mercredi 20 février 2013

Swordsmen : du kung fu de haute précision


En DVD et Blu-ray : Quand Hollywood recycle ses séquences d'action dans des films au scénario creux (ça arrive de temps en temps...), il est bon de se tourner vers l'Est. Le cinéma asiatique offre encore de belles surprises. C'est le cas avec Swordsmen (Wu Xia, 2011), disponible dès aujourd'hui en vidéo.

Au début du XXe siècle, voici un paysan chinois, bon père de famille, qui se retrouve dans un magasin attaqué par deux bandits. Pour défendre les commerçants, il s'oppose aux agresseurs comme il peut et finit maladroitement par les tuer. Mais pour l'enquêteur de police qui se rend sur place, le héros un peu gauche cache son jeu...


Dans le rôle de l'assassin malgré lui (ou pas), Donnie Yen, la star hongkongaise des films d'arts martiaux (Ip Man I et II). Le détective est, quant à lui, interprété par un autre poids lourd du 7e art asiatique : Takeshi Kaneshiro (Le Secret des Poignards Volants, Les Trois Royaumes).

La menace Phantom

Réalisé par Peter Chan, Swordsmen s'inspire clairement du Sherlock Holmes de Guy Ritchie : l'enquête et les combats qui ponctuent le film sont filmés avec une hyper-précision qui laisse éclater tous les détails de l'image. D'où des plans spectaculaires mis en valeur par une mise en scène inventive. La chorégraphie, signée Donnie Yen, est époustouflante : ça virevolte, ça esquive, ça cogne sans les exagérations qui accompagnent parfois ce genre de productions. Et le making of prouve que certains coups sont bel et bien portés du fait des ralentis de très haute définition que permet la caméra Phantom utilisée lors du tournage. 

Et au-delà de ces séquences d'action, l'histoire se tient et prend même une tournure intéressante jusqu'à un final sous tension qui évoque l'affrontement d'un fameux Jedi avec son père. Belle idée aussi que d'incorporer les connaissances en acupuncture de l'enquêteur dans la résolution de l'affaire. Et, pour ne rien gâcher, les décors naturels sont sublimés par la photo du film, éclatante. Le spectacle est total. Edité par TF1 Vidéo, Swordsmen mérite de figurer dans votre étagère, au côté de Tigre et Dragon. 

Anderton


Enregistrer un commentaire