Cannes 2022

mercredi 9 mars 2022

Barbaque : 6 raisons d'en (re)prendre une bonne tranche

Barbaque blu-ray CINEBLOGYWOOD


En Blu-ray et DVD : Avec Barbaque, Fabrice Eboué et Marina Foïs nous font un beau cadeau emballé dans un joli papier boucher rose. Voilà une comédie qui a du coeur et des tripes, aussi juteuse que saignante. Ne passez pas à côté de sa sortie en vidéo. Pour 6 raisons au moins.


1) Une belle histoire d'amour et d'abats

C'est pas pour me vanter mais je crois que j'ai bien raconté l'histoire de Barbaque lors de sa sortie en salle. Je n'ai peut-être pas assez souligné que c'est une rom-com, dans laquelle l'amour permet à un couple en voie de délitement de se retrouver. Notamment en prouvant qu'il y a du bon dans chaque végan. Littéralement.

2) Il y en a pour tout le monde

J'en vois certains s'étrangler en buvant leur jus d'ortie, ulcérés qu'on se moque de ceux qui refusent la souffrance animale, persuadés que le film va faire gigoter de rire à leur détriment le triple menton gras des viandards. Que nenni ! Comme son personnage de boucher qui attendrit sa viande à coups de maillet, Eboué tape avec le même sourire radieux sur les végans comme sur les carnivores, sur les apôtres du petit commerce comme les adeptes des grandes surfaces. Il dynamite les chapelles et démonte les postures. Il rigole de tout et sur tous, y compris le couple qu'il incarne avec Marina Foïs. Ras-le-bol du politiquement correct, aux chiottes l'autocensure. Le point Godwin est allègrement franchi. Mais attention, le bonhomme ne cherche pas à choquer pour choquer ; il veut faire marrer sans s'imposer de limiter. Et c'est aussi jouissif que mordre dans une côte de boeuf saignante ou une tomate juteuse élevée en plein air.

3) Un duo en osm-ose

Ils vont bien ensemble, Fabrice et Marina. Leur couple à l'écran consiste en un beau pavé de braves gens, entrelardé d'une pointe de Ténardier et d'un morcif de Bidochon. Avant de tomber dans le serial killing, ils étaient plutôt viande haching. L'amour du travail bien fait. L'un taillait ses biftecks, l'autre le bout de gras avec les clients. Jusqu'à ce qu'on vienne leur casser la boutique et les couilles. Comme Rambo, ils n'ont pas versé le premier sang mais il leur est monté à la tête. Eboué et Foïs sont géniaux, avec leurs regards hébétés et leurs mines piteuses avant de se relancer dans le business de la barbaque bio. Ils affichent alors des sourires cruels. Leurs yeux pétillent. Ils se remettent à baiser et rendent la biffle joyeuse. Comme chantait les Rita, ils sont parfaits l'un pour l'autre.

4) Une réalisation sans gras

Pour son quatrième film derrière la caméra, Fabrice Eboué fait preuve d'une belle maîtrise. La mise en scène est enlevée, complètement raccord avec le ton du film. Les hommages et références (C'est arrivé près de chez vous et Tarantino notamment) ne sont jamais appuyés. Le cinéaste-comédien ne cherche pas à en mettre plein la vue mais il a pris le temps de penser son film et de lui donner du rythme. Honnête, il reconnaît avoir bosser avec John Wax, lequel a coréalisé avec Jean-Pascal Zadi l'excellent Tout simplement noir. Bref, c'est chiadé et agréable à voir.

5) Une bande son au jus

La composition de Guillaume Roussel est accompagnée de quelques morceaux signés Steppenwolf, Village People ou Démocrates D, qui contribuent à donner du relief et de l'énergie à quelques séquences. Bien vu et bien entendu.

6) Un bonus, cadeau de la maison

Universal Pictures propose un seul supplément mais c'est une interview de Fabrice Eboué qui, comme à son habitude, parle avec intelligence, humour et franchise de son approche et du film. Vous l'avez compris, je suis fan de l'artiste et de ce film insolent et surtout, très drôle.

Anderton

Aucun commentaire: