mardi 7 juillet 2015

D'Amour et de Sang : Sophia Loren, à l'amour, à la mort


En DVD et Blu-ray : La Sicile, île de beauté et de violence, est au cœur du film de Lina Wertmüller, D'Amour et de Sang (Fatto di sangue fra due uomini per causa di una vedova. Si sospettano moventi politici, 1978), qu'Elephant Films ressort en vidéo. Un drame fort emmené par un trio d'acteurs hypnotisants : Sophia Loren, Marcello Mastroianni et Giancarlo Giannini.


La Sicile, dans l'entre-deux guerres. Tout commence par l'assassinat d'un homme. Sa veuve, inconsolable, en perd l'enfant qu'elle attendait. Elle s'enferme alors dans la colère et la solitude, pleine de haine pour les villageois qui ont préféré l'omerta à la justice. Mais sa beauté sauvage met en émoi deux hommes diamétralement opposés : un intellectuel empreint d'idées socialistes et un 'mericano, un immigré revenu des Etats-Unis.

La passion selon Sophia

La veuve est incarnée par Sophia Loren qui, pour l'occasion, s'est vieillie. Regard noir, cheveux ébouriffés, telle une sorcière. Mais son regard envoûte et lorsqu'elle enlève son châle, la splendeur de ses courbes se révèle aux yeux de ses partenaires et des spectateurs. Mais la Loren n'est pas que plastique. C'est une immense actrice qui trouve ici un rôle tragique à la mesure de son talent. Elle joue passionnément une femme passionnée. Face à elle, Marcello Mastroianni, longue barbe grise, interprète un noble idéaliste qui devient fou d'amour. A en perdre la raison. Pour jouer l'autre prétendant, Giancarlo Giannini redouble de roublardise et de vice. Improbable ménage à trois qui s'aime et se déchire.

Certes, la réalisation est un peu datée - beaucoup de très gros plans notamment - mais elle est mise au service des personnages et du récit. Entièrement restauré, le film offre de magnifiques plans sur les immenses plaines siciliennes et les vestiges antiques. L'île faisait partie de la Grande Grèce et ce n'est pas un hasard si Lina Wertmüller choisit parfois pour décors des temples et amphithéâtres. C'est à une tragédie grecque qu'elle nous convie. Eros et Thanatos s'affrontent sous un soleil implacable. Une histoire millénaire que la cinéaste associe au contexte de la montée du fascisme sur fond de grande pauvreté.

Une belle découverte en ce qui me concerne. Cette édition de qualité est introduite par Jean-Pierre Dionnet. Un gros regret : pas de version italienne ! Cela aurait pu être rédibitoire. La V.F. est de qualité jusqu'à "l'arrivée" de Francis Lax, qui prête sa voix à Giannini. J'adore Lax dans le Muppet Show, Scoubidou ou même dans les films de Pierre Richard, mais là, sa voix nasillarde ne fonctionne pas du tout (c'était la même chose quand il doublait Harrison Ford). Heureusement, la version anglaise est de très grande qualité. Mais bon, on aurait aimé entendre la Sophia crier et sussurer en italien. Reste que D'Amour et de Sang mérite d'être (re)découvert.

Anderton


Enregistrer un commentaire