CANNES 2024

lundi 14 mai 2007

La dernière de Premiere

Il y en a peut-être parmi vous (certainement Black Mamba) qui regrettent la lente dégradation du magazine Première. Il m'est arrivé occasionnellement d'acheter tel ou tel numéro mais je dois dire que j'ai toujours préféré la version américaine.
Pas par snobisme mais parce que je la trouvais mieux foutue : plus complète, plus irrévérencieuse, plus drôle, plus pointue dans les analyses, plus hollywoodienne forcément (avec le reproche de l'américano-centrisme). D'une manière générale, la rédac US prenait plus de risques tout en affichant sa cinéphilie.
Je me souviens d'un dossier sur les dix films les plus surcotés du 7e art. Et ça commençait par 2001 : L'Odyssée de l'Espace. Un journaliste descendait le film de Kubrick tandis qu'un de ses collègues faisait valoir son droit de réponse. C'était gonflé, sympa et ça engageait un débat sur des oeuvres considérées - à tort ou à raison - comme incontournables.
Daube "pipole"
Après en avoir eu marre de débourser près de 7 euros chaque mois dans les kiosques français, je me suis abonné un an. Puis j'ai renouvelé mon abonnement en début d'année. Et deux mois plus tard, j'ai appris que Premiere USA mettait la clé sous la porte ! Confirmation il y a quelques jours avec ce message reçu par courrier.
J'étais vert ! Vert d'avoir perdu une de mes revues préférées, vert d'avoir claqué 30 euros dans la nature et vert de vert de découvrir que pour remplacer mon abonnement, on m'enverrait désormais... Us Weekly ! Une daube "pipole", équivalent ricain de Voici. Ou pire. C'est dire...
Premiere USA reste dispo sur internet mais je n'y suis pas retourné depuis l'avis de décès. Une sale histoire révélatrice de l'avenir de la presse. En même temps, même s'il n'y a rien de mieux qu'internet pour obtenir des infos de dernière minute, c'est quand même sympa de feuilleter un magazine qui propose des dossiers et photos qui seraient trop pénibles à regarder sur la toile.
Petite consolation : le tout dernier numéro de Premiere USA (avril 2007) affichait en couverture... Will Ferrell.
Anderton
Pour le plaisir des yeux, voici les couvertures de Premiere USA de 1987 à fin 2006.

Aucun commentaire: