Belmondo : films, anecdotes...

jeudi 30 mai 2019

Minuscule 2 : une aventure grandiose qui donne des ailes

En DVD et Blu-ray : Où sont passés les insectes de nos campagnes ? Si la situation n'était pas si grave, on serait tentés de répondre : aux Antilles. C'est en tout cas, le voyage imprévu que font les coccinelles vedettes de Minuscule 2, joliment sous-titré : Les Mandibules du bout du monde. Le film signé Thomas Szabo et Hélène Giraud est disponible en vidéo et c'est un bijou qui mérite d'être (re)vu.



C'est l'hiver dans l'arrière-pays provençal. Les premiers flocons de neige recouvrent montagnes, forêts et vallées. Une colonie de fourmis noires, qui veut faire d'ultimes provisions pour les mois sous terre, se lance à l'assaut d'une épicerie de village. C'est sans compter l'arrivée d'une bande de fourmis rouges. Dans les rayonnages et l'arrière-boutique, les soeurs ennemies se livrent un combat épique. Venue prêter patte forte aux fourmis noires, une jeune coccinelle se retrouve piégée dans un carton de crème de marron... qui est envoyé dans une île de la Caraïbe.Tandis que la p'tite bête à bon dieu découvre un environnement inédit, coloré, étrange mais aussi dangereux, sa famille restée au pays s'organise pour monter une opération sauvetage.



Depuis que j'ai découvert un épisode de Minuscule la série, il y a treize ans de cela, je suis devenu fan de cet univers microcosmique et macro-attachant, plein d'humour et de poésie. Ce deuxième long-métrage s'inscrit dans le même esprit que les opus précédents et porte encore plus haut la qualité de l'animation, qui associe images de synthèse et prises de vues réelles. Le spectateur est bluffé par la beauté des images mais il est surtout emporté par l'histoire, où les rebondissements abondent, et les émotions qu'elle suscite, sans paroles ou presque - quelques humains (tiens, Bruno Salomone et Thierry Frémont !) s'expriment ici ou là sans que leurs propos soient vraiment intelligibles. 

D'élytre d'émotions

Le duo Szabo et Giraud fait à nouveau mouche, enchaînant les séquences spectaculaires et les trouvailles visuelles, avec quelques clins d'oeil au Retour du Jedi, à Là-haut, aux Dents de la mer (la plaque d'immatriculation dans le ventre du requin blanc !) ou à... Minuscule (avec l'indispensable course-poursuite entre la coccinelle et les mouches amères). Mine de rien, ils délivrent un joli message sur le vivre ensemble et l'écologie sans tomber dasn la démonstration lourdingue. Formidable travail sur la photo et le son. Quant à Mathieu Lamboley, il signe une partition somptueuse, qui donne parfois le frisson.




Editions Montparnasse et Le Pacte nous offrent une magnifique édition vidéo, qui rend hommage à la French Touch à l'origine de cet univers pas si microscopique. Un making of éclaire sur l'ambition de cette production hexagonale produite par Futurikon, du tournage en Guadeloupe ou dans le Parc du Mercantour jusqu'à la création des décors et la mise en images de synthèse chez les studios The Yard et Supamonks. Egalement en bonus, La Nuit des mandibules (un moyen-métrage qui met aux prises nos bestioles avec un serial collectionneur) ainsi que Mouches à merde, le court-métrage "fondateur". Si la technique a beaucoup évolué, tout est déjà là : la virtuosité, l'humour, l'émotion. Un livret de 32 pages complète le tout. Grandiose !

Anderton

Aucun commentaire: