Cannes 2022

jeudi 9 novembre 2017

Marcello Mastroianni : quel roman que sa vie !

A lire : Avec Les Nuits blanches de Marcello, publié chez Grasset, la journaliste Elizabeth Gouslan raconte la vie du grand Mastroianni, entre fausse indolence, joie de vivre et peines de coeur.


De sa jeunesse pauvre dans l'Italie fasciste, avec un passage sous les drapeaux pendant la deuxième guerre mondiale, jusqu'à la gloire éternelle sur grand écran, la vie de Marcello Mastroianni n'a pas manqué de rebondissements. C'est peut-être ce qui a décidé Elizabeth Gouslan à écarter la biographie classique, bourrée de références mais indigeste, pour signer un texte enlevé et plein de style. Pas d'analyse savante de films, ni de jeu décortiqué à la lumière de théories et méthodes mais une sorte de roman reposant sur des faits réels, ponctué de citations et truffés d'anecdotes. 
 
Ce que le lecteur perd en précision sur la filmographie de Marcello Mastroianni, il le gagne en plaisir de lecture. L'auteur s'est concentré sur des films phares, des périodes charnières et des relations marquantes : l'apprentissage à la dure sur les planches avec Visconti, ses binômes autant professionnels qu'amicaux avec Federico Fellini et Sophia Loren, son amour immodéré pour la mamma et ses filles, son mariage "libre" mais solide, ses aventures passionnées avec Faye Dunaway et Catherine Deneuve... D'autant qu'Elizabeth Gouslan s'est appuyée sur des témoignages recueillis dans divers ouvrages et émissions de télévision, mais aussi sur des entretiens qu'elle a menés avec des proches de l'acteur, en France (Roman Polanski, Anouk Aimée...) comme en Italie. Son talent de conteuse fait le reste.
 
L'homme masqué
 
Elle brosse le portrait d'un acteur qui n'était pas destiné à l'être (Marcello avait étudié l'architecture), d'un faux indolent qui était un vrai bosseur, d'un latin lover malgré lui, d'un coeur d'artichaut qui était un grand romantique. Comme tout bon comédien, Marcello a porté le masque que lui a confectionné son réalisateur fétiche, Federico Fellini, et il a veillé à ne pas sortir de son personnage en public.
 
Si, comme moi, vous ne connaissiez de Marcello Mastroianni qu'une partie de sa filmographie et les grandes lignes de sa vie privée, vous prendrez un immense plaisir à découvrir la personnalité attachante et tourmentée de l'acteur que la journaliste dévoile progressivement. Jusqu'au témoignage final, émouvant. Ciao Marce' e grazie Elizabeth.
 
Anderton



 

Aucun commentaire: