CANNES 2024

mardi 19 décembre 2017

Noël : Bill Murray et les Monty Python sous le sapin

A lire : Plus que quelques jours avant le maxi giftporn et il vous reste encore des cadeaux de Noël à faire ? No stress, soyez original : laissez tomber les figurines geek, les t-shirts nerd ou les mugs moches et offrez un livre. On vous en recommande deux, excellentissimes : Lost in Bill Murray et Le Flying Circus des Monty Python.



Lost in Bill Murray - Robert Schnakenberg (Over The Pop by Glénat)
 
S'il y a bien un adjectif qui qualifie Bill Murray, c'est insaisissable. A tous les points de vue : parce que sa carrière embrasse le blockbuster (SOS Fantômes) comme les films d'auteur (Wes Anderson, Jim Jarmusch), la comédie plus ou moins fine aussi bien que le drame plus ou moins réussi ; mais aussi parce que Murray est quasiment injoignable, si ce n'est via un répondeur téléphonique, dont seuls quelques initiés connaissent le numéro. Inutile de préciser que Schnakenberg n'a pas réussi à s'entretenir avec l'interprète de Steve Zissou. Mais il a pu interroger ses proches et relations professionnelles et s'est attelé à lire, voir et écouter tout ce qui concernait le grand Bill.
Plutôt que de pondre une bio classique, l'auteur a construit son ouvrage comme un dictionnaire. De A comme A Bord du Darjeeling Express à Z comme Zimmerli (la meilleure marque - suisse - de maillot de corps, selon Murray). Chaque entrée donne matière à appréhender celui qui refuse le star system. Par petits fragments, se révèle un artiste issu d'une famille d'origine irlandaise, très nombreuse et plutôt pauvre. Un p'tit gars du Midwest qui s'est rôdé sur les planches avant de percer au Saturday Night Live, de connaître le succès avec quelques comédies puis d'exploser avec Ghostbusters. Au point qu'au summum de la gloire, Murray s'est tiré à Paris pendant quelques années : il y a appris le français à la Sorbonne, découvert et adoré Coluche ainsi que la chartreuse, devenue son breuvage préféré.
De retour aux States, Bill s'est séparé de son agent, devenant un cauchemar pour les réalisateurs désireux de l'engager. Parfois il répond aux messages, parfois non. Parfois il répond mais ne vient pas sur les tournages... Au-delà des anecdotes sur la carrière de l'acteur et sa vie privée - l'une étant aussi chaotique que l'autre -, Schnakenberg aborde chaque film en donnant une note à l'oeuvre et une autre à son interprète. Sans complaisance. Le livre est également entrecoupé de petites histoires ayant fait la légende de Murray, de celles où il débarque dans des fêtes étudiantes ou à l'enterrement d'Elvis Presley. Le tout est richement illustré. Un must have pour le fan de Bill Murray et pour ceux qui veulent le comprendre. Enfin, l'appréhender.
 
Le Flying Circus des Monty Python - Adrian Besley (Hoëbeke)
 
En quatre saisons, cinq Britanniques et un Américain ont révolutionné la manière de faire l'humour à la télévision. Si la vénérable BBC a donné carte blanche en 1969 à ce groupe d'humoristes venus du cabaret et de la télé, elle a eu du mal dans un premier temps à programmer leur cirque volant à une heure décente de grande écoute. Mais le succès a été tel - auprès du public comme des critiques - que la chaîne publique a finalement mieux mis en valeur l'émission, non sans censurer quelques sketchs un peu trop déjantés.
Le livre revient sur ces quatre saisons devenues cultes ainsi que sur les spectacles qui les ont suivies (les films n'étant abordés qu'à la marge). On découvre ainsi que John Cleese écrivait plutôt avec Graham Chapman, que Michael Palin s'associait davantage à Terry Jones, tandis qu'Eric Idle produisait souvent ses textes seuls, Terry Gilliam réalisant ses dessins animés dans son coin. Mais tout ce petit monde se retrouvait en studio ou en extérieur pour partir en vrille, entre humour fin, gags surréalistes et vannes grasses. Aussi populaires que les Beatles, punks avant l'heure, les six comiques ont foutu l'anarchie in ze UK puis au Canada, aux States et partout dans le monde.
Au-delà du récit complet de ce joyeux bordel, le livre a ceci de formidable qu'il semble avoir été maquetté par les Monty Python eux-mêmes. Il contient par ailleurs des dizaines de fac-similés de documents, parfois inédits : affiches, scripts, billets d'entrée, etc. Les principaux sketchs et personnages cultes sont évidemment présentés avec un flashcode pour aller les mater sur le web. Un ouvrage total et totalement barré.
 
Et puis, tiens, pendant qu'on y est, voici d'autres bons bouquins à (se faire) offrir :
 
Anderton

Aucun commentaire: