A LA UNE

vendredi 12 septembre 2014

Joe : Nicolas Cage sort enfin du bois


 
En DVD et Blu-ray : Il y a des films dont les premiers plans suffisent à vous assurer que vous allez vivre une belle expérience cinématographique. C'est le cas pour Joe, réalisé par David Gordon Green, qui offre à Nicolas Cage un de ses plus beaux rôles.



Joe, c'est un homme des bois. Enfin, un homme qui empoisonne des arbres pour le compte d'une compagnie forestière, au Texas. Bourru, barbu, tatoué, sous ses allures d'asocial menaçant, il ne parvient pas complètement à éteindre sous les clopes et la bière la bienveillance qui sommeille en lui. Notamment lorsqu'il croise Gary, un ado issu d'une famille de vagabonds et prêt à bosser dur pour faire vivre sa famille. Voici Joe qui se lie d'amitié avec ce gamin sous la coupe d'un père brutal et alcoolo. 

Avec ce thriller violent et sombre, dont l'humour (noir) n'est toutefois pas absent, David Gordon Green (Pineapple Express) filme l'Amérique des laissés pour compte, des bouseux, des rebelles. Chacun porte sa croix et le fait payer aux autres. Pas de condescendance ou de mépris dans le regard du cinéaste. Il prend le temps de faire vivre les personnages, de leur donner une consistance en quelques sublimes plans. Et il instaure une tension seulement interrompue par de brefs accès de fureur. Une tension qui va crescendo et dont on sait qu'elle aboutira à un dénouement dramatique.

Cage is back

Nicolas Cage porte le film sur ses épaules. D'un regard, d'une position du corps, il révèle toute la profondeur et toute la complexité de son personnage. Magnifique interprétation ! Après bien des errements et des égarements, Cage renaît de ses cendres (lire Nicolas Cage, le phoenix du cinéma américain). Face à lui, le jeune Tye Sheridan confirme l'étendue de son jeune talent, révélé dans The Tree of Life. A noter aussi l'incroyable prestation de Gary Poulter, dans le rôle du père alcoolique : un rôle de (quasi) composition pour ce homeless repéré dans la rue par le directeur de casting du film. Il n'aura malheureusement pas pu profiter de son nouveau départ puisqu'il est mort peu de temps après le tournage, comme nous l'apprend le making of du film.

Pour cette sortie vidéo, Wild Side propose également sur un second disque un passionnant documentaire intitulé The Rough South of Larry Brown. Le Larry Brown en question est l'auteur de Joe, dont est tiré le film. Réalisé par le prof de cinéma de David Gordon Green lorsque ce dernier était à la fac, le doc nous fait découvrir un vrai Sudiste, qui après avoir enchaîné les petits boulots s'est mis à la littérature alors qu'il avait 40 ans. Et a imposé sa voix unique avant de décéder treize ans plus tard.

Une raison de plus pour vous précipiter sur cette pépite numérique.

Anderton 
Enregistrer un commentaire