30 juin 2010

Claude Chabrol : nanars et bizarreries


Artistes : Bon anniversaire, Chacha ! Quasiment seul cinéaste français vivant « classique » aussi médiatique, Claude Chabrol fête actuellement ses 80 ans, pour environ autant de films et téléfilms. Si tout le monde connaît la crème de sa filmographie -  ses chefs-d’œuvre Nouvelle Vague (Le Beau Serge, Les Cousins), sa période pompidolienne avec Stéphane Audran (plus de 20 films en commun, dont La Femme infidèle, Le Boucher, Les Noces Rouges, Juste avant la nuit) accompagnée soit de Michel Bouquet, Maurice Ronet ou Michel Duchaussoy, puis sa période Huppert (Violette Nozière, L’Ivresse du pouvoir, La Cérémonie, entre autres),- on connaît moins le reste…

Et pourtant, les miettes d’un gâteau sont aussi délectables que le gâteau !…Zoom donc sur une filmo très éclectique, au travers de ses nanars et autres bizarreries, qu’on ne voit malheureusement plus trop sur les écrans ou dans les bacs.
- Ophelia (1961) : une adaptation déguisée de Hamlet, revu par son ami et scénariste Paul Gégauff. Exercice de style, invisible depuis bien longtemps.
- Le Tigre aime la chair fraîche / Le Tigre se parfume à la dynamite (1964/65) : quels titres ! Roger Hanin en OSS 117 des bazars…L’acteur co-signe les scénarios, Chabrol s’amuse, le spectateur un peu moins… ! Le cinéaste y fait tourner 2 acteurs majeurs de son univers futur : Stéphane Audran et Michel Bouquet.
- Marie-Chantal contre Docteur Kha (1965) : version chabrolienne des Barbouzes, avec Marie Laforêt en guise de Mireille Darc, accompagnée de Stéphane Audran et Roger Hanin… On ne change pas une équipe qui gagne, surtout quand elle s’appuie sur un scénar signé Jacques Chazot et un méchant incarné par le légendaire Akim Tamiroff (Lord Jim, La Soif du mal)… !
- La Route de Corinthe (1967) : drôle de film d’espionnage situé pendant la Guerre Froide…Chabrol se prend au sérieux, pour une histoire qui se voudrait du John Le Carré.

29 juin 2010

Rambo III dans ton cul !

Buzz : France 2 diffuse actuellement Rambo III. Comme l'a rappelé @BenGallerey, c'est dans ce film qu'est née l'expression "Dans ton cul". L'extrait ci-dessous en fait foi. Merci à Sylvester Stallone !

Sinon, France Télévision a également réalisé un trailer LOL WTF pour Rambo II. Enjoy !

Anderton

La Guerre des Mondes : un Blu-ray à voir avant 2012


En DVD et Blu-ray : Tous ceux qui, comme moi, ont été déçus par 2012 devraient (re)mater La Guerre des Mondes que Paramount Home Entertainment sort dans une belle édition Blu-ray. Dans un des nombreux bonus, le scénariste David Koepp (Jurassic Park III, Panic Room, Spider-Man) indique avoir relu l'oeuvre de H.G. Wells et noté tout ce qu'il ne fallait pas faire pour réussir cette nouvelle adaptation. Notamment, ne pas montrer des monuments connus en train d'être détruits ou des journalistes commentant en "live" la catastrophe... Roland Emmerich aurait été bien inspiré d'en faire autant. Mais n'est pas Steven Spielberg qui veut.

War of The Worlds n'est pas le meilleur Spielberg d'ailleurs et le film se situe un cran en-dessous de Minority Report, première association du cinéaste avec Tom Cruise. Et pourtant, je ne l'avais pas revu depuis longtemps et j'ai été à nouveau frappé par ses grandes qualités. Les effets spéciaux sont toujours aussi spectaculaires et de nombreuses séquences (la traversée du fleuve Hudson...) continuent de scotcher le spectateur à son fauteuil. 

Post-11 septembre

Les aliens ne sont pas fondamentalement au coeur du film. Comme l'explique Spielberg lui-même à Laurent Bouzereau dans le making of, La Guerre des Mondes montre une Amérique post-11 septembre, vulnérable, rongée par l'angoisse, paranoïaque, divisée... Profondément marqué par la deuxième guerre mondiale et la shoah, le cinéaste représente à nouveau à l'écran les ravages d'un conflit sur une société moderne : tueries massives de civils, exode sur les routes, règne du chacun pour soi... Une sombre vision "magnifiée" par la photo de Janusz Kaminski, qui éclaire les ténèbres de rouge - le feu des explosions ou le sang des victimes des extra-terrestres.

Après Rencontres du 3e Type et E.T., Spielberg poursuit par ailleurs sa chronique de la famille éclatée américaine : Tom Cruise incarne avec conviction un père de famille divorcé qui récupère ses deux enfants le temps d'un week-end. Le type est irresponsable, peu impliqué dans l'éducation de ses gosses. Il ne se souvient pas que sa fille (l'excellente Dakota Fanning) est allergique et s'avère incapable de lui chanter une berceuse quand elle en a le plus besoin. Quant à son fils aîné, il ne parvient plus à communiquer avec lui. Cette difficulté d'être père, dont on sent bien qu'elle travaille Spielberg, ce fils de divorcés devenu chef d'une large famille, donne lieu à des moments forts en émotion. Tom Cruise est bouleversant.

Voilà la force de La Guerre des Mondes, c'est un film très réussi de S-F qui bascule parfois vers le film d'horreur mais qui n'oublie jamais les personnages en chemin. C'est un film fort et intelligent. C'est un film que tu dois voir.

Anderton

28 juin 2010

Mondial : Rambo II façon match de foot

Buzz : A l'occasion de la Coupe du Monde, France Télévision se lance dans le LOL WTF. Pour la diffusion de Rambo II de George Pan Cosmatos avec Sylvester Stallone, le service public a diffusé une bande-annonce commentée par Fabien Lévèque, façon match de foot. Le résultat, très drôle, se regarde ci-dessous. Enjoy !

Anderton

Mondial : A Mort l'Arbitre !

Buzz : Deux erreurs manifestes d'arbitrage dimanche à la Coupe du Monde. Résultat : un but refusé à l'Angleterre et un accordé au détriment du Mexique. Les plus posés exigent le recours à la vidéo en cas d'action litigieuse, les autres réclament le retour des bonnes vieilles tortures médiévales.

Raison de plus pour ressortir la bande-annonce originale d'A Mort l'Arbitre de Jean-Pierre Mocky. Eddy Mitchell y campe un arbitre traqué par une horde de supporters emmenée par un ignoble Michel Serrault et un brutal Claude Brosset. Trailer qui permet de constater que la vuvuzela est une invention française, bordel ! Enjoy !

Anderton

27 juin 2010

Mondial : Maradona et Will Ferrell nus dans la rue

Buzz : Maradona l'a promis ! Il courra nu dans les rues de Buenos Aires si l'Argentine devient championne du monde. L'Argentine a ainsi gagné plein de nouveaux supporters : pas pour les qualités physiques du Barbudo mais pour l'envie de voir El Gordito courir à oilpé dans la rue.

Un grand moment qui nous évoque forcément une des scènes hilarantes de Old School, dans laquelle le grand Will Ferrell faisait un marathon en tenue d'Adam après une cuite mémorable. Jusqu'à ce qu'il soit ramassé par sa femme et ses copines. A voir ci-dessous. Enjoy !

Anderton

Mondial : Angleterre-Allemagne dans Inglourious Basterds


Buzz : Quand l'Angleterre affronte l'Allemagne sur un terrain de foot, comme aujourd'hui à la Coupe du Monde, le sport devient plus que du sport. On se retrouve dans les champs de Somme en 1916 ou dans le désert d'El Alamein en 1942. C'est la guerre, quoi. Sur la pelouse et souvent aussi, dans les gradins.

Au cinéma aussi, quand Anglais et Allemands se rencontrent, cela donne lieu à des scènes mémorables. Comme dans Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, avec la spectaculaire séquence dans la taverne. August Diehl et Michael Fassbender comparent leurs accents respectifs avant de s'en prendre à leurs testicules. Je ne vous balance pas l'extrait car il n'existe sur YouTube qu'en version piratée dans une salle de cinoche . Et je ne mange pas de ce pain-là. Say "Auf Wiedersehn" To Your Nazi balls...

Anderton

Mondial : France-Allemagne dans Ces Merveilleux Fous Volants...

Buzz : A quelques minutes du coup d'envoi d'Angleterre-Allemagne, on ne peut que regretter le départ précipité des Bleus de la Coupe du Monde. Car si l'Italie est devenue notre némésis du ballon rond depuis les années 2000, dans les années 80, c'était les France-Allemagne qui dressaient toute la nation sur ses ergots face aux hordes teutonnes.



Illustration avec cette scène tirée de Ces Merveilleux Fous Volants dans leurs Drôles de Machines (Those Magnificent Men in their Flying Machines, 1965) de Ken Annakin, co-réalisateur du Jour le Plus Long. L'histoire d'une autre Coupe du Monde : en 1910, un concours est organisé pour élire la nation qui règne sur les airs. Evidemment, Français et Allemands passent plus de temps à se faire des coups fourrés qu'à tenter de gagner l'épreuve. Vous reconnaîtrez dans cet extrait Jean-Pierre Cassel, Gerd Frobe et Alberto Sordi (qui fait les frais du duel en ballon). Enjoy !



Anderton

Shrek 4 vs. Toy Story 3 : le match !


En salles : Deux des meilleures équipes du monde de l’animation s’apprêtent à s’affronter dans nos salles obscures. Dreamworks contre Pixar, les ogres contre les jouets, la compétition s’annonce passionnante ! (contrairement à l’autre…).

Le 30 juin : allez les verts !

Depuis 2001, nous sommes habitués à retrouver tous les 3 ans le géant vert de Dreamworks dans ses nouvelles aventures. Le 3e opus nous avait laissé un peu mitigés en 2007, on sentait clairement un essoufflement dans l’histoire, les personnages, l’animation ne progressait pas malgré un budget multiplié par 2… Bref, on attend l’ogre au tournant. La 3D peut-elle sauver une franchise en déclin ? Pas sûr…
Synopsis

Shrek s’ennuie. Shrek est devenu un ogre domestique, un peu pantouflard, enfouie dans la routine comme on peut s’enfouir dans un marais. Il ne fait plus peur aux villageois. Pire, il est devenu une attraction touristique et regrette amèrement le temps ou il était la terreur du royaume. Le jour où il accepte de pactiser avec Tracassin, un sournois petit lutin tout droit sorti des aventures de Oui-Oui, il se retrouve propulsé dans un monde parallèle dans lequel les ogres sont pourchassés, où Tracassin est roi et où Fiona et son bien-aimé ne se sont jamais rencontrés… Shrek va devoir déjouer le mauvais sort de Tracassin et retrouver son monde et l’amour de sa vie !

Rien de neuf dans le Marais…

Shrek a perdu son charme. Dans les 2 premiers films, les scénaristes Ted Elliot et Terry Rossio avaient réussi à nous transporter dans cet univers où les contes de fées sont maltraités et parodiés à outrance. On a adoré ça. Dans Shrek le Troisième, les nouveaux scénaristes n’ont pas su renouveler ni l’histoire, ni les personnages. Malheureusement ce 4e et dernier volet ne relève pas le niveau, on assiste maintenant à la suite des aventures de Shrek et ses amis Fiona, l’âne et le chat potté en ayant totalement perdu de vue ce qui faisait l’attrait et l’humour unique de cette saga : la transgression, le piétinement sans concession des héros de notre enfance. C’est ce qui s’appelle s’endormir sur ses lauriers.

Le 14 juillet : la révolution des jouets !

En 1995, Toy Story révolutionnait le cinéma en étant le premier long métrage entièrement réalisé en images de synthèse. 15 ans plus tard, Buzz et Woody n’ont pas pris une ride !

Synopsis

Andy a grandi. Et oui ça fait 10 ans que vous ne l’avez pas vu donc autant vous dire qu’il a la moustache naissante et la voix qui mue. Il a 17 ans et est sur le point de partir pour l’Université.
Alors qu’il achève ses cartons pour son départ vers une nouvelle vie (dans laquelle il va certainement se consacrer désormais aux filles et aux beuveries…) un choix cornélien s’impose à lui : que faire de ses vieux jouets qu’il a tant aimés ?

C’est ainsi que Buzz, Woody et tous les autres se retrouvent… à la crèche ! Très vite, ils ne vont pas supporter les bisous baveux et les petits doigts boudinés de tous ces bambins qui les maltraitent plus qu’ils ne jouent avec eux. Il devient urgent d’échafauder un plan pour leur échapper au plus vite…

Nouvelles têtes et nouvelles voix

Contrairement au géant vert de Dreamworks, les petits malins de Pixar avaient un plan depuis le début. Ils savaient qu’il suffisait de faire grandir Andy de film en film pour faire évoluer les personnages principaux. Car c’est bien autour de ce héros qu’on ne voit (presque) jamais que les histoires se construisent. Dans le 1er opus, Woody défendait sa place de jouet préféré face à un Buzz flambant neuf.
Dans Toy Story 2, Buzz volait au secours de son ami, kidnappé par un collectionneur, afin de le ramener auprès d’Andy avant que celui-ci ne rentre de vacances. Dans le Toy Story 3, les jouets doivent s’échapper d’une crèche où ils ont été envoyés par mégarde au lieu d’être sagement rangés dans le grenier en attendant de pouvoir jouer avec la progéniture d’Andy.

C’est là aussi qu’on sent que Pixar exploite une source intarissable, puisque chaque nouveau film voit apparaître son lot de nouveaux jouets autour du Cinq majeur (Buzz, Woody, Monsieur Patate, Rex et Zig-Zag). Après avoir enrôlé Jessie, Barbie et le maléfique Zurg dans le second volet, ils sont rejoints cette année par Ken, Rictus et Lotso, l’ours qui sent la fraise, afin de les « guider » dans la garderie.

On s’amusera à reconnaître les voix françaises choisies pour ces nouveaux venus : Benoît Magimel est parfait en Ken (Frédérique Bel est Barbie), mais c’est surtout Grand Corps Malade qui retiendra notre attention en prêtant sa voix au clown Rictus qui nous révèlera dans un slam épique la personnalité complexe de l’ours Lotso !

Et la 3D dans tout ça ?

Personnellement, j’ai toujours trouvé que la 3D n’apportait pas une différence énorme sur un film d’animation. Dans les 2 films, on sent que certaines scènes ont clairement été développées avec l’intention d’un rendu spectaculaire en 3D et ça fonctionne très bien. Maintenant on n’éprouve pas à mon avis de plaisir supplémentaire à voir ces œuvres en 3D…

En conclusion, Toy Story 3 à ne pas rater, n’arrivez pas en retard sous peine de manquer l’excellent « Jour & Nuit » le traditionnel court métrage Pixar. Quant à Shrek 4, à voir pour 3€ pendant la fête du cinéma (qui a démarré le 26 juin jusqu’au 2 juillet).

Best of blogs cinéma : Copacabana, Stephen Frears, vuvuzela et Bébés

Sur le web : Allez les Bl... ogs ! Voici notre dernier Best Of de la saison. Profitez-en avant de partir vous la couler douce ici ou là. Enjoy !





Anderton

25 juin 2010

Fly me to the Moon !


En DVD et Blu-ray : Précédé d’un gros buzz depuis plusieurs mois (présentation à Sundance, puis sélection au festival de Gérardmer), Moon alunit directement dans les bacs. Alors qu’une sortie en salles aurait permis d’en révéler toutes les beautés plastiques et cinématographiques. Vraiment dommage. Donc, par défaut, précipitez-vous sur le DVD de cette perle SF, signée David Bowie Jr, Duncan Jones.

Alone on the moon

La principale qualité de ce film SF, c’est sa modestie. Pas question de rivaliser avec 2001 ou Alien – même si les clins d’œil abondent. Alors que son père chantait Life on Mars, le rejeton filme Life on Moon – l’existence solitaire d’un space-worker, chargé de surveiller l’exploitation d’un minerai destiné aux besoins énergétiques de la terre. Alors qu’il s’apprête à regagner la Terre (femme et enfant l’y attendent depuis 3 ans), la machine s’enraye : hallucinations, sommeil douloureux…Surtout, suite à un accident du travail et la découverte d’un cadavre qui lui ressemble traits pour traits, apparaît dans la station un double de lui-même.

S’engage alors un formidable suspense métaphysique : qui est ce double ? D’où vient-il ? S’agit-il d’une ruse de l’ordinateur qui l’accompagne, Gerty, sorte de HAL bis, auquel Kevin Spacey prête sa voix asexuée et qui rappelle celle de son lointain ancêtre kubrickien ? Le film pose alors toute une série de questions vertigineuses en à peine 1h30 : qu’est-ce qu’un humain face à son clone ? Qui est le clone de l’autre ? Mais rassurez-vous : le film approche ces questions très simplement, sans longs discours ou dissertations pseudo-philosophiques.

De la SF adulte et sensible

A la fois thriller métaphysique et huis clos identitaire, Moon repose intégralement sur les épaule de son comédien principal, Sam Rockwell, qu’on n’avait pas vu aussi sobre depuis….bah, qu’on n’avait jamais vu aussi sobre, tout court !! Il est vraiment étonnant, instillant la dose de mélancolie et de dépression nécessaires à cette quête. Et livre une composition minérale, à rapprocher de celle de George Clooney dans Solaris ou de Bruce Dern dans Silent Running.

Bref, sens de la narration et de l’atmosphère (outre des décors lunaires toujours aussi glaçants et une musique entêtante de Clint Mansell, le compositeur attitré de Darren Aronofsky), casting irréprochable, c’est de la SF – allez, j’emploie les grands mots !- intelligente et sensible, adulte et humaniste. Et qui confirme l’adage selon lequel dans l’espace personne ne vous entend crier, ou pleurer…

Travis Bickle

24 juin 2010

Mondial : les Italiens, Les Monstres du football

Buzz : L'Italie peine à se qualifier pour le 2e tour de la Coupe du Monde. Et pourtant, les italiens ont le foot dans le sang. La preuve avec Che Vitaccia, un sketch tiré du chef-d'oeuvre de Dino Risi : Les Monstres (I Mostri).

Vittorio Gassman y interprète un père de famille romain qui revient à la maison pour y découvrir son enfant souffrant. Il lui faut des médicaments mais comment payer ? Il y a bien quelques lires mais le papa les avait mises de côté pour une impérieuse raison. Tant pis. Il doit se sacrifier en se lamentant. Mais sa femme et le docteur lui donnent leur bénédiction. La chute vous fera exploser de rire. Enjoy !

Anderton

Elio Petri, un cinéaste au-dessus de tout soupçon


En DVD : Sortir de l’ombre des cinéastes italiens moins connus que les maîtres Fellini, Antonioni, Pasolini ou Risi, tel est le grand intérêt du travail cinéphilique de Carlotta. Ainsi, après Pietro Germi, la maison d’édition s’attaque cet été à deux cinéastes tout aussi importants, mais délaissés par les éditeurs : Elio Petri et Mauro Bolognini. Je reviendrai plus tard sur ce dernier pour zoomer sur le premier, à l’occasion de la sortie du double DVD du film majeur du cinéaste, Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, Grand prix spécial du jury à Cannes en 1969, Oscar du meilleur film étranger 1970. Et Carlotta de nous livrer là un modèle de DVD.



Fable d’une force subversive inouïe



Tout d’abord, le film. Plus de 40 ans après, une œuvre d’une force inouïe. Et d’une brûlante actualité. Alors qu’il vient d’être promu, un flic romain assassine sa maîtresse, et distille tous les indices possibles pour laisser accroire à sa culpabilité aux yeux de ses collègues. Quitte à inculper un mari perçu comme homosexuel. Ou bien un voisin, jeune, donc gauchiste, donc subversif. Et tout cela dans le but de jouer avec l’impunité dont il bénéficie du fait de son nouveau statut. Forcément, ça vous rappellera quelqu’un, en deça des Alpes. Ou bien au-delà !



C’est dire la force de cette fable socio-politique, menée de main de maître par Elio Petri. Gros plans expressifs sur Gian-Maria Volonte, incarnation idéale de l’arrogance et du mépris, décors marqués par l’anonymat ou la décadence, dialogues à faire frémir «("La répression est notre vaccin. La répression est la civilisation"), le tout sur une musique obsédante d’Ennio Morricone, le film évoque tour à tour l’absurde de Kafka, d’ailleurs cité en fin de film, le grotesque de Borges et la volonté de puissance de Nietzsche. Tout en restant inscrit dans l’actualité de l’Italie des années 70. Et qui trouve des prolongements bien inquiétants dans la nôtre. Bref, un film à redécouvrir d’urgence, dont Al Pacino avait acquis les droits pour le remaker made in Hollywood dans les 70’s.



Un DVD modèle



Ce DVD donne également l’occasion de re-découvrir le cinéaste italien au travers d’une foultitude de suppléments. La stratégie de la tension évoque le contexte dans lequel a été réalisé ce film (attentats de la Piazza Fontana de Milan alors attribués à l’extrême-gauche), et rappelle que le cinéaste, quasi menacé de prison, préfère quitter l’Italie quelque temps. Autre supplément à ne pas rater : Ennio Morricone évoque la construction la mélodie entêtante qui accompagne le film, sa relation au cinéaste, ainsi que de son activité en général, avant de passer au piano (regardez la vidéo).



Enfin, un passionnant documentaire nous permet de redécouvrir le réalisateur. Produit par sa compagne, il aborde un à un la plupart de ses films de ses débuts à sa fin prématurée (novembre 1982), mêlant documents d’archives, extraits, citations écrites et témoignages de comédiens, de techniciens. Ils sont tous là ! Ursula Andress, Vanessa Redgrave, Franco Nero, Robert Altman, Bernardo Bertolucci, le décorateur Dante Ferretti, Ennio Morricone, tous évoquent un homme chaleureux et humaniste, titulaire d’une Palme d’Or en 1972 pour La Classe ouvrière s’en va au paradis, et malheureusement passé un peu aux oubliettes. Parmi ses autres films les plus célèbres, on peut citer Todo Modo (1977), fable sur la démocratie-chrétienne avec Gian-Maria Volonte, et La 10ème victime (1965) fable pop de SF sur les relations hommes-femmes avec Ursula Andress et Marcello Mastroianni.



Espérons que cette édition permette de le remettre au 1er plan des cinéastes italiens. Allez, j’avoue : en visionnant Enquête.., c’est la 1e fois que je voyais un film du cinéaste. Hâte de découvrir le reste, hein Carlotta ;-)



Travis Bickle

Mondial : les Bleus Over the Taupe !


Buzz : Patrice Evra promet des révélations au cours de la semaine à venir. Va-t-on savoir qui est le traître parmi l'équipe de France ? Décidément, cette Coupe du Monde 2010 ferait un bon film. Avec des rebondissements, du suspense et des affrontements. Tout ça me rappelle un film avec Sylvester Stallone : Over The Top. Cette fois-ci, Evra et Domenech se livreront à un bras de fer musclé sous le titre : Over the Taupe ! En voici l'affiche. C'est loin d'être nickel mais c'est fait maison.

Anderton

22 juin 2010

Mondial : France-Afrique du Sud dans Coup de Tête

Buzz : Les Bleus parviendront-ils à se remobiliser pour leur dernier (?) match ? Sauront-ils redresser la tête et se sortir les crampons du sac de sport ? Le discours de Roselyne Bachelot les a fait pleurer mais à quelques minutes du coup d'envoi, dans le vestiaire, il leur faut se motiver avec des mots qui claquent. Comme ceux que balancent l'entraîneur de Trincamp à ses joueurs !

Régalez-vous avec cet extrait du génial Coup de Tête (1979) de Jean-Jacques Annaud. Le regretté Patrick Dewaere y joue un loser magnifique qui devient le héros de toute une ville de province. Pour info, le film a été tourné à Auxerre, avec Guy Roux comme conseiller technique. Enjoy !

Anderton

Mondial : Les Bleus par les Vieux de la Vieille

Buzz : L'Equipe de France est divisée. La grève de l'entraînement aurait été décidée par les Anciens tandis que les p'tits jeunes du groupe, qui y étaient opposés, se seraient laissés entraîner dans cette "mascarade".

Tout ça me rappelle une scène des Vieux de la Vieille (1960) de Gilles Grangier, avec René Fallet au scénar et Michel Audiard au dialogue. Du lourd, quoi. Trois papys mal embouchés - Jean Gabin, Pierre Fresnay et Noël-Noël - supportent mal les matchs de football dans leur village vendéen. Aussi quand un ballon atterrit dans le jardin de Baptiste Talon (Gabin), les compères décident de planquer le cuir. Une grève du ballon, les Vieux contre les jeunes, le foot au fonds du puit... on est pile poil dans l'actu. Enjoy !

Anderton 

Le Frelon Vert : premier trailer explosif

Buzz : C'est dans les vieux pots... Le Frelon Vert (The Green Hornet), la série TV qui avait révélé Bruce Lee, fait l'objet d'un remake. Et y a du beau monde : Michel Gondry à la réalisation ; Seth Rogen, Cameron Diaz, Christoph Waltz, Edward Furlong, Tom Wilkinson, Edward James Olmos et Jay Chou (dans le rôle de Kato) au casting.



A priori, on est bien loin de l'univers de Gondry, reste que le trailer déchire. Enjoy !



Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

21 juin 2010

Mondial : Le Seigneur des Anneaux... et de la Vuvuzela

Buzz : Jouer de la vuvuzela peut devenir un hobby. Voire un Hobbit. Découvrez cette vidéo poilante dans laquelle les trompettes sudaf' débarquent en Terre du Milieu. Voici Le Seigneur des Anneaux - La Communauté de la Vuvuzela ! Enjoy !

vidéo pécho sur Ecrans.fr via @AlexHervaud

Anderton

Mondial : Invictus avec vuvuzela

Buzz : On a retrouvé une copie d'Invictus avant la post-prod. Et le film de Clint Eastwood, avec les vuvuzelas en fond sonore, c'est tout de suite moins bien. Regardez l'hilarante vidéo ci-dessous. Enjoy !

vidéo pécho sur 10 mn à perdre via @BorisBastide

Anderton

Collateral : un Blu-ray Mann-ifique


En Blu-ray : Paramount Home Entertainment ressort en Blu-ray quelques-uns des grands films dans lesquels a joué Tom Cruise. Première salve avec le génial Collateral (2004) de Michael Mann. Un film à la tension croissante et à l’esthétique renversante qui profite pleinement de ce nouveau format vidéo.

Le pitch : Max (Jamie Foxx) est chauffeur de taxi à Los Angeles. Au cours de la même soirée, deux clients vont bouleverser sa vie : Annie (Jada Pinkett Smith), un procureur avec laquelle il sympathise rapidement, puis Vincent (Tom Cruise), un homme d’affaires qui lui propose de l’accompagner pour cinq rendez-vous au cours de la nuit. Le businessman s’avère être en fait un hitman, sur la piste de cinq "cibles".

Tom Cruise en impose en tueur implacable, froid, aux cheveux et costume gris – un "renard d’argent", comme l’acteur le décrit dans un bonus, qui joue au chat et à la souris avec le pauvre Max. Un étonnant rapport s’établit entre le conducteur et son passager, la victime devenant contre son gré le complice de son bourreau. Jamie Foxx est complètement crédible en gars largué par les événements, qui passe progressivement de la soumission à la rébellion. Et Jada Pinkett-Smith réussit à marquer de sa présence le début du film – ce qui s’avérera capital pour la suite… D’autres acteurs font honneur à leurs petits rôles : Mark Ruffalo, Javier Bardem, Peter Berg (le rél de Hancock et Le Royaume), Irma P. Hall (la mama de Ladykillers), Jason Statham faisant quant à lui une apparition fugace.

20 juin 2010

Best of blogs cinéma : Dog Pound, Agence Tous Risques et porno

Sur le web : Alors que l'équipe de France se déchire, notre collectif de blogueurs cinéphiles tient à peu près bon. La fatigue se fait sentir mais nous tiendront jusqu'au bout du mois de juin. Voici donc notre avant-dernier Best Of de la saison. Enjoy !





Anderton

19 juin 2010

Insatiable vaut mieux que deux (tu l’auras) !


En DVD : Wild side a la très bonne idée de nous sortir une collection intitulée L'Age d’or du X américain. Au programme du premier opus : Insatiable avec Marilyn Chambers, celle-là même qui a fait rêver toute la planète dans les années 80 avec l’inoubliable Derrière la porte verte.

La barbe à maman !

Ce qui est saisissant quand vous regardez un X de 30 ans (le film est de 1980), c’est de voir la différence ou plutôt les différences avec le film de cul du 21e siècle. Ici, pas de rythme stakhanoviste et d’obligation de babouler à couilles rabattues sur une durée proche de la souffrance pour 99,9% de la population. Ici, tout n’est que luxe, calme et volupté, ou presque. La première scène X arrive au bout de 20 minutes et il s’agit d’une scène entre deux femmes sur le bord d’une piscine. On découvre alors deux toisons fournies à foison et l’on comprend vite que l’option ticket de métro ou totale rasée n’est arrivée que bien plus tard.

Un peu plus loin dans le film, la première scène hétéro est une fellation et juste ça (mais de très belle facture, c’est l’époque Deep Throat) qui dure 2:12 mn avant que le bon monsieur parte en yaourt bulgare ; là encore, on est loin des 14 figures imposées dans nos boulards actuels. Bref, quelques scènes plus loin, il est évident  que le plaisir est le maître mot, l’unique ligne de conduite d’adultes en quête d’orgasmes qui jouent simple et pour qui la brouette taïwainaise ou le moulin hollandais ne sont pas à l’ordre du jour.

En résumé, "à l’époque", le sexe à outrance, faussement spectaculaire, n’existait pas. Juste le culte du bon cul comme à la maison. Papa dans maman (on notera aussi que l’accouplement en nombre n’est pas non plus de mise).

Le hard à papa !

Mais Miss Chambers est bien insatiable et dans l’ultime scène ce film X, elle se fait honorer par John C. Holmes, celui-la même dont vous avez découvert la bio dans l’excellent Boogie Nights, celui-là même qui a frustré des milliers de hardeurs du fait de la taille de son appareil génital (perso, j’ai le même problème, et vous êtes nombreuses à m’en remercier).

John honore donc Marylin, dans une scène d’anthologie, un peu comme le grand final du fort qui saute dans les westerns. Et là, Marylin nous gratifie d’une sodomie de légende que peu à sa place auraient été capables de faire (par comparaison, c’est comme si vous décidiez d’avaler une demi-baguette en une seule bouchée). Insatiable et unique donc.

Marcel Martial (encore !)

18 juin 2010

Toy Story 3 : rock pour la Fête de la Musique

Buzz : Après deux teasers pour la Coupe du Monde, Toy Story 3 se met au rythme de la Fête de la Musique, avec cette vidéo très rock'n'roll. Enjoy !



Anderton

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Mondial : France-Mexique par Le Magnifique

Buzz : Le sursaut d'orgueil n'a pas eu lieu. Les Mexicains ont donné une leçon de football aux Bleus. C'est en quelque sorte La Revanche du Serpent à Plumes, comme l'a indiqué @fclerc90. Avec pour conséquence : Out of Africa !

Pour rester dans la référence cinématographique, cette déculottée me rappelle la fin du Magnifique de Philippe de Broca, géniale comédie dans laquelle Jean-Paul Belmondo incarne un écrivaillon falot et son double littéraire, un espion au sommet de son art. Quand il s'aperçoit que sa belle voisine (Jacqueline Bisset) préfère le héros à son auteur, il décide de s'auto-parodier pour faire tomber l'agent secret de son pied d'estal. Cette descente aux enfers se déroule au Mexique, avec en fond musical la triste mélopée des mariachis : Cucurucucu Paloooomaaaaaaaaa ! Bref, Le Magnifique devient Le Guignolo. Un peu comme nos Bleus. La preuve avec cette bande-annonce. Enjoy !

Anderton

Concours Shutter Island : lecteur Blu-ray et Blu-ray à gagner


Buzz : Pour la sortie de Shutter Island en DVD et Blu-ray, Paramount Home Entertainment a lancé un grand concours en partenariat avec sept blogs, dont Cineblogywood.

A gagner :
Un lecteur Blu-ray et 10 Blu-ray de la collection Paramount



Principe :
Pendant deux semaines, sept blogs révèlent chacun à leur tour un indice qui servira à trouver un mot mystère. Rendez-vous ensuite sur ShutterIsland.com pour y enregistrer le mot mystère et participer au tirage au sort.

L’indice que vous donne Cineblogywood est :
World Cinema Foundation



Allez trouver d'autres indices sur les blogs partenaires du concours :

14/06 : CloneWeb
16/06 : Lyricis
18/06 : Cineblogywood
20/06 : Nels HD
22/06 : DamonX
24/06 : Shunrize
26/06 : Nerdalors



Bonne chance !

Visuel du concours honteusement pécho sur Lyricis !
Anderton

17 juin 2010

Mondial : France-Mexique dans Les Tontons Flingueurs

Buzz : France-Mexique à la Coupe du Monde et c'est un remake de la bataille de Camerone qui se joue en Afrique du Sud. Bon, pas aussi sanglant, on espère.

Evidemment, avec tout le respect que je dois aux fiers descendants des Aztèques et des Mayas, je ne peux souhaiter à leur équipe de foot que le même sort qu'a connu Fernand Naudin, dit Le Mexicain, dans Les Tontons Flingueurs (1963). D'autant qu'à défaut d'être tous originaires de Montauban, nos Bleus sont souvent assimilés à des gugusses. Comme l'ami Lino Ventura. Tout se tient. Extrait ci-dessous ! Enjoy !

Anderton

16 juin 2010

L'Agence Tous Risques : comme un bon film X !


En salles : Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître... L'Agence Tous Risques a été à la série TV ce que le Nutella est au pain : une association de très belle facture !

Qui a oublié Hannibal Smith, son cigare et son plan sans accroc, Futé et ses conquêtes, Looping est ses conneries et Mister T et sa célèbre crête ? Pas moi en tous cas. Et c’est avec un plaisir teinté de nostalgie que j’ai poussé la porte du cinéma.


Aux mannettes de ce revival, Joe Carnahan, capable du très bon (Narc) et du très bon (Mise à Prix), nous envoie du lourd en enchaînant les scènes d’actions au même tempo que les scènes de hard d’un bon X de chez Dorcel. Ici, pas de répit pour les tous mous, pas de place pour les intellos, on flingue dans tous les sens, on emballe les pouliches, on sort des blagues dans les situations les plus désespérées et chaque personnage a son moment de bravoure.


Looping en vrille et Futé baraqué !

Alerte et vif, testostéroné à l’extrême et dénué de toute réflexion philosophique, le film ressemble a une bonne cuite entre amis : on rigole et on s’amuse beaucoup sans réfléchir avec un léger mal de crâne à la fin. Pas d’erreurs de casting, les 4 cavaliers du cataclysme (Liam Neeson, Bradley Cooper, Quinton Jackson, Sharlto Copley) pulvérisent tout sur leurs nombreux passages, n’en déplaise aux puristes qui veulent toujours revoir ce que leur mémoire poussiéreuse leur demande. Ici, c’est plus de plus en plus et la surenchère est le maître mot : le budget du film est à lui seul 10 fois supérieur à celui de l’intégralité de la série.


Mon conseil : allez-y à jeûn et laissez votre cerveau à l’entrée. Aucune utilité, ici. En revanche, n’oubliez pas vos zygomatiques et vos grands yeux hébétés !


Marcel Martial (Hardeur, stronger, better)

Somewhere : le trailer du nouveau Sofia Coppola


Buzz: Dévoilé cette semaine sur le net, voici le trailer du nouveau film de Sofia Coppola après Virgin Suicides, Lost in translation et Marie-Antoinette.
Somewhere raconte l'histoire d'une star de cinéma à la réputation sulfureuse qui vit dans un luxueux hôtel de Los Angeles. Jusqu'au jour où il reçoit une visite inattendue: sa fille de 11 ans...
Dans son 4ème film, Sofia Coppola réunit Stephen Dorff (Public Enemies, la série TV XIII) et Elle Fanning (la soeur de Dakota qu'on a déjà pu voir dans Babel ou Benjamin Button) sur une BO toujours rock et envoutante incluant des titres de Phoenix et des Strokes. Sortie en janvier 2011 !



15 juin 2010

Mondial : le Brésil dans L'Homme de Rio

Buzz : Ce soir, le Brésil entre dans l'arène de la Coupe du Monde 2010 et c'est forcément un événement. Tout le monde attend de voir le fameux joga bonito, le foot samba qui fait rêver des millions de fans. Bon, avec Dunga comme entraîneur, c'est pas trop ça. Raison de plus pour se replonger dans L'Homme de Rio (1964).

Réalisé par le génial Philippe de Broca, avec Jean-Paul Belmondo au meilleur de sa forme et Françoise Dorléac délicieuse et pétillante, cette comédie d'aventure inspirée par l'univers de Tintin avait marqué son temps (1964). Petite anecdote : Jackie Kennedy avait choisi d'aller voir ce film au cinéma pendant que JFK regardait un autre film dans une salle voisine. Emballée, la First Lady était alors chercher son mari pour qu'il en profite avec elle. D'où un mega buzz qui servit à faire la carrière du film outre-Atlantique.

Steven Spielberg est fan de L'Homme de Rio. De Broca a raconté qu'il a ainsi reçu une lettre du cinéaste américain à la sortie des Aventuriers de l'Arche Perdue (1981), dans laquelle il lui déclarait à quel point ce film l'avait influencé. Un bel hommage ! 

Rythme trépidant, rebondissements en tous genres, dialogues drôles et intelligents, images superbes, réalisation inventive... les qualificatifs me manquent pour vous inciter à (re)voir ce petit chef-d'oeuvre empreint de l'influence de la Nouvelle Vague. Oui, oui. Pour rappel, de Broca était l'assistant réal de Truffaut sur Les 400 Coups - traduction : le "metteur en scène" des idées du critique devenu cinéaste.

J'évoquais le foot samba, découvrez une scène du film où la samba tape sur les nerfs de notre Bébel national. Enjoy !

Anderton

14 juin 2010

The Pacific : c'est la guerre !!!


A la Télé : Quand Steven Spielberg et Tom Hanks s’associent pour produire pour la téloche, c’est toujours la guerre. En l’occurrence, la seconde guerre mondiale, après la bande de Brothers et le soldat Ryan.

C’est beau une guerre  la nuit

C’est Canal+ qui nous offrira en septembre ce 10 x 52 mn sur une des périodes les moins vues de la WW2 : la bataille de Guadalcanal et sa jungle remplie de sueur et de Japonais. De Pearl Harbor à la capitulation japonaise, la série montre sur quatre ans la vie (et la mort) de quatre soldats : le sergent Bailone (John Seda), le caporal Sledge (Joseph Mazzelo) et le soldat Leckie (James B. Dale vu dans Les Infiltrés).

Forts d’un budget de 150 millions d’euros, Tom et Steven ont décidé de sortir la grosse artillerie pour coller au plus près de la réalité historique. L’idée étant d’être plus La Ligne Rouge que Portés disparus, on l’a bien compris.

Obama beach !

En mars dernier, le pilote fut présenté lors d’une soirée commémorative à la Maison Blanche à une assemblée de vétérans, qui ont applaudi à tout rompre, les larmes aux yeux. Une victoire de courte durée pour un des duos les plus récompensés de Hollywood, car la diffusion du pilote sur HBO n’a convaincu que 3,1 millions de Ricains (vs 12 pour Band of brothers) et les audiences ne montent que très rarement.

Marcel Martial (Sergent Martial)

12 juin 2010

Mondial : Angleterre-USA dans Un Poisson nommé Wanda

Buzz : La Coupe du Monde 2010 bat son plein et l'Angleterre affronte les Etats-Unis dans un match qui pourrait ne pas être si déséquilibré que ça, au vu des performances des Ricains lors de la Coupe des Confédérations en 2009. 

Un autre affrontement anglo-américain est resté célèbre au cinéma et celui-ci opposait un déséquilibré américain, justement, à un avocat britannique dans Un Poisson Nommé Wanda (1988) de Charles Crichton. Otto West (Kevin Kline) versus Archie Leach (John Cleese). Parmi leurs nombreuses prises de bec, je retiens cette scène où le Yankee balance ses quatre vérités au sujet de Sa Gracieuse Majesté. Enjoy !

Anderton

Les Meilleurs Amis du Monde : j’en suis !


En salles : Entre deux matchs de foot et un rayon de soleil, courez voir Les Meilleurs Amis du Monde, une comédie légère et enlevée qui vous permettra de voir Marc Lavoine dans un rôle de vendeur-de-chiottes-nouveau-riche-moustachu-à-polos-improbables et un Pierre-François Martin-Laval vieux-copain-gentil-con-toujours-sincère qui s’aiment et qui s’affrontent pour notre plus grand plaisir.

Mais revenons au début  ou comment une fausse manœuvre avec un téléphone portable vous fait découvrir ce que vos meilleurs amis pensent vraiment de vous : "On sait que JC, c’est un loser, elle n’a pas été roulée sur la marchandise… M’enfin, Mathilde au plumard, ça n’a jamais été le carnaval, déjà y’a 20 ans, on l’appelait la planche à pain !", etc… Et tout ça, juste avant votre arrivée pour un week-end dans leur maison de campagne

Cassé Lavoine !

Une comédie française qui fait rire est suffisamment rare pour que l’on s’y arrête. Sur un pitch presque trop simpliste, le film va nous envoyer en pleine face nos défauts de "meilleurs amis du monde". On a tous un jour ou l’autre daubé sur nos meilleurs amis. Si, si, disait l’impératrice. Le film de Julien Rombaldi nous propose de nous montrer si la vengeance peut être plus forte que la nature de nos relations amicales.

Avec quatre acteurs au top - Lavoine, Pef, Pascale Arbillot et Léa Drucker -, le film rappelle à Fabien Onteniente qu’il n’y a pas besoin d’être toujours dans la caricature pour faire rire. Avec des pics de drôlitude (le match de foot, le dîner avec les riches etc.), Les Meilleurs Amis du Monde, toujours léger, nous permet de passer un vrai bon moment, idéal pour voir avec ses amis, même ses ex-amis ! Pour un premier film, ça passe bien malgré ses petits défauts de rythme, gommés par de vrais moments de comédie et par des dialogues jouant du côté de la grande époque du Splendid. Je sens même que le film se rangera sur l’étagère des films que l’on adore se repasser.

Marcel Martial (Ma couille)

11 juin 2010

Mondial : Tom Cruise et Cameron Diaz jouent au foot

Buzz : Après Sex and The City 2 et Toy Story 3, Night and Day fait référence au Mondial. Une vidéo virale montre Tom Cruise et Cameron Diaz "surpris" à jouer au foot sur le tournage du film. "Surpris" car dès le début, on sent le fake... et on est pas déçu ! Enjoy !



Anderton


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Ginette Garcin dans les bras de Jésus

Artistes : Ginette Garcin nous a quittés. Emportée par un cancer. Et c'est une gouaille du cinéma français (et du théâtre) qui disparaît. De Ginette, je retiendrai quelques rôles phares, notamment dans Dupont Lajoie ou Tranches de Vie, dans lequel Galabru lui promettait un orgasme. Elle a aussi accompagné la carrière cinématographique de Jean Yanne. Dans Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, elle chantait Dans les bras de Jésus, un tango inspiré. Enjoy !

Anderton

Funny People : c'est bon de rire... et de pleurer


En DVD : George Simmons, un humoriste chevronné, apprend qu'il a une maladie mortelle et qu'il est en phase terminale. Son désir de découvrir l'amitié l'amènera à prendre un humoriste recru sous son aile. Avec son titre de comédie et son pitch de drame, on ne sait pas trop sur quel pied danser au moment de donner le DVD de Funny People à manger à son lecteur.

Le fait est que Judd Apatow avant ça, c’est 40 ans toujours puceau et En Cloque mode d’emploi, comme le rappelle la jaquette. Donc… sauf que là non ! Je m’explique ! D’abord, aux USA, la tagline disait : "George Simmons se préparait à mourir et puis une chose drôle est arrivée... !" Voilà donc un film sans doute introspectif, qui nous envoie entre rires et larmes pour mieux nous poser les bonnes questions. Un film sur l’égoïsme, les gens, les relations humaines, les choix.

Adam Sandler d’y aller !

Forcément déroutant car on ne l’attend pas de la part de Judd appatow, mais c’est sans doute ce qui fait aussi sa grande force. Malgré quelques longueurs, on est séduit notamment par le cast vraiment bon qui nous prouve que Seth Rogen est bien un comédien et pas un simple copain de producteur avisé. Pour Adam Sandler, on savait déjà. Au final comme l’avait dit Libé au moment de la sortie en salles : "C'est tantôt une comédie qui ne fait pas tant rire et tantôt une non-comédie qui amuse".

Le double DVD édité par Universal pour la modique somme de 13 € est blindé de bonus. Avec notamment : un journal de tournage en quatre parties (1 h 20), des séquences d’archives (numéros de stand up du très jeune Adam Sandler ou son premier passage chez David Letterman en 1991), des séquences musicales (dont l’intégralité des deux chansons interprétées en live par James Taylor), les films de George Simmons et bien d’autres surprises.

Marcel Martial (rires !)

Test effectué via Cinetrafic
Funny People de Judd Apatow avec Adam Sandler et Seth Rogen
Distribution : Universal Pictures / Fiche produit Boutique Universal

Translate this blog