mardi 16 septembre 2014

Truffaut par Truffaut 2/5 : de Fahrenheit 451 à La Sirène du Mississippi - VIDEOS


Artistes : Deuxième volet de notre hommage à François Truffaut, disparu il y a 30 ans et qui sera à ce titre célébré par la Cinémathèque. Replongeons dans la filmographie du cinéaste à travers ses propres propos, vidéos à l'appui.


Fahrenheit 451 (1966)
1966 : "Depuis Les 400 coups, je voulais faire un film sur les livres. Un film où les livres seraient les héros de mon propos. (…) Vis-à-vis du public, le film est une sorte de pari. Car tout en étant très simple, le postulat est très excentrique et il fallait le rendre plausible sans lui faire perdre sa fantaisie. Il s'agit d'un problème de dosage entre le quotidien et l'extraordinaire."
1967 : "Si j'ai souffert de l'Angleterre, c'est évidemment à cause du problème de la langue. J'ai regretté de ne pouvoir modifier, ajuster le dialogue pendant le tournage. (…) Même si on n'aime pas La Peau douce, je sais qu'il chante juste, et je n'en dirais pas autant de Fahrenheit 451 où ma frustration résidait là."
La Mariée était en noir (1967)
1967 : "En fait, une chose me passionnait : faire un film d'amour sans aucune scène d'amour. (…) L'action sur l'écran est dramatique comme celle d'un film criminel, et pourtant le dialogue ne concerne jamais cette action. Le dialogue ne traite que des rapports entre hommes et femmes."
1977 : "C'est un film qui aurait été bien meilleur en noir et blanc car la couleur lui enlève tout mystère. (…) Et puis c'est une mauvaise idée de choisir un sujet comme ça pour Jeanne Moreau qui est à son meilleur (…) quand elle vit. Le rôle de la femme dans ce film était celui d'une statue, plutôt un rôle pour Ursula Andress ou une femme à la Cocteau."

Baisers volés (1968)
1968 : "Je ne traite pas du tout de l'époque moderne. (…) Moi, je suis nostalgique, totalement tourné vers le passé. Je travaille sur mon passé ou celui des autres. (…) Baisers volés, c'est un peu comme si on faisait un film qui se passe en 1945, mais sans le dire."
1970 : "Je crois que Baisers volés ne tient que par le métier. La scénario est tellement mince ! S'il avait été mon premier film, je crois qu'il n'aurait pas tenu debout. Il y a dans la mise en scène beaucoup de ruse : au moment du tournage, on a constamment rattrapé certaines choses."

La Sirène du Mississippi (1969)
1969 : "Jean-Paul Belmondo est, avec Jean-Pierre Léaud, mon acteur préféré. (…) Belmondo fait alterner dans sa carrière trois personnages : celui qui descend de Sganarelle, celui qui s'inspire du héros des films de gangsters américains, celui qui serait le fils du Gabin de La Bête humaine. C'est cette troisième possibilité que je lui ai demandé d'explorer (…). Pour Catherine Deneuve, il était impossible de ne pas penser à elle. En effet, son rôle de La Sirène cumule divers aspects d'elle que nous avons pu voir récemment. (…) Dans La Sirène, il n'y a pas de deuxième homme ou de deuxième femme : j'ai pu entièrement me consacrer sur l'intimité d'un couple."
1977 : "Belmondo était déjà classé comme un fier à bras viril, et j'en faisais un frère d'Antoine Doinel. Quant à Catherine Deneuve, elle venait d'obtenir une série de succès suaves, et brusquement, j'en faisais une méchante. Les rôles de garce sont merveilleux pour lancer une inconnue, mais si c'est une actrice connue et aimée, on lui tient rancune. Enfin, j'avais certainement fait des erreurs."
Découvrez Truffaut par Truffaut 1/5 : des 400 Coups à La Peau douce
 Découvrez Truffaut par Truffaut 3/5 : de L'Enfant sauvage à Une belle fille comme moi
Tous les propos du cinéaste sont tirés de l'ouvrage Le Cinéma selon François Truffaut, textes réunis par Anne Gillain, aux éditions Flammarion.


Travis Bickle
Enregistrer un commentaire