Belmondo : films, anecdotes...

jeudi 10 septembre 2009

Quand aller faire pipi pendant un film ?

Sur le web : De la pornographie (cf Les Françaises matent le porno en duo) à l'urologie, il n'y a qu'un jet. Je parlerai donc aujourd'hui de l'incontinence cinéphilique. Qui n'a pas un jour été pris d'une envie pressante lors d'une séance au cinéma ?
Cela m'arrive parfois. Plusieurs raisons : l'âge (et ouais, tout part en couilles, c'est le cas de le dire), la tension provoquée par une histoire et l'eau à l'écran. A la fin de Titanic, Leonardo n'avait pas fini de couler que j'étais debout dans le couloir, à me tortiller, genre Peter Sellers dans The Party, attendant le premier hurlement de Céline Dion pour me précipiter aux WC. Ce qui me rassure, c'est que je n'étais pas le seul.
Bref, il est toujours difficile de quitter une salle obscure, ne serait-ce que trois minutes (pour moi, c'est plus long mais j'ai du matériel à déballer). Car on sait que l'on va louper une scène potentiellement clé. Certes, on peut se faire raconter par son voisin en revenant mais c'est frustrant ("Y a eu une super scène de combat, j'avais jamais vu des effets spéciaux aussi bien foutus") et ça provoque des "chut !" justifiés. On peut aussi faire pose - suffit de connaître le projectionniste mais c'est pas gagné - ou prier pour une coupure accidentelle mais c'est de moins en moins fréquent avec le passage au numérique.
Golden ticket
Heureusement, des esclaves de leur vessie ont eu une idée géniale : faire un site où les temps morts des films seraient répertoriés afin que le spectateur puisse aller se soulager sans trop louper le film. Bienvenue sur RunPee.com ! Le site est bien foutu car il donne une time line avec les "time code" précis où s'absenter mais en plus, il raconte à ceux qui le souhaitent ce qu'ils ont raté. Un bon exemple avec Transformers 2 La Revanche (découvrez ici notre méga-dossier sur la franchise) qui durait quand même près de 2h30 ! Voici sa fiche.
Vivement qu'ils ajoutent les films pas encore sortis : ça rendrait service aux journalistes et blogueurs...
Anderton

Aucun commentaire: