mardi 14 janvier 2014

Black Sails : les Soprano sur l'île au trésor !


A la TV : Imaginez une série sans dragon, sans tueur en série, sans sirène de police, sans complot à la maison blanche, sans agents secrets, sans vaisseau spatial, sans femmes drôles ou dépressives… merde, il reste quoi ? Et bah une série sur les pirates !! Mais attention pas les gentils pirates des caraïbes, pas ceux du métro non plus, non, les vrais pirates avec des cicatrices, des barbes, des couteaux pour égorger et des bateaux pour attaquer tout ce qui passe pas loin.

Vous en avez rêvez ? Ou pas ?! Michael Bay l’a fait. Et comme il est meilleur producteur que présentateur Samsung , il a créé Black Sails dont les deux premiers épisodes arrivent fin janvier sur OCS Max.


Grosse barbe noire sous la ceinture

Tout est là, comme notre imaginaire nous l’a appris : des tavernes crades, des bougies fondues, des lépreux, des borgnes, des édentés, des prostituées par centaines, des galions, de l’eau turquoise, des complots, des alliances, des perles, des trésors et une carte ! Black Sails est une série Starz aux USA (Spartacus) donc on n’est pas là pour rigoler mais bien pour pincer du sein, égorger du barbu (en manger aussi…) et, bien sûr, trouver un trésor pour garder ses hommes éveillés à l’aube de l’arrivée de la civilisation, en 1715.

La réussite de Black Sails ne réside pas que dans sa mise en scène et ses moyens Bay-esques, mais surtout dans son histoire et son casting. Ainsi 20 ans avant L’Ile au trésor, les auteurs de Jéricho et Human Target ont décidés de nous présenter le capitaine Flint, John Silver et autre Bony Bones sous un nouvel angle.

Derrière la caméra, Neil Marshall apporte son gout pour la violence (The Descent, Centurion) et le craspec. Côté casting du bon, sans être du lourd avec Toby Stephens (Meurs un autre jour, Strike Back) qui incarne un Flint bien ambigu et assez violent ; Luke Arnold, sosie de Michael Hutchence le chanteur de INXS (dont il a joué la bio et que l’on a aperçu aussi dans Rush) un John Silver tout en abdo, et Zach McGowan, excellent dans Shameless , un Capitaine Vane, sans foi ni loi.

Côté féminin, plaisir des yeux pour Hannah New (à découvrir dans Maléfique) et Jessica Parker Kennedy (vue dans Smalville et Time out) qui nous présentent à loisir leurs plastiques tout à fait abordables même sans être un pirate.

Au final, j’ai vu les deux premiers épisodes qui charment par le dépaysement, intéressent par une intrigue bien foutue, mais laisse aussi un goût de pas assez. Il faudra donc plus de deux épisodes pour savoir si Black Sails a une jambe de bois ou bien un trésor à découvrir. Mais n’est-ce pas ce que l’on demande à une bonne série ?

Sur OCS Max le 26 janvier : 8 x 55 mn. Saison 2 confirmée.

Marcel Martial (A boiiiire)

 
Enregistrer un commentaire