A LA UNE

samedi 26 janvier 2013

Star Wars : J.J. Abrams, sa force et son côté obscur

Buzz : La nouvelle est tombée, provoquant une déflagration digne de l'explosion qui transforma l'Etoile noire en plein de petites particules lumineuses toutes mignonnes, avec des morceaux de clones dedans. J.J Abrams réalisera Star Wars VII. Et là, les fans sont partagés : c'est la fête au village Ewok chez les uns ; la chute dans la broyeuse à ordure impériale chez les autres. Petit récap tout personnel des atouts et des défauts du cinéaste.


1) La Force est avec J.J. 
Abrams ne s'en cache pas : il est un fan absolu de la saga créée par George Lucas. Une culture indispensable pour réussir un septième opus très attendu. Il devrait donc savoir respecter l'esprit tout en balançant des références que guettera le public des fidèles.

2) Dans l'espace, tout le monde l'entend créer
Avec Star Trek, J.J. a prouvé qu'il pouvait relancer et même dépoussiérer une franchise, qui plus est, de science-fiction. Combats dans l'espace, civilisations extra-terrestres, planètes exotiques... le bonhomme est à l'aise dans cet univers.



3) Thrill, FX and fun
Question frissons, Abrams assure. Il sait captiver une audience, la faire passer par tous les stades émotionnels possibles. La faire sursauter, rire, parfois pleurer, l'émerveiller... Et Qu'est-ce que Star Wars, sinon une grande aventure où le destin des personnage est tout aussi important que les effets spéciaux ?


4) Un cinéaste trop marqué
Mais attention, Abrams saura-t-il mettre son style au service de la saga ? Car remember, George Lucas a fait appel à deux cinéastes plus faiseurs qu'auteurs pour prendre sa relève : Irvin Kershner et Richard Marquand. Deux réalisateurs qui ont su mettre en images la vision très précise de Lucas. Reste que Kershner a signé d'ailleurs l'un des meilleurs - si ce n'est le meilleur - épisodes de la franchise. Bref, J.J. parviendra-t-il à ne pas faire trop de J.J. ?

5) Un cinéaste trop respectueux
Paradoxalement, si J.J. a un style bien à lui, avec des ficelles parfois un peu grosses, son admiration peut aussi brider sa créativité. Il devient alors un copieur, certes brillant, mais copieur, comme ce fut parfois le cas dans Super 8, où il donnait l'impression de vouloir faire du Spielberg à tout prix. Ne va-t-il pas se laisser avaler par un univers qu'en tant que fan, il abordera avec un immense respect ?

6) Un cinéaste qui ne manque pas de flare
C'est évidemment la petite vanne déclinée sur tous les photomontages : J.J. va encore nous balancer des scintillements un peu partout. Mais y a pas de flare dans Star Wars ! En revanche, faut que J.J. travaille les fondus.

Bon, à chacun de se faire son idée sur cette annonce. Personnellement, je suis confiant : Abrams a fait un super boulot avec Star Trek et, malgré ses défauts, il reste un entertainer génial, qui sait comment faire vibrer le public. Que la force soit avec lui.

Anderton
Enregistrer un commentaire