CANNES 2024

samedi 29 février 2020

La Fameuse invasion des ours en Sicile : une splendeur à redécouvrir

En DVD et Blu-ray : Malgré les bons retours lors de ses présentations aux festivals de Cannes et d'Annecy, La Fameuse invasion des ours en Sicile n'a pas trouvé son public en salle, ni été récompensé aux César 2020. Et c'est injuste tant le film d'animation réalisé par Lorenzo Mattoti est une splendeur. Sa sortie en vidéo offre l'occasion de le (re)découvrir et de lever le voile sur quelques secrets de fabrication.



La Fameuse invasion des ours en Sicile, adaptée de l'oeuvre de Dino Buzzati, est un conte dans un conte. Surpris par la nuit et le froid alors qu'ils rejoignaient un village pour y jouer leur spectacle, Gedeone et la petite Almerina se réfugient dans une grotte au coeur des montagnes siciliennes. Voici qu'arrive un vieil ours taiseux. Pour vaincre sa peur, le duo de saltimbanques lui conte la fois où les ours du roi Léonce décidèrent de descendre en ville pour y délivrer Tonio, le fils du roi capturé par les hommes.


Lorenzo Mattoti fait sien ce récit baigné par le merveilleux et la poésie. Le style de l'artiste tranche avec les films d'animation américains : l'équipe franco-italienne du film a su donner vie à son art original. On retrouve ses techniques du pastel, son jeu sur les formes géométriques et surtout, ses couleurs éclatantes. Des couleurs qui s'animent sous l'effet du soleil, du vent et du passage des nuages. Le spectateur est transporté dans un univers unique, magique, dans lequel évoluent des personnages exubérants, ours ou humains. Des personnages auxquels Leila Bekhti, Thomas Bidegain (également coscénariste), Thierry Hancisse ou Jean-Claude Carrière prêtent leurs voix. D'ailleurs, au formidable travail sur l'image, répond celui sur le son - on se retrouve ainsi immergé dans un univers coloré et foisonnant pour peu que l'on soit équipé comme il faut.

Pathé enrichit son édition vidéo de plusieurs suppléments intéressants sur la fabrication du film mais aussi l'oeuvre de Buzzati. Lorenzo Mattoti s'y exprime à plusieurs reprises. "Il faudrait que chaque film ait un style différent pour développer l'imaginaire des enfants", explique-t-il. Et de rendre hommage au travail "artisanal" des animateurs, qui "voient des choses invisibles". La beauté du film, elle, saute à nos yeux.

Anderton

Aucun commentaire: