Dossier Super Bowl

samedi 26 novembre 2022

Primordial, un vibrant hommage aux cobayes de l'espace

Primordial BD CINEBLOGYWOOD

A lire : Les exploits spatiaux de Youri Gagarine et Neil Armstrong ont été rendus possibles grâce à l'envoi en orbite de cobayes sacrifiés sur l'autel de la science. Le plus célèbre d'entre eux fut la chienne Laïka. Jeff Lemire et Andrea Sorrentino lui rendent hommage, ainsi qu'à ses malheureux congénères, dans un album de BD somptueux, Primordial.


Jeff Lemire nous plonge au coeur de la guerre froide, à la fin des années 1950, quand URSS et USA font la course pour envoyer un homme en orbite. Mais le prolifique scénariste distord la réalité. Après trop d'échecs, la Nasa décide d'arrêter son programme spatial en 1961. Le professeur Pembrook, fraîchement arrivé du MIT, est appelé à Cap Canaveral pour récupérer les équipements qui pourraient à nouveau servir à des fins militaires. Mais quelque chose cloche et un homme mystérieux confirme au scientifique que les singes envoyés dans l'espace par l'agence spatiale américaine ne sont pas morts.

Primordial rappelle les films d'espionnage de la grande époque. Ambiance paranoïaque, menace omniprésente. Les militaires tirent les ficelles, les agents secrets émergent de l'ombre. L'homme ordinaire se fait manipuler avant d'être broyé par le système. Et puis le récit bascule dans la science-fiction la plus débridée. Comme si Lemire avait réussi à associer Docteur Folamour et 2001 L'Odyssée de l'espace. Avec en prime une réflexion bouleversante sur la condition animale.

Chocs visuels

Andrea Sorrentino nous époustoufle, changeant son approche en fonction des environnements. Sur Terre, il privilégie son style photoréaliste : ses dessins évoquent des clichés sur-contrastés, où le noir domine. Parfait pour illustrer le climat inquiétant dans lequel se débat le professeur Pembrook. Dans l'espace, il recourt à un trait fin, élégant, très détaillé. L'univers est immaculé ou déborde de couleurs (superbe travail de Dave Stewart) tandis que les cases explosent en une myriade de formes géométriques. Chocs visuels renouvelés (découvrez les premières planches).

Encore une édition soignée d'Urban Comics : le grand format (à l'européenne) met en valeur la collaboration du trio d'artistes, déjà à l'oeuvre sur Gideon Falls. Egalement au sommaire : une galerie de couvertures alternatives.

Primordial est un album intelligent, émouvant et visuellement impressionnant. Capital.

Anderton


Aucun commentaire: