CANNES 2024

lundi 11 septembre 2023

L'Astronaute met l'espoir en orbite

L'Astronaute DVD CINEBLOGYWOOD

Il y a des films qu'on regrette de ne pas avoir vu en salle. L'Astronaute de et avec Nicolas Giraud en fait partie. Sa sortie en vidéo ne compensera pas ce manque mais permet de découvrir - car je ne suis malheureusement pas le seul à avoir fait faux bond - un film magnifique, qui tient en haleine avant de nous propulser au sommet de l'émotion.


Jim Desforges est ingénieur en aéronautique au sein d'ArianeGroup. En parallèle, dans le plus grand secret, il construit une fusée avec un ami. Son but : devenir le premier astronaute amateur et réaliser une sortie dans l'espace. Alors qu'il  est en proie à des difficultés, il sollicite l'aide d'un ancien astronaute, Alexandre Ribbot, et d'un professeur d'université, qui l'éconduit brutalement. Mais une de ses étudiantes, qui a surpris leur conversation, vient proposer son aide. Jim a du mal à transformer le rêve d'une vie en projet collectif.

Nicolas Giraud parvient à rendre crédible une histoire folle, digne d'un épisode de l'émission Strip-tease. Pas besoin de se perdre dans des explications complexes pour faire accepter au spectateur l'idée que le projet de Jim est réalisable. Les doutes laissent place rapidement à l'espoir de voir la fusée décoller, en même temps que grandit la crainte pour la survie de l'apprenti astronaute.

On adhère au récit grâce à la galerie de personnages, tous bien brossés et interprétés avec brio par les comédiens. Nicolas Grivaud campe une sorte de Pierrot lunaire ultra-déterminé et en même temps parfois dépassé par l'entreprise dans laquelle il s'est engagé. Ses regards parfois perdus nous touchent. Dans le rôle d'un ex-astronaute, le choix de Mathieu Kassovitz peut surprendre tant le comédien semble à l'opposé - physiquement et dans la mentalité - d'un Thomas Pesquet. Et pourtant, il impose une présence à la fois forte et un peu menaçante et nimbe son personnage, comme Grivaud le fait avec Jim, d'une souffrance mystérieuse. D'ermite, il devient un mentor intransigeant, bluffé par la détermination de son apprenti. Hélène Vincent en grand-mère douce et fière, Bruno Lochet en partenaire doux dingue et Hippolyte Girardot en patron presque inflexible illustrent chacun la fascination que suscite encore et toujours le voyage dans les étoiles. Pour son premier rôle, Ayumi Roux est formidable en étudiante également prise de passion pour le projet de Jim. Grivaud le cinéaste sait capter les regards qui en disent plus longs que les paroles. A noter aussi la présence de Féodor Atkine et Jérémie Rénier, dont le talent démontre qu'il n'y a pas de petits rôles.

Du rêve à la réalité

Bien aidé par son directeur photo Renaud Chassaing, Nicolas Grivaud choisit un traitement réaliste mais empreint de poésie, jusqu'au climax final où la beauté des images épouse l'éclat des émotions que nous fait vivre le cinéaste. Je ne m'y attendais pas, j'ai été cueilli par ce grand film plein d'espoir qui m'a donné de découvrir davantage l'univers de Grivaud.

Diaphana propose une édition DVD très complète, avec notamment une interview de Grivaud et du compositeur Superpoze, qui signe un score qui accompagne merveilleusement le récit. On découvre toute la détermination du cinéaste à monter son film et à s'accompagner des meilleurs comédiens, expliquant comment il a dompté Mathieu Kassovitz - on pense fort à lui et on espère le voir sorti d'affaire rapidement pour le retrouver au cinéma. L'Astronaute raconte comment un rêve devient réalité et pour qu'il devienne réalité, comment une vision doit être partagée pour aboutir. Astronaute, cinéaste, mêmes combats.

Anderton


Aucun commentaire: