CANNES 2024

jeudi 16 avril 2009

Bugsy Malone : gangsters, chansons et chantilly

En salles : "Un film de nigaud qui fonctionne à merveille"… C’est ainsi qu’Alan Parker parle - à juste titre - de Bugsy Malone (1976). Son premier film qui sera suivi d’une longue série, qui alterne le meilleur – Birdy, The Wall, Mississippi Burning – et le pire – Midnight Express, Evita, Les Cendres d’Angela. Et deux raretés, exceptionnelles, exceptionnelles dans leur genre : Shoot the moon – mélo bouleversant – et, donc, Bugsy Malone (découvrez le trailer de 1976), qui ressort en copies neuves grâce à Carlotta.
Nigaud et gonflé, pour un premier film !
Alan Parker s’empare d’un genre ultra-codé – le film de gansters à la James Cagney - et le transforme en grande cour de récréation. Car tous les comédiens sont des enfants, âgés de 8 à 16 ans ! Et sans jamais tomber dans le ridicule – un exploit, si on se souvient du catastrophique Big City de Djamel Bensalah…
Le tour de force d’Alan Parker ? Reconstituer un univers tout à fait crédible – New-York sous la prohibition - régi par des bambins. Ici, pas d’alcool, pas de tabac, pas de balles : juste des cocktails à base de jus de fruits, des cigarettes en chocolat et des tirs de crème chantilly ! Et on y croit.
Déjà entouré de son équipe technique fétiche – David Puttnam à la production, Peter Biziou à la lumière – le futur réalisateur des Commitments ajoute à son hommage au film noir une dimension musicale digne des musicals de Broadway. Signée Paul Williams – Phantom of the Paradise, c’est lui – la B.O. recrée avec talent l’atmosphère poisseuse et jazzy du Cotton Club.
Wonder Kids
Enfin, les enfants. Ils font preuve d’un talent incroyable. Travestis en parrains irlandais ou italiens, ils nous font oublier Al Pacino ou James Cagney. Mieux : ils nous ramènent directement à notre enfance, gamineries, déceptions et fruautés également présentes.
Dans son premier grand rôle, une actrice à la maturité étonnante, la seule qui ait fait carrière,
Jodie Foster. Scott Baio, quant à lui, n'aura vraiment brillé que le temps de la série Happy Days.
Bref, redécouvrir Bugsy Malone, c’est à la fois effectuer une nouvelle plongée en enfance, et comprendre pourquoi on plaçait autant d’espoir – pas mal flétri depuis – dans le premier film du cinéaste britannique. Deux raisons largement suffisantes pour voir ou revoir Bugsy Malone !
Travis Bickle

4 commentaires:

Unknown a dit…

Bonjour,

Je n'ai pas trouvé d'autre moyen pour vous joindre que de passer par ce commentaire.

Je fais partie de l'équipe de ulike.net, et je voudrais vous proposer d'intégrer votre blog dans la sélection que nous avons élaboré pour le lancement de notre nouveau service de news personnalisées, ulike News.

Le principe est simple: à partir des goûts culturels de chaque utilisateur, le moteur de recommandation de ulike News élabore une sélection d'articles de blogs susceptibles de l'intéresser.

Parce que nous privilégions la qualité, nous nous appuyons sur une sélection de blogs choisis pour la réelle valeur ajoutée de leur contenu dans l'un des nombreux domaines dans lesquels échangent les utilisateurs de Ulike. Parce que nous avons particulièrement aimé votre blog, et parce que vous parlez bien de cinéma, nous aimerions que votre blog fasse partie de cette sélection.


Si vous décidez de participer à la sélection ulike, votre blog sera également référencé sur notre site, et bénéficiera d'une pleine page dédiée. Un exemple est disponible à cette adresse : http://fr.ulike.net/intothescreen.blogspot.com

Le but est que cela vous profite aussi, c'est pourquoi nous ne publions que les premières lignes de votre post pour inciter nos users à découvrir votre blog. Le fait que ulike News propose une sélection personnalisée pour chaque utilisateur vous garantit un trafic de qualité, puisqu'il sera composé de visiteurs ayant un réel intérêt préalable pour les sujets sur lesquels vous écrivez et permettra aux 80 000 membres de notre communauté de curieux de culture de découvrir votre blog.

Bien entendu, toute la jeune et dynamique équipe de Ulike se tient à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

Cordialement,

Sonia pour ulike news
contact : zerchick (at) culturels (point) eu

Jérôme a dit…

"Midnight Express" dans la catégorie des films ratés ?
qu'est ce que c'est donc que cette histoire ?!?

cineblogywood a dit…

Ah, l'ami Travis ne mâche pas ses mots et n'aime pas les prisons turcs (et les films de gladiateurs ?). Peut-être laissera-t-il un commentaire pour s'expliquer davantage, Jérôme.

Travis a dit…

Midnight Express ? Le film culte le plus surfait de l'histoire du cinoche ! Démago, putassier, limite raciste, manichéen, dégoulinant...Bon, Jérôme, OK, je me sens un peu seul à défendre cette idée. Mais il me semble avoir lu qu'Oliver Stone himself - auteur du scénar - déclarait être de cet avis...C'est dire !