lundi 14 décembre 2015

Star Wars : le syndrome du Retour du Jedi



Buzz : Dans 48 heures, sort enfin en salle Star Wars Le Réveil de la Force. Comme nombre de blogueurs fans de la saga, j'ai publié beaucoup de posts sur le film de J.J. Abrams. Mais il y a certaines infos qui ont fait le tour des réseaux sociaux et que j'ai délibérément laissées de côté. Pourquoi ce silence ? A cause du "syndrome du Retour du Jedi".


Qu'est-ce que c'est que ce syndrome ? Laisse-moi te raconter une histoire.



Assieds-toi sur le tapis, là, bien, pas trop près de la cheminée. Prends un cookie le temps que je m'installe dans mon fauteuil et que j'allume ma pipe. Mmm... pppp.... pppp. Bien, tout commence à la fin des années 1970. En 1977, plus exactement. J'ai huit ans et La Guerre des étoiles sort au cinéma. Pourquoi ris-tu ? Ah, je vois, c'est le titre du film qui t'amuse. Sache, mon jeune ami, qu'à cette époque, c'est comme cela que s'appelait en France le film de George Lucas. Et les noms des personnages avaient été changés : il y avait Yan Solo, Chiquetaba, 6-Po, D2-R2, Dark Vador... Oui, oui. Au fond qu'importe. Mon père nous a emmenés, mes frères et moi, voir ce film dans notre cinéma de banlieue. En version française, évidemment. Je m'en souviens, comme si c'était hier.

Eskimaux et sabre laser

Alors que le public s'installait dans la salle, une image fixe était projetée sur l'écran. Il s'agissait d'une publicité pour plusieurs commerces de la région. Une dame avec un panier plat en osier rempli d'eskimaux et de confiseries descendait et remontait l'allée. Quand on était trop loin d'elle, on passait l'argent à son voisin, qui le remettait à son voisin et ainsi de suite jusqu'à la dame. La glace et la monnaie faisaient le chemin inverse. Je n'ai jamais oublié le crissement de l'osier à chaque fois qu'elle se déplaçait. Mmmm ? Oui, bien sûr, tu peux reprendre un cookie mais ne dis rien à ta maman. Où en étais-je ? Ah oui, la glace, le cinéma. La salle s'éteignait alors, on se retournait pour regarder le rayon lumineux du projecteur qui envoyait des bandes-annonces et des publicités sur l'écran. Oh il y avait de tout, des publicités pour des cigarettes ou de l'alcool, oui. Tiens, verse-moi donc un peu de cette boisson. Comment ? Oui, c'est du thé froid, si tu veux... Ah, ça ne sent pas le thé ? Tais-toi un peu, veux-tu ? J'ai une histoire à finir.

Après ces vingt minutes de réclame, la salle se rallumait. Le projectionniste changeait la bobine. La dame au panier repassait dans la salle. Et cinq minutes plus tard, nous pouvions enfin voir le film. Et quel film ! Ce fut, tu l'imagines, une révélation ! Jamais je n'avais vu un tel spectacle auparavant. Ni mon père, ni quiconque dans la salle. Ces vaisseaux, ces robots... et comment faisaient-ils pour les sabres laser ? Quelle aventure ! 



Mon frère cadet et moi sommes devenus accro. A chaque anniversaire, à chaque Noël, nous réclamions des figurines Kenner de La Guerre des étoiles. Et au fil du temps, nous avons constitué une belle collection de jouets, dont je t'ai déjà parlée

Empire du suspense

Pour la sortie de L'Empire contre-attaque, en 1980, j'avais grandi mais la passion ne s'était pas émoussée. Je me souviens de deux choses, lors de cette séance dans ce même cinéma. D'abord, la bande-annonce pour Les Aventuriers de l'arche perdue qui m'avait exalté ! Qu'est-ce que c'était que ce film incroyable ? Rappelle-toi qu'à l'époque, il n'y avait pas internet, donc c'était une découverte totale. Oui, pas d'internet. Arrête de rire et ressers-moi un peu de whi... thé, jeune insolent ! Grmpff. L'autre moment d'incrédulité totale, c'est lorsqu'est apparu sur l'écran la mention "Episode V". Avec mon frère et mes copains, on s'est demandé si nous n'avions pas manqué des épisodes. Peut-être qu'ils n'étaient jamais sortis en France ? Mais ces questions furent balayées par le film qui commençait. Nouvelle claque visuelle. Quel choc en entendant Dark Vador dire à Luke : "Je suis ton père" ! Et cette fin... Luke et Léia voyant le Faucon Millenium s'en aller... Quel horrible suspense.



Il a fallu attendre 1983 pour que Le Retour du Jedi arrive sur nos écrans. Pour poireauter, nos nous repassions des VHS des deux premiers épisodes. Oh, je dois avouer que c'était des films piratés que nous nous étions procurés via un vidéo-club parisien... Mmm, passons. J'avais grandi mais j'étais toujours fan de Star Wars. Dans Première ou les magazines télé, je guettais la moindre information sur le film. Sa sortie était prévue en octobre en France mais à l'été en Angleterre. Cela tombait bien, un de mes amis s'y rendait pour y travailler son anglais dans une famille d'accueil. Je lui remis 30 francs pour... qu'est-ce qui te prend encore à rire comme ça ? Oui, à l'époque, la monnaie, c'était des francs, que ma grand-mère appelait encore des nouveaux francs mais ce serait trop long à t'expliquer... Donc je lui remis cette petite somme d'argent de poche en lui demandant de me ramener tout ce qu'il trouverait sur Le Retour du Jedi. Enfin, des livres, des BD ou des affiches. Je n'osais pas lui demander de m'acheter des jouets : j'avais 14 ans quand même.

Déjà vu

Et, à son retour, il m'a donné tous ces magazines en me racontant, tout excité, qu'à Londres, il y avait du Star Wars dans tous les magasins, à la télé, dans les journaux... Je l'enviais. Et quand il me dit qu'il était allé voir Le Retour du Jedi avec sa famille d'accueil, j'étais à la fois content pour lui et fou de rage. 


via GIPHY


De retour chez moi, je m'enfermais dans ma chambre pour apprécier au calme mon trésor : un livre illustré racontant l'histoire du film, des magazines de S-F (Starlog), des grands posters, des BD de Star Wars faites par Marvel ou en Angleterre, comme celle-ci dont le scénario est signé...  Alan Moore.



Et j'ai commencé à tout lire. En lisant le livre sur l'histoire du film, j'ai découvert que Léia était la soeur de Luke. Hein ? Quoi ?! J'en fus tellement absourdi que je refermai le livre, refusant d'aller plus loin.

La rentrée scolaire arriva. La prof d'anglais nous avait demandé de faire un exposé sur un film de notre choix. Evidemment, je décidai de parler du Return of The Jedi. Je me souviens encore de quelques ricanements. Certains camarades me demandèrent après le cours : "Tu regardes encore ces conneries ?" Ah, oui, à l'époque, c'était dur d'être un fan de Strange ou de Star Wars... Bref, le mois d'octobre arriva et je me précipitai en salle pour voir enfin l'épisode final. J'en pris plein la vue, bien sûr, mais je restai sur ma faim. C'est qu'après avoir tout lu sur le film, j'avais l'impression de l'avoir déjà vu. Il n'y eut que moi à ne pas accompagner le murmure des spectateurs quand Luke apprit que Léia était sa soeur. Je le savais déjà.



Et depuis ce plaisir en partie gâché, j'ai veillé à ne pas trop en apprendre sur les films que j'avais impatience de voir. Ce que vous appelez aujourd'hui spoiler, j'y ai longtemps fait référence comme le "syndrome du Retour du Jedi". Voilà, tu connais le fin mot de l'histoire. Cela t'a plu ?... Tu dors ?... Il dort....

Grmpff. Bon, je vais me resservir un whisky.

Anderton


Enregistrer un commentaire