lundi 15 février 2016

Jeanne d'Arc selon Ingrid Bergman : l'indépendance au féminin


En DVD et Blu-ray : Récupérée par les fachos et les bigots, Jeanne d'Arc est aujourd'hui un symbole polémique de l'Histoire de France. Cela n'a pas toujours été le cas : la Pucelle a longtemps fait l'objet d'un culte auprès des Républicains de gauche. Au-delà des luttes franco-françaises, son destin a inspiré une vingtaine de films depuis la création du cinéma. Parmi lesquels, Jeanne d'Arc (Joan of Arc, 1948), de Victor Fleming, avec Ingrid Bergman, qui sort en vidéo dans une splendide version restaurée. Et cette édition mérite toute votre attention de cinéphile.


Tourné en Technicolor, Jeanne d'Arc retrouve ici ses couleurs éclatantes. Paysages naturels idylliques, magnifiques décors hollywoodiens... le spectateur en prend plein la vue. D'autant plus que la restauration HD a été effectuée sur la version originale de 1948, d'une durée de 2h25, qui avait été "oubliée" au profit d'une version de 90 minutes, avec voix off et cartes. Cette version longue est moins caricaturale et permet de mieux comprendre les motivations de la Jehanne.

Les combats ne sont pas absents, notamment la prise d'Orléans, et Victor Fleming, à qui l'on doit Autant en emporte le Vent et Le Magicien d'Oz, signe une mise en scène qui allie élégance et efficacité. Mais le film vaut surtout par l'interprétation habitée d'Ingrid Bergman. Il faut dire que l'actrice était fascinée par le personnage qu'elle a incarné à Broadway dans la pièce dont est tiré le film. Et on reconnaît avec plaisir à ses côtés José Ferrer (dans son premier rôle au cinéma), Ward Bond ou encore John Ireland.

Bonus à foison

L'Ateliers d'images et The Corporation nous offrent une édition foisonnante en termes de bonus. Dans une interview passionnante, Marine Baron, biographe d'Ingrid Bergman, remet la carrière de l'actrice en perspective avec sa vie privée. Et on comprend mieux la fascination d'Ingrid pour Jeanne. Comme la Pucelle, Ingrid est éprise de liberté et veut s'affranchir de la tutelle des hommes - producteurs, réalisateurs, amants... Jeanne d'Arc est son premier film indépendant, hors l'emprise des grands studios. Le tournage est houleux, à l'image de sa relation amoureuse avec Victor Fleming. Le cinéaste ne s'en remettra pas et décédera un an plus tard. Entre temps, Ingrid tombe follement amoureuse de Roberto Rossellini, qui est marié et qu'elle rejoint en Italie. Une double trahison pour les Américains. Bergman la sainte devient une paria et l'entrée aux Etats-Unis lui sera refusée pour plusieurs années. La voici condamnée, elle aussi, au "bûcher"...

Autre bon bonus, l'analyse très éclairante des montages des deux versions par Jérôme Wybon. Des extraits d'interviews d'Ingrid Bergman et de sa fille, Isabella Rossellini complètent le tout. Plus d'hésitation, procurez-vous ce superbe Blu-ray.

Anderton

  


Enregistrer un commentaire