A LA UNE

lundi 1 juillet 2013

Tai Chi : le kung fu en mode steampunk


En DVD et Blu-ray : Le Tai Chi, vous connaissez ? Cette gymnastique que les seniors chinois vétus de blanc exercent au ralenti au lever du jour... Et bien, oubliez cette image. Tai Chi met en scène une discipline martiale tout en évitement et maîtrise des gestes qui s'avère d'autant plus spectaculaire qu'elle est au coeur d'un film complètement barré, comme seuls les Chinois savent les faire.



Le visuel de la jaquette évoque Le Dernier Avatar mais les influences les plus manifestes du film sont à chercher du côté du Sherlock Holmes de Guy Ritchie et Scott Pilgrim. Car Tai Chi est un film de kung-fu en mode steampunk. Et c'est complètement raccord avec l'histoire : au XIXe siècle, en Chine, un petit village (pas gaulois mais presque) est menacé de destruction par une machine infernale qui installe une voie ferrée. Mais les habitants ont un secret : ils maîtrisent un art martial jalousement gardé, le Tai Chi. C'est à ce moment-là que débarque un guerrier aux pouvoirs exceptionnels et bien décidé à apprendre cet art martial.

De Mortal Kombat à Fruit Ninja

Le message est clair : le progrès, c'est l'Occident (la machine est inventée et manipulée par des Britanniques) et c'est le mal. Passons sur cette idéologie simpliste et d'autant plus paradoxale que le film fait appel aux dernières technologies en matière d'effets spéciaux (comme quoi, le progrès...). Rouages, vapeur, engin digne d'un Transformers... la révolution industrielle est abordée avec un surplus de fantastique. Cet aspect steampunk colle parfaitement à l'histoire qui s'éloigne de la réalité pour lorgner du côté du conte... et du jeu vidéo. Le réalisateur Stephen Fung s'est inspiré des trouvailles visuelles de Scott Pilgrim : mots (enfin, idéogrammes) intégrés à l'image, séquences en dessin animé, combats traités à la manière de Mortal Kombat... Cela dépote !

Le résultat est bluffant. Certes, il y a quelques moments un poil trop grandiloquents pour nos esprits occidentaux mais globalement, le spectateur en prend plein la vue. La chorégraphie des combats vaut à elle seule le détour : elle est signée du grand Sammo Hung, qui n'a pas hésité, à la demande du réal, à adapter Fruit Ninja lors d'un mémorable combat. Vous l'avez compris, l'humour est également au rendez-vous. Le casting mêle star hongkongaise (Tony Leung Ka Fai, vu dans Détective Dee, Les Cendres du Temps ou L'Amant), champion de wushu (Yuan Xiao Chao) et pin-up chinoise (Angelababy).

Wild Side propose quelques bonus intéressants, principalement sur les coulisses du tournage... mais aussi un rap Tai Chi ! La deuxième partie du film, Tai Chi Hero, sera disponible en vidéo le 28 août prochain. Hâte !

Anderton


Enregistrer un commentaire