vendredi 30 janvier 2015

La Dixième victime : attention à l'abus de second degré

En salles : On n'en finit plus de redécouvrir Elio Petri. Après Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon, L'Assassin et La Propriété, c'est plus le vol, voici La Dixième victime (1965), son cinquième film. Autant le dire tout net : c'est une véritable curiosité dans la filmographie du cinéaste, davantage porté sur les pamphlets politiques et les charges satiriques que la SF pop comme cette Dixième victime ! Et que l'on peut redécouvrir en salles grâce à Carlotta.


Version pop du Prix du danger

Tiré d'une nouvelle de Robert Scheckley (intitulée La Septième victime), La Dixième victime pourrait sur le papier rappeler Le Prix du danger d'Yves Boisset ou Running Man de Paul Michael Glaser : dans une société futuriste, un jeu télévisé voit s'affronter des candidats dans des courses-poursuites live, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Le prologue, tourné à New York, nous emmène sur ces rivages : beauté du découpage, cadrage précis et oblique, plastique des costumes et des décors, Ursula Andress en amazone télévisuelle qui abat son concurrent avec une soutien-gorge mitraillette argenté (!!!) tout concourt à ce qu'on assiste à un formidable film de politique fiction.

Marcello blond peroxydé

Quand soudain, tout bascule, au contact de l'autre et ultime candidat du jeu, Marcello Mastroianni. Teint en blond, il apparaît comme une sorte de James Bond, la désinvolture et les affres de la masculinité en plus. Et ce qui devait être un film de politique fiction avec pour cible les médias, la violence et leur emprise sur la société se transforme subitement en jeu de séduction, en jeu du chat et de la souris, en guerre des sexes entre un homme une femme, un mâle italianissime pétri de doutes et d'idées toutes faites, face à une plantureuse amazone, Ursula Andress herself. Sûrement l'influence de son scénariste Tonino Guerra, le collaborateur fétiche d'Antonioni.

Parenthèse récréative pour Elio Petri

On pourrait s'en tenir là, et rester sur notre faim, si Elio Petri n'avait pas innervé sa réalisation d'éléments devenus avec le temps complètement cultes. A l'instar d'un Joseph Losey avec Modesty Blaise ou d'un Roger Vadim avec Barbarella, le cinéaste s'offre là une parenthèse récréative dans son œuvre fortement engagée et très politique. Certes, la satire en filigrane porte sur la société italienne – le divorce, le poids du mariage, la guerre des sexes – mais elle prend la forme d'un véritable pot pourri pop art : lumière, décors, costumes, tout Austin Powers est déjà là, en live ! Surtout, la volonté de tirer parti des décors romains antiques – le Colisée, le Temple de Vénus – donne une saveur antique à ces nouveaux jeux de gladiateurs. Etonnant de la part d'un cinéaste qui a souvent filmé de plain pied la société italienne, sans passer par le subterfuge de la BD ou de la parodie de James Bond.

Abus de second degré

Mineur dans la carrière de son cinéaste, La Dixième victime demeure une pépite pour tous les amateurs de cinéma bis, de pop art et d'Ursula ! Pour les autres, on pourra regretter que le cinéaste ait abusé de second degré pour laisser de côté l'aspect SF et critique des médias – le remake ou la réadaptation reste à faire...

Travis Bickle




Enregistrer un commentaire