Et pour l'occasion, l'oeuvre des studios Pixar - Disney sera projetée en 3-D. Le film est signé Pete Docter (Monstres & cie).
Rappelons que le patron des studios, John Lasseter, sera quant à lui honoré au Festival de Venise. Un beau doublé, quoi.
source : BBC News
Anderton

18 mars 2009

Les Sorties du mercredi en 1 phrase : Coco, The Chaser & co

En salles : Amis cinéphiles, bonjour. Voici voilà un petit point sur les 13 sorties de ce mercredi. Alors cela va-t-il porter bonheur ou enterrer les espoirs de plein de producteurs?…
Un film : 1 phrase : c’est court, c’est réducteur, c’est dur, c’est l’essentiel. C’est du concentré les amis !
Cette semaine on en prend 8 sur 13, ça suffit pour devenir fou !
Coco : Gad la superstar du rire tente la grosse comédie lourdingue : Bravo : c’est lourdingue.
The Chaser : Le film asiat’ qui déchire tout en ce moment : un flic devenu proxénète est obligé de mener une enquête.
Une nuit à New York : Du Woody Allen pour ado : super sympa avec une BOF au top.
La Fille du RER : Téchiné adapte un fait divers de 2004 : super presse et une ola pour Emilie Dequenne
Une Famille brésilienne : Après Central Do Brasil, Walter Salles nous montre le Brésil comme personne : entre espoir et tragédie.
24 City : 3 générations, 8 personnages et 1h47 de docu fiction à la sauce chinoise : y’en a qui aime
Far North : Gros casting pour un film indépendant : pour ceux qui aiment "le cinéma différent"
Un si beau voyage : La derniere occasion de voir Farid Chopel…
A noter aussi la re-sortie de La Nuit de l’iguane avec Richard Burton, Ava Gardner et Deborah Kerr dans une mise en scene de John Huston et sur une histoire de Tennessee Williams. Bref, le cinéma de papa tel qu’on l’aime.
Et comme dit John Landis, "See you next wednesday !"
Marcel Martial (XIII)

Chuck Norris s'imagine gouverneur du Texas

Artistes : L'exemple d'Arnold Schwarzenegger a fait des émules. Enfin, une mule. Chuck Norris veut également devenir gouverneur. Non, pas de Californie. Imaginez l'élection : Arnie vs Chuck ! Digne d'une production Golan-Globus !!
Non, Chuck voudrait devenir gouverneur du Texas. Ranger, ça lui suffit pas. Et pis, quitte à faire de la politique, l'ex-karatéka qui s'était fait épiler le torse par Bruce Lee aimerait devenir président du Texas. Car le "Lone Star State", il le verrait bien indépendant. Sûr que si ça se fait, Johnson & Johnson demande la nationalité !
Info pécho sur RTLinfo.be grâce à Ghislain "El Mirador del web"
Anderton

17 mars 2009

Star Trek : nouvelle photo chanmé

Buzz : Paramount a lâché une nouvelle photo de Star Trek (découvrez ici notre dossier : vidéo, photos, buzz...).
Chris Pine (Kirk) et Zachary Quinto (Spock) font face à Eric Bana. Pas besoin de préciser qui sont les gentils et qui est le méchant ! A-t-on besoin de dire qu'on attend avec impatience la sortie du film de J.J. Abrams ?
Anderton

OSS 117 Rio ne répond plus : un film avec du répondant !

En salles (dans un mois) : Les premières projections d'OSS 117 Rio ne répond plus ont eu lieu à Paris pour les médias tandis qu'une avant-première s'est tenue à Bordeaux, pour le public. Laissez-moi vous dire que c'est ENORME ! Michel Hazanavicius, le réalisateur et co-scénariste, et Jean-François Halin, l'autre co-scénariste, ont mis la barre très haute et réussi à faire plus fort que pour le premier opus. Sans renier sur le politiquement incorrect et l'humour con.
Jean Dujardin a repris son costume et sa connerie avec maestria. Et les seconds rôles parviennent quand même à exister : que ce soit Louise Monot, Reem Kherici, Alex Lutz, Rüdiger Vogler ou Pierre Bellemare. Mise en scène, photo, décors, costumes, musique... Tout est à la hauteur de l'ambition du film : de la déconne intelligente et bien foutue. On vous en reparlera plus en détail en avril prochain. D'ici là, on pourrait vous réserver quelques petites surprises... très Bath !
Pour patienter, le site officiel d'OSS 117 Rio ne répond plus
Anderton

Terminator Renaissance : nouveaux posters, nouveau trailer


Buzz : Oubliée la grosse colère de Christian Bale. Warner sort une nouvelle affiche de Terminator Renaissance aka Terminator Salvation (découvrez notre dossier : trailers, photos, infos...) . Histoire de remettre le film de McG sur les rails d'une promo plus classique. Comme on peut le constater, Christian Bale n'est pas LA star du film ; il partage l'affiche avec Sam Worthington.
Sinon, comme on avait laissé passer ça, je vous joins les trois autres affiches (ici en tryptique) diffusées début mars ainsi que le dernier trailer. Enjoy !
Affiche pécho chez el grandisimo Uruloki
Anderton

16 mars 2009

Bashung a toujours rêvé d'être un gangster...

Artistes : Bashung is dead…No comment. Si ce n’est en quelques lignes pour évoquer sa courte mais incandescente carrière au ciné. Entamée sous les auspices d’Arrabal – Le cimetière des voitures, 1983 - et achevée sous celles de Samuel Benchetrit, il aura traîné sa dégaine entre cimes et sondes. Une vingtaine de films, quelques B.O., peu d’oeuvres marquantes, juste une présence, une étoffe, tel un Mitchum made in Europa.
Fantaisie militaire en 5 titres :
Un père incestueux diabolique dans L’Ombre du doute d’Aline Isserman (1992)
Un taulard mélancolique dans La confusion des genres d’Ilan Duran Cohen (2000)
Une petite frappe louche dans Nestor Burma de Jean-Luc Miesch (1982)
Un amant incandescent face à Fanny Ardant dans Rien que des mensonges de Paule Muret (1991)
Un chanteur en tournée qui en croise un autre le temps d’une cigarette dans J’ai toujours rêvé d’être gangster…(2008)
Et puis, des B.O. : la musique de Félix et Lola, de Patrice Leconte, Ma Petite entreprise de Pierre Jolivet, ou, plus inattendu, du Jeune Werther de Jacques Doillon.
Un météore dans l’univers des stars…
Travis Bickle

Sleeper Cell : des terroristes faits maison

En DVD : Faut être gonflé pour afficher sur un coffret DVD, "Plus fort que 24 Heures Chrono". Même s'il s'agit d'une citation tirée du New York Times. Car il faut assurer derrière. Il n'y a rien de pire que de tromper le spectateur.
Donc Paramount Home Entertainment a osé. Et la série qui bénéficie de cette comparaison avantageuse s'appelle Sleeper Cell.
Disons-le tout net : Sleeper Cell n'a pas le rythme trépident de 24 Heures Chrono et les épisodes ne se terminent pas toujours par un cliffhanger à vous faire bondir sur votre canapé. Pour autant, cette "Cellule dormante" est une très bonne série qui partage certains point communs avec les aventures de Jack Bauer.
L'histoire, d'abord : fraîchement sorti de prison, Darwyn Al-Sayeed, un Black américain, est recruté par Faris Al-Farik, le leader d'une cellule terroriste islamiste basée à Los Angeles. Un attentat est en préparation. Je n'en dirai pas plus, par respect pour tous ceux qui, comme moi, n'aime pas trop en savoir sur une série avant de la découvrir. Disons juste que le principe de cette série ShowTime n'est pas loin de celui de Trahison (Traitor), sorti récemment.
Un extrait est à votre dispo ci-dessous et dans notre playlist Wat.
Reality show(time)
Revenons-en à la comparaison initiale. Les épisodes de Sleeper Cell sont plus longs que ceux de 24 Heures Chrono, moins condensés, moins rythmés. Mais la tension est palpable et le spectateur se demande à travers Darwyn ce que les terroristes vont mettre au point. Le scénar tient la route : pas de situations abracadrabrantesques, comme dans 24 Heures Chrono, du réalisme. Peu à peu, la personnalité de chacun - les terroristes et les autres - se révèle : le blanc et le noir font place au gris, les zones d'ombres s'étendent.
Au générique, pas d'acteur "connu" mais les prestations sont impeccables. Michael Ealy assure dans le rôle principal : il campe un Musulman sincère plongé au sein d'une organisation dévoyée (je n'en dis pas plus). Oded Fehr est tout aussi bon dans le rôle de l'inquiétant Farik. Le reste du casting est à l'avenant. A noter parmi la cellule islamiste, la présence d'un Français ex-skinhead devenu musulman extrêmiste.
Du point de vue formel, les images sont léchées (très peu vagabondes, contrairement à celles de 24) et la bande-son, soignée. Bref, Sleeper Cell est un thriller intelligent, qui aborde des questions brûlantes (l'islam en Occident, les moyens de lutter contre le terrorisme, le racisme...) sans jamais négliger l'action. On est pris et surpris par la progression du récit. Oubliez 24 Heures Chrono : Sleeper Cell est une série qui parle d'elle-même.
Anderton

14 mars 2009

I Love You Man : Jason Segel réveillé par la bite de Paul Rudd

Buzz : "Oh, Paul Rudd est tête en l'air... Une fois, j'étais profondément endormi sur le canapé et j'ai senti que Paul me touchait gentiment l'épaule en disant : 'Hé Jase, réveille-toi. C'est l'heure de te réveiller, mon pote. Réveille-toi'. Alors j'ai ouvert mes yeux, lentement. Et Paul était là, devant moi, la bite à l'air. Et il m'a fait un sourire bizarre et malicieux et il est sorti de la pièce".
C'est beau l'amitié quand elle est racontée par Jason Segel. Le comédien partage l'affiche de I Love You Man avec Paul Rudd. L'histoire d'un type (Paul Rudd) sur le point de se marier mais qui n'a pas de meilleur ami pour lui servir de témoin. Il va donc s'en chercher un mais, comme disait Seinfeld dans un de ses sketchs, après 30 ans, tu ne peux pas te faire d'amis ! Jusqu'à ce qu'il tombe sur un type décontracté et branleur (Jason Segel). Le trailer se mate ci-dessous et dans notre playlist Wat.
Allez, après ce post, éteins ton ordi, appelle ton meilleur pote et dis-lui : "Je t'aime, mec". Pour le réveil la bite à l'air, attends un peu quand même.
Propos de Segel pécho dans Time Out New York
Anderton

NFL : des spots qui filent les super boules !

Buzz : Au pays d’Obama, il y a une campagne pub qui casse la baraque (Ok, le jeu de mots est limite). Je ne sais pas si c’est pour Reebok ou pour la NFL (National Football League : le foot US quoi, la ligue 1 avec des armoires à glaces), mais force est de constater que l’on s’en fout et que ça fait plaisir aux yeux.
Voici donc l'intégralité des spots de 30 secondes avec à chaque fois une idée qui tue sur une réalisation façon les films faits à la maison. Ça déchire, c’est fun, c’est sûrement truqué dans tous les sens et c’est sur Cineblogywood Live !!!!
Merci Tom Padawan
Marcel Martial (John Elway Forever)

En plein dans le Milk

En salles : Autant l’avouer tout de go : je ne suis pas un inconditionnel de Gus Van Sant. Cinéaste un peu putassier (cf Psycho), poseur et chichiteux (cf Last days), opportuniste (cf Will Hunting). Voire carrément mauvais : Even cowgirls get the blues, un nanar auteuriste et foutraque. Le cinéaste a cependant la cote de ce côté de l’Atlantique, surtout depuis sa Palme d’Or obtenue en 2004.
A côté de ça, il faut bien lui reconnaître une bonne dose d’audace. De culot. Et de talent. Gerry et My own private Idaho constituant des sommets de cinéma et d’émotion. Alors, avec Harvey Milk, de quel côté GvS bascule-t-il ? Ce coup-ci, il touche en plein dans le Milk !
Regard et respect
Meilleur compromis possible entre le biopic et le film d’auteur, ce portrait du premier politique gay à accéder à des fonctions municipales aux US évite tous les travers du biopic à la Oliver Stone : pas d’explication pseudo-psychanalytique, pas d’anicroches temporelles, pas de manichéisme simplificateur, pas de performance plombante à la Anthony Hopkins. Bref, pas d’esbrouffe, pas de complaisance, tout le contraire ! Quand on songe que c’est l’auteur de JFK qui avait été un temps pressenti, avec Robin Williams dans le rôle-titre…
C’est le regard que porte Gus Van Sant sur la trajectoire de ce personnage et de la communauté gay de San Francisco qui force le respect : pas de militantisme, pas de nostalgie, juste une extrême douceur, voire une certaine érotisation. Ce qui constitue la patte d’un grand cinéaste, qui, pour une fois, aborde son sujet avec humilité, respect. Et amour. A l’instar du meurtre final filmé de la même manière que les étudiants déambulant dans les couloirs de Colombine dans Elephant. Ou de Harvey Milk, filmé en contre-plongée dans la blancheur quasi abstraite du City Hall, tel Gerry en son désert. Ou Harvey et son amant filmés avec la même compassion et ce même sentiment d’inéluctable que River Phoenix se confiant à Keanu Reeves autour du feu dans My own private Idaho.
Rayonner et faire rayonner
Surtout, Gus Van Sant réalise un vrai film politique, où il parvient à combiner l’intime et le collectif, le statique et le mouvement, le détail et l’épique. En ce sens, sa mise en scène épouse les ressorts de l’action de son héros, au cœur de l’intime et du collectif. Et 100 fois, oui, il livre là le 1er film de l’ère Obama, ruse de l’histoire ou pas (cf la critique des Inrocks) !
Enfin, en la personne de Sean Penn, il a su trouver l’interprète idéal, celui qui ne tire jamais la couverture à lui pour laisser place à ses partenaires, avec pour seul mot d’ordre : rayonner et faire rayonner. Encore une histoire d’individuel et de collectif. Et nous, aux côtés d’un Sean Penn débarrassé de certains tics marqués Actor’s Studio de redécouvrir James Franco, qui n’a jamais été à son meilleur ; ou d’admirer la finesse du jeu de Josh Brolin, dans un rôle qui aurait facilement pu tomber dans la caricature.
PS : pour les Parisiens, précipitez-vous au Nouveau Latina : au 1er étage du cinéma, une passionnante exposition de photos d’époque et d’objets inédits retrace la campagne électorale de Harvey Milk, ainsi que l’atmosphère du San Francisco des 70’s. Excellente initiative d’un cinéma extrêmement actif et dynamique !
Travis Bickle

Translate this blog