A LA UNE

dimanche 20 septembre 2015

The Patrol : enfer et contre tous


En DVD et Blu-ray : Evoquer l'intervention occidentale en Afghanistan avec une approche réaliste, c'est l'ambition que s'est fixée Tom Petch, le réalisateur de The Patrol, sorti en vidéo.



Egalement auteur du scénario, Petch a mis toute son expérience de soldat britannique dans ce projet. De la Bosnie au Moyen-Orient, il a pris part à des interventions armées - comme on dit - et connu le quotidien du soldat de base. A savoir, la peur, le danger, l'incompréhension face à des décisions prises par un état-major peu au fait de la réalité du terrain mais aussi la camaraderie, la solidarité... Et c'est donc tout naturellement que ces thèmes se retrouvent dans The Patrol. On y suit une patrouille de l'armée de Sa Gracieuse Majesté au coeur des reliefs arides de l'Afghanistan. Les hommes sont censés sécuriser la zone. Peu de contacts avec les habitants, qu'ils croisent à peine, beaucoup de marche, de surveillance et, régulièrement, des échanges de tirs, nourris, avec les "Tali", les Talibans - qu'on ne voit jamais. La mission se prolonge, la relève tarde à arriver, les vivres et munitions viennent à manquer, les esprits s'échauffent... Le fossé s'agrandit entre les soldats et leur hiérarchie.

L'idée de départ était bonne, louable même, mais le résultat m'a laissé sur ma faim. Pas seulement parce qu'il s'agit d'une petit production sans gros moyens - Petch s'en sort bien pour faire avec ce qu'il a sous la main. Le scénario s'avère faiblard : comme la patrouille, il tourne en rond. Surtout, les personnages ne sont pas bien construits et apparaissent caricaturaux. Autre problème : le jeu des acteurs ne parvient pas relever ce matériau de base bancal. Ils ne font qu'accentuer des réactions qui semblent disproportionnées. Enfin, le film manque de rythme et le ressort dramatique n'est pas bien exploité. La volonté de donner une vision réaliste du conflit a certainement contribué à tuer l'émotion. Pour tout dire, je ne suis jamais rentré dedans. 

Dommage car j'y croyais. Le sujet "porteur", les acteurs qu'on a envie d'aimer... Le making of, présent sur cette édition TF1 Vidéo, nous fait entrevoir une équipe passionnée et motivée mais bon, ça ne l'a pas fait. Putain de guerre.

Anderton


Enregistrer un commentaire