Dossier Super Bowl

vendredi 6 mai 2011

The Tourist : un Blu-ray plein de lagunes

En DVD et Blu-ray : Critiques catastrophiques, démontage en règle par Ricky Gervais à la soirée des Golden Globes... autant dire que la réputation de The Tourist, que je n'avais pas vu en salles, relève plus du marigot saumâtre et nauséabond que de la magnifique lagune vénitienne où l'action du film se déroule. Mais bon, j'ai quand même voulu me faire ma propre opinion avec la sortie en vidéo chez StudioCanal.

Et l'émotion ?

Je serai franc : le film est raté. Ce n'est pas la grosse daube annoncée mais c'est raté. Le début du film donne le ton : Angelina Jolie évolue dans un Paris haussmanien de carte postale, suivi à cinq mètres par une camionnette bourrée de flics. Personnage inaccessible, photo et décors clinquants, situation absurde (filature bidon)... Tout cela manque de finesse et d'émotion. A trop vouloir rendre Angelina Jolie glamour, elle en devient glaciale. Insipide, même. Son personnage manque d'épaisseur et le jeu de Mrs Pitt s'en ressent. Les scènes d'action sont quant à elles trop éparses pour convaincre.

La mise en scène de Florian Henckel von Donnersmarck est également trop figée, comme étouffée par la majesté des lieux qu'il filme, de Paris à Venise. Et il ne parvient pas à nous faire aimer les personnages, un comble pour celui qui nous avait bouleversé avec La Vie des Autres.

Depp pas venu en touriste

On frôle le naufrage. Or, le bateau ne sombre pas complètement grâce à un pirate : Johnny Depp. A la froideur d'Angelina, il répond par un jeu naturel et jovial qui réveille le spectateur assoupi. Il rend son personnage attachant. Il nous fait rire (enfin !), notamment quand il tente de parler italien à base de "Gracias" et de "Bon Jovi" ! Et Depp sauve les face-à-face avec Jolie : la rencontre dans le train est pétillante à souhait. 

Dommage, il y avait du potentiel dans ce projet. Une rencontre intéressante entre deux comédiens aux jeux très différents, une histoire alliant humour et suspense... Dans les bonus, on comprend bien que l'équipe voulait faire un film élégant, hitchcockien, une comédie hollywoodienne à la Hepburn-Grant. Tous les ingrédients sont là mais la sauce ne prend pas. The Tourist échoue là où L'Arnacoeur a réussi. (Re)voyez donc le très bon Anthony Zimmer. Une fois de plus, l'original est meilleur que le remake.

Anderton

Aucun commentaire: