Dossier Super Bowl

jeudi 20 juin 2019

Ralph 2.0 : sois web et t'es toi

En DVD et Blu-ray : Ralph La Casse revient et il n'est pas... pas content. Il est même très heureux de vivre avec tous ses collègues de jeux d'arcade. Un train-train qui s'avère pesant pour Vanellope, bien décidée à découvrir à ce qu'est l'internet, récemment installé par le gérant de la salle d'arcade. Disponible en vidéo, Ralph 2.0 est une suite réjouissante, bourrée de trouvailles et de références geek.



Disons-le d'emblée : j'avais aimé Les Mondes de Ralph mais je trouve sa suite plus réussie. Les réalisateurs Rich Moore et Phil Johnston signent un film plus fun, dont l'univers étendu fait changer l'environnement d'échelle. On passe du terrain de jeu des vieux jeux vidéo au parc d'attraction de l'internet ! Davantage de mondes, de personnages, de marques que les animateurs de Disney se plaisent à représenter et à mettre en mouvement. Le spectateur retrouve la même fascination ressentie en regardant Ready Player One. De Google à eBay, en passant par Allociné, chaque plateforme est une tour ou un bâtiment qui attire les visiteurs. Il y a les habitants du net et les avatars des utilisateurs. Ces communautés interagissent. On découvre ainsi comment un "like", une enchère ou une déconnexion se traduit concrètement dans le monde virtuel. C'est bien vu. Avec au passage, un petit message sur l'attrait et l'impact des réseaux sociaux ainsi que la presque-révélation d'un secret : l'art de bien éduquer ses enfants.


Au sein de la mégalopole Internet, aux tours vertigineuses, traversée par des flux incessants (qui rappellent certaines scènes du Cinquième élément ou de la prélogie de Star Wars), on croise des personnages de la pop culture : Star Wars, Marvel et Disney, of course - la scène où Vanellope se retrouve au milieu des princesses Disney est devenue culte. Impossible toutefois de repérer tous les caméos ! L'avantage ici, c'est qu'on peut faire pause. Un des nombreux bonus du Blu-ray est d'ailleurs consacré aux "Easter eggs", qui évoquent l'univers Disney ou Pixar notamment. Un univers dans lequel le duo de réalisateurs inscrit le film, avec un respect teinté d'impertinence, allant même jusqu'à faire appel à Alan Menken, le célèbre compositeur des chansons de La Petite sirène, La Belle et la bête et Aladdin, pour signer un hymne de princesse décalé et marrant.   



Autre réussite du film : l'évolution de la relation entre Ralph et Vanellope. La petite ressent l'appel du large débit tandis que le grand veut regagner son environnement pixellisé rassurant. D'où quelques tensions et une conclusion très touchante. John C. Reilly et Sarah Silverman reprennent leurs rôles avec le même talent. Idem pour Jack McBrayer, Jane Lynch, Ed O'Neill tandis qu'Alan Tudyk incarne un nouveau personnage. Trois nouveaux arrivants notables : Gal Gadot dans le rôle d'une implacable pilote de course, Taraji P. Henson dans celui d'une grande prêtresse du buzz et Alfred Molina dans celui d'un inquiétant créateur de virus.

L'édition Blu-ray propose une palanquée de bonus sur la production du film, des premiers concepts jusqu'à l'enregistrement de la musique., mais aussi des scènes coupées, des clips musicaux et des vidéos de chats. Le plaisir est total.

Anderton

Aucun commentaire: