CANNES 2024

vendredi 23 décembre 2022

Avalonia L'étrange voyage : une aventure écologique et humaniste

Avalonia L'étrange voyage Disney CINEBLOGYWOOD

A voir : Pas de fêtes de fin d'année sans le "Disney de Noël". Pour 2022, ce sera Avalonia L'étrange voyage (Strange World), à découvrir non pas au cinéma mais sur Disney+. Au programme : de l'aventure, de l'exotisme et des messages en résonnance avec nos préoccupations actuelles.


La famille Clade a l'exploration dans le sang. Enfin, surtout le père, Jaeger, bien décidé à découvrir ce qui se cache derrière les immenses montagnes qui entourent Avalonia. Lors de cette expédition, le fils Searcher découvre une plante aux propriétés étonnantes et tient tête à son père, qui veut poursuivre sa quête alors que la destination finale semble inaccessible. Jaeger laisse les siens et s'enfonce seul dans une tempête de neige, au coeur de pics acérés. Les années ont passé. Searcher est devenu fermier. Avec sa femme et son fils, ils cultivent le pando, la plante productrice d'énergie qui fait vivre toute la communauté. Mais une maladie menace son existence. Les autorités décident alors de monter une nouvelle expédition pour tenter de sauver la plante... et leur monde. Searcher accepte non sans réticences d'y participer.

Les réalisateurs Don Hall et Qui Nguyen signent une fable écologique et humaniste dont l'objectif est clairement de nous ouvrir les yeux sur notre rapport à la nature... et à l'autre. L'exploitation des ressources naturelles impacte évidemment l'écosystème dans lequel nous vivons. A travers le pando, le spectateur comprend de manière très claire comment l'usage intensif d'une plante quasi magique peut s'avérer contre-productif, voire même dangereux, malgré tout le progrès dont elle est l'initiatrice. Searcher Clade, son découvreur, est ainsi amené à revoir son jugement, lui qui l'exploitait en bonne foi et dans une démarche durable.

Un monde étrange

Hall et Nguyen en profite également pour mettre en avant une famille qui s'éloigne des canons traditionnels Disney - même s'il faut reconnaître au studio son engagement depuis plusieurs années pour mieux représenter dans ses productions la société actuelle. Searcher est blanc, sa femme Meridian est noire, leur fils Ethan est homosexuel. Ajoutons que leur chien est doté de trois pattes. Jamais les réalisateurs ne cherchent à appuyer le message autour de l'inclusion. L'homosexualité d'Ethan est évoquée sans détour lors d'une scène de romance classique. Quant aux parents, ils s'embrassent à pleine bouche pour embarrasser leur ado. Une famille heureuse et normale. Tellement normale que lorsqu'il rencontrera son grand-père, un aventurier débordant de testostérone, Ethan n'aura jamais besoin de s'expliquer, ni de se justifier. Et Jaeger n'émettra aucune remarque, encourageant au contraire son petit-fils à déclarer sa flemme à l'élu de son coeur. Le monde d'Avalonia est ainsi fait. Un monde étrange (pour reprendre le titre original) en comparaison du nôtre où l'homosexualité et les mariages mixtes continuent d'alimenter d'abjects débats dans les médias et les foyers.

Finalement, les enjeux tiennent davantage à la place que chacun veut/peut occuper dans la famille. Comment se définir non pas en tant qu'individu mais par rapport à son père ou à son fils ? Comment accepter l'autorité tout en exprimant son libre-arbitre ? Comment faire ce qu'on a envie sans que ce choix soit interprété comme une trahison pour ses proches ?

Voyage en terres inconnues

Bien sûr, l'exotisme réside dans ces terres inconnues où vont atterrir les héros, interprétés en V.O. par Jake Gyllenhaal, Dennis Quaid, Gabrielle Union, Jaboukie Young-White et Lucy Liu. Les talents du film ont imaginé un univers inédit, où chaque chose est vivante. Les créatures n'ont rien à voir avec nos animaux terrestres. Ou plus exactement, elles s'inspirent davantage des organismes marins ou micro-cellulaires. Leurs formes et caractéristiques étonnent et réservent bien des surprises aux explorateurs. Quant au téléspectateur, il est transporté ailleurs, sans repères. Couleurs, textures... le rendu est splendide. Ce voyage, qui rappelle dans un genre et un style très différents celui d'Atlantide l'empire perdu (2001), est évidemment ponctué de nombreuses séquences d'action spectaculaires et se termine par une jolie révélation. 

Un Disney de Noël atypique mais attachant.

Anderton

 

Aucun commentaire: