CANNES 2024

dimanche 29 octobre 2023

BRZRKR : Keanu Reeves se met à la BD et frappe fort

BRZRKR BD comics Keanu Reeves CINEBLOGYWOOD

Comme Nicolas Cage, Ethan Hawke et quelques autres avant lui, Keanu Reeves a développé un projet de bande dessinée. Son titre : BRZRKR (prononcer  : berzerker, comprendre : celui qui est hors de contrôle). Les deux premiers tomes sont disponibles chez Delcourt. Au sommaire : de l'action brute, et même très brutale. Des adaptations en live action sur grand écran et en animation sur Netflix sont annoncées.


B. est le soldat ultime. L'arme secrète que le gouvernement américain utilise dans le cadre de missions impossibles. Sur le terrain, il laisse cours à sa rage, réduisant ses adversaires à des masses de viscères et d'os brisés. Il semble aussi insensible à la douleur qu'il inflige qu'à celle qu'il reçoit. C'est que B. est un être très spécial : vieux de plusieurs millénaires, il est l'enfant d'une humaine et d'une divinité. Il est doté d'une force extraordinaire et guérit des blessures les plus graves. Ce qui est en a fait un guerrier invincible, ayant pris part à toutes les batailles que la Terre ait connues. Aujourd'hui, B. est las de cette immortalité dont l'agence secrète qui l'emploie est bien décidée à percer le secret.

Du brutal

L'histoire imaginée par Keanu Reeves et le coscénariste Matt Kindt (auteur de l'excellent Ether) évoque bien entendu Wolverine et Highlander. B. est un héros fatigué, en quête de ses origines, qui vit son don d'immortalité comme une malédiction. Sous les traits du comédien, B. dégage le mystère et la souffrance que Reeves a si bien incarnés à l'écran. Et la capacité à botter des culs aussi ! BRZRKR est une série où l'action domine. De l'action encore plus brutale que celle mise en scène dans la saga John Wick. Quand B. donne un coup de poing, il explose les visages ou transperce les estomacs. Estomac que le lecteur a intérêt à avoir bien accroché car le dessinateur Ron Garney ne lui épargne rien : ça gicle de partout, les mâchoires volent en éclat, les boyaux se déversent, les yeux s'éjectent de leurs orbite sous la violence des coups. 

De combats, il en est donc beaucoup question. Y compris à travers les siècles. Mais Reeves et Kindt nous accrochent en déroulant un récit qui révèle progressivement le mystère sur B. et, finalement, sa profonde humanité, malgré une bestialité incontrôlable. Le trait réaliste de Garney, à la fois vif et puissant, apporte l'énergie à cette histoire prenante. Le tome 2, paru il y a un mois (découvrez les premières pages et celles du T01), s'achève sur un cliffhanger de taille. Inutile de dire que le troisième opus est attendu avec impatience. Quant aux adaptations sur petit et grand écran, je me demande si elles reproduiront une violence aussi graphique que les comics...

Anderton


Aucun commentaire: