A LA UNE

jeudi 25 septembre 2014

L'Africain : Philippe de Broca révèle ses secrets


En DVD et Blu-ray : Plus de 30 ans après sa sortie en salles (mars 1982), L'Africain ressort en DVD-BR ces jours-ci, pour notre plus grand plaisir. Catherine Deneuve et Philippe Noiret dans une comédie du re-mariage, scènes de ménage en plein Zaïre, sous la houlette de Philippe de Broca, le réalisateur de L'Homme de Rio, L'Africain confirme son statut inégalé de comédie d'aventures dont on semble avoir perdu le secret : dialogues étincelants, scénario au cordeau signé Gérard Brach, couple magique, réalisation soignée, seconds rôles vivants et habités, rythme fondé sur des rebondissements dignes de Hergé, mélancolie sussurée par la musique de Georges Delerue, apologie du rêve et du fantasme...A redécouvrir d'urgence, avant une rétrospective De Broca annoncée pour le printemps prochain à la Cinémathèque. 

Occasion pour nous de replonger dans le seul ouvrage consacré au cinéaste, Philippe de Broca, par Alain Garel, Dominique Maillet, Jacques Valot et Jean-Pierre Zarader, aux éditions Henri Veyrier. Retour sur les propos du cinéaste sur L'Africain. Extraits :


Le scénario : "J'ai écrit un premier script avec Gérard Brach, mais ça ne prenait pas. Alors, je suis parti me promener tout seul un mois au Zaïre chercher l'inspiration. (...) Quand je suis rentré, je me suis mis sur ce nouveau projet. J'ai commencé à écrire seul la première scène, et finalement, je suis allé jusqu'au bout. Sautet (...) m'a aidé sur la fin. C'est marrant, il aime ça presque autant que de tourner ! En tout cas, il le fait avec passion. C'est très agréable. Et il suit le film jusqu'au montage".

Le casting : "J'ai commencé par Depardieu ; après, ce devait être Belmondo. (...) Mais il n'a pas voulu, je ne sais pas pourquoi. (...) Ses arguments ne m'ont pas paru très valables. Noiret est un homme que j'aime : c'est notre 4e film ensemble ! Deneuve, je l'avais prévue dès le départ. Pour une histoire comme celle-là, il me fallait vraiment des héros."

L'Afrique : « Cela demandait une énorme préparation et pour cela, Claude Berri (le producteur du film) n'a pas hésité à dépenser ce qu'il fallait. (...) Finalement, on a vraiment Deneuve et Noiret au milieu de vrais Pygmées, sauvages mais pas farouches. (...) Faisant partie du WWF, je suis sensibilisé au trafic d'ivoire qui est une chose abominable. (...) Mon petit 'message' est là."

Une variation inspirée du Sauvage, de Jean-Paul Rappeneau ? "Je l'ai vécu comme je le vis souvent avec les films de Rappeneau, car on les confond souvent. C'est certainement parce que nous sommes cousins. Nous avons des thèmes qui nous obsèdent l'un et l'autre. Je prends cela comme une variation autour du même thème. (...) Le thème du Sauvage est celui de l'homme qui se retire de la société. C'est un thème qui est dans l'inconscient de tout le monde. (...) il nous est donc commun. Sauf que chez moi, c'est une scène de ménage sur fond de sauvagerie africaine alors que chez lui, c'est une rencontre".

Travis Bickle
Enregistrer un commentaire