Cannes 2022

mercredi 28 novembre 2018

Samuel Hadida : mes souvenirs, mon hommage


La nouvelle est tombée, terrible, Samuel Hadida s’est éteint hier dans LA ville du cinéma, en Californie. J’ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois a une époque où j’étais en charge pour TF1 Vidéo de la distribution des films de Metropolitan Fimexport, la société créé avec son père David et son frère Victor.




L’homme était bonhomme, parlait fort et décrochait souvent son portable pour lancer des : "Hello Darliiiiing, I miss youuuu so much".


Nous avions eu une discussion sur les films qu’il a sorti en salles comme Evil Dead en 1981 ou Les Griffes de la nuit trois ans plus tard. Et bien sûr, nous avions parlé de l’un de mes films de chevet : True Romance, réalisé par Tony Scott sur un scénario de Quentin Tarantino, que Samuel Hadida avait coproduit aux USA à force de bagout, de relationnel et sans doute aussi, d’un peu de bluff. "J’ai lu le scénario de True Romance quand Tarantino travaillait encore dans un vidéoclub et j’ai été le premier à l’acheter. On l’a produit, on a embarqué Tony Scott à la réalisation et ça a été le début d’une grande aventure", expliquait-il à Variety.


Un de ses plus gros coups restera l’acquisition de Seven au marché de l'American Film Market en 1995, sur lecture du scénario et en mettant 17 millions d’euros sur la table ! Le résultat dépasse toutes ses espérances et les estimations les plus hautes avec près de 5 millions d’entrées salles en France pour 320 copies !


S’en suivront des films en distribution comme la trilogie du Seigneur des anneaux, les très fun Destination finale ou encore Les Expandables, des productions comme le bien barré Domino de l’ami Tony Scott, la série des Resident Evil et bien sûr, Le Pacte des loups, film qui résume assez ses goûts en matière de cinéma.


En fait,  si j’avais été producteur, j’aurais été Samuel Hadida.

Marcel Martial 




Aucun commentaire: