Dossier

mardi 6 janvier 2015

Hard Day : un haletant thriller à la coréenne


En salles : La sortie d'un thriller coréen, c'est toujours la promesse de se prendre une belle claque. Et on n'est pas déçu avec Hard Day, qui déboule sur nos écrans ce mercredi, après avoir été présenté à la Quinzaine des réalisateurs 2014, à Cannes. Tension et rebondissements sont au rendez-vous.



Alors qu'il se rend aux funérailles de sa mère, Ko Gun-su renverse un piéton sur une route déserte. Paniqué, il cache le cadavre dans le coffre de sa voiture et reprend la route. C'est alors qu'il tombe sur un contrôle de police. Il révèle qu'il est inspecteur à la brigade criminelle mais l'agent veut quand même fouiller le véhicule... Le cauchemar de Gun-su ne fait que commencer.

Car l'insigne de l'inspecteur ne suffit pas à le tirer d'affaire. Au contraire, le réalisateur Kim Seong-hun, qui a également peaufiné le script pendant dix ans, prend un malin plaisir à semer les embûches sur le chemin de Gun-su. A peine le flic parvient-il à surmonter un obstacle qu'une nouvelle épreuve l'attend au tournant. Le spectateur est ainsi baladé de rebondissements en surprises à un rythme soutenu. Et quand on pense avoir compris la mécanique du récit, le thriller prend un chemin de traverse.

Dans la veine de Hitchcock

Le cinéaste installe des séquences de pure tension, qu'il n'hésite pas à étirer, tel Hitchcock, histoire de nous faire bouillir le sang. Puis il enchaîne avec des scènes d'action nerveuses, hyper violentes, à la coréenne, si je puis dire. Avec, en prime, un humour noir qui ajoute à originalité de Hard Day. Le tout est filmé avec beaucoup de maîtrise et d'efficacité. 

Saluons également les performances des acteurs, notamment celle de Lee Sun-gyun, qui fait passer tout le désarroi de Ko Gun-su. On s'identifie complètement à lui, en se demandant 1) comment il a pu se fourrer dans un tel pétrin, et 2) comment il va réussir à s'en sortir. Enfin, pour faire un bon polar, il faut aussi un bon méchant et Jo Jin-woong incarne avec brio un bad boy sadique et manipulateur, à l'opposé de son rôle de gangster touchant (oui, c'est possible) dans Monster Boy Hwayi (lire notre critique)

En cette rentrée forcément maussade, ne passez pas une mauvaise journée de plus et foncez voir Hard Day !

Anderton


Enregistrer un commentaire